Video


Forum de role play sur l'univers Assassin's Creed
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
FORUM FERMÉ

Rendez-vous sur

Partagez|

Rues (général)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Rues (général) Sam 17 Déc - 12:12

Le fossoyeur fût enfin dans les rues de Rome, toujours inconito, il devait trouver l'endroit où se trouvait l'assassin en danger. D'après la lettre, le premier repaire assassins de la ville était à prèsent occupé par les Templiers, il restait donc le second repère, celui où se trouvait normalement l'assassin dans le besoin. Ce second repaire avait surtout une fonction de secours en cas d'attaques du principal repère, le fossoyeur en était conscient. Et, ce second repaire possèdait deux entrées, l'une était moins évident à trouver car pour le trouver, il fallait user de ruse, d'agilité et de courage, qualités que les assassins devaient posséder tandis que la seconde était dans la ville. Pour accèder au second repaire, il fallait passer par un passage secret situé dans une petite ruelle déserte pour rester discret. Le fossoyeur s'y rendit dans le calme nocturne de la ville. Dans cette ruelle, il sortit un couteau qu'il planta dans la fente d'une statue. Il regarda rapidement autour de lui et se jetta dans la petite ouverture qui était apparue.

TodRitter fit une chute de plusieurs mètres pour retomber dans de la paille. Le fossoyeur en ressorti et se retrouva dans un immense sous-terrain, pour rejoindre le repaire, il devait traverser ce sous-terrain et venir à bout de tous les obstacles mis en place pour éviter que quelqu'un d'autre qu'un assassin puisse y pénétrer. Après quelques secondes d'observation, TodRitter sauta sur une première poutre, puis sur une deuxième avant de sauter pour s'accrocher sur un pilier. Il escalada le pilier rapidement, il devait se dêpecher. Une fois bloqué par le sommet, il se projetta du pillier avec les pieds pour se rattraper au mur d'en face. Le fossoyeur descendit avec précision ce mur pour poser ses pieds sur une fine poutre accrochée contre ce mur. Le fossoyeur sauta de cette poutre pour attérir à l'entrée d'un étage supérieur. Le fossoyeur marcha rapidement pour rejoindre une autre pièce truffées d'obstacles.

Il examina chaque obstacle pour connaitre le trajet qui le menerait à la sortie de cette étage. Il s'élança donc sur quelques caisses qui avaient été posé de manières à faire un appui. Une fois au sommet de ces caisses, il fit un grand saut et poussa le mur avec l'une de ses jambes pour pouvoir attraper une poutre. Il se balança immédiatement sur la poutre pour s'accrocher à une sorte de corde qui l'amena vers une autre poutre. Il monta sur la poutre et fit un bond pour attraper la poutre se trouvant juste au-dessus de sa tête. De cette poutre, il sauta le plus loin possible pour atteindre, de justesse, un rebord. Il se mit debout sur ce rebord et sauta sur un pillier à la même hauteur, puis sur un second pour sauter sur le mur d'en face. Pendant son saut, le fossoyeur sortit un couteau qu'il planta dans l'un des nombreux creux du mur pour s'y accrocher. Une fois suspendu au mur, il sortit un second couteau qu'il planta sur un trou un peu plus haut. Il continua ainsi pour se retrouver jusqu'au sommet de ce mur. Il se suspendit au sommet du mur avec un seul couteau, il jeta l'autre couteau en direction d'un triangle sur le mur opposé. Lorsque le couteau se planta au centre du triangle, un son de chaînes se déliant fît echo au loin. TodRitter se projetta à l'aide de ses pieds pour planter son couteau dans un trou du pillier au milieu de la pièce. Il s'accrocha ensuite au pilier avec l'une de ses mains pour ranger son couteau dans ses vêtements. Puis, il escalada rapidement le pilier pour atteindre une poutre un peu plus haut. Le fossoyeur sauta ensuite de poutre en poutre très rapidement. Après une dizaine de poutre il arriva sur un rebord, une fois debout sur le rebord, le fossoyeur prit un élan consèquent. Une fois qu'il fût prêt, il s'élança à toute allure jusqu'au bout du rebord où il fit un très grand saut pour passer une ouverture entre deux murs. Une fois dans cette ouverture, il marcha jusqu'une poutre non-loin et fit un saut de la foi pour retomber dans de la paille plusieurs mètres plus bas. TodRitter sortit de la paille pour quitter les sous-terrains.

Une fois sortit, le fossoyeur suivit quelques chemins pour arriver au second repaire. Trois femmes et cinq hommes de l'Ordre des Assassins y étaient. L'un d'eux se précipita vers le fossoyeur.


- TodRitter ! Est-ce bien vous ?!
- Que se passe-t-il ?
- Les Templiers ont attaqué notre principal repaire, ils ont réussi à le prendre...Et à capturer des nôtres.
- Où les ont-ils emmenés ?
- Ils sont toujours au repaire principal !
- Bien, je vais m'en occuper. Je vais sortir d'ici par l'entrée principale. Vous, sortez par les sous-terrains et attendez mon signal pour intervenir..
- Entendu, faites attention. Les Templiers ont encerclé ce repaire.

Le fossoyeur hocha la tête, les assassins quittèrent donc les lieux en passant par les sous-terrains pendant que le fossoyeur abaissa son capuchon avant de quitter le repaire par l'entrée principale...


Dernière édition par TodRitter le Dim 18 Déc - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Re: Rues (général) Dim 18 Déc - 10:30

Lorsque TodRitter fût sortit du second repaire, il comprit qu'il devait se rendre au repaire principal mais avant, un nettoyage s'imposait. Il fit à peine quelques pas pour tomber sur trois gardes templiers qui gardaient l'entrée principal. Apparement, ils attendaient du renfort pour faire tomber le second repaire. Le fossoyeur sortit deux couteaux leva ses deux bras parallèlement au sol pour tournoyer sur lui même et couper les têtes des trois gardes qui n'eurent qu'à peine le temps de comprendre ce qu'il leur arrivait. Le meurtre des trois gardes fût remarqué par d'autres templiers qui sortirent leurs épées pour affronter le fossoyeur. Ils encerclèrent TodRitter, le fossoyeur attendait que l'un d'eux se décide à l'attaquer. Lorsque ce fût le cas, il esquiva le coup avec un pas de coté pour taillader l'attaquant. Le garde s'effondra provoquant la colère des quatre autres templiers, les quatre templiers allaient attaquer en même temps. TodRitter les laissa faire et se fît transpercer par les quatre épées, malheureusement pour les gardes, les lames qui traversaient le corps du fossoyeur les transperçaient également. Les quatre gardes ainsi que le fossoyeur tombèrent au sol.

- Il est à terre !

D'autres templiers venaient d'apparaitre, lorsque l'un d'eux souleva le fossoyeur, celui-ci planta un couteau dans la gorge du templier. Le fossoyeur lança par la suite plusieurs couteaux sur les gardes qui furent surprit et qui rendirent l'âme à leur tour. TodRitter escalada un toit pour rejoindre plus facilement le repaire principal. Il y vit quelques archers sur les toits des alentours. Il se précipita vers le plus proche et se jeta sur lui couteau à la main, pour le supprimer avant qu'il ne pût tenter quoi que ce soit. Le fossoyeur prit l'arbalète du garde qu'il venait d'abattre pour éliminer deux autres archers proches. Il avait à prèsent la voie libre jusqu'au repère principal. Il sauta de toit en toit pour s'y rendre, lorsqu'il y arriva il y vit un très grand nombre de gardes. Il regarda autour de lui avant d'agir et il vit que les assassins arrivaient discrètement, le fossoyeur attendit que les assassins montèrent sur les toits autour du repaire principal. Les assassins avaient les yeux rivés sur TodRitter, attendant son signal. Le fossoyeur leva sa main vers le ciel et la baissa, aussitôt, les assassins tombèrent sur des gardes pour les assassiner instantanèment. TodRitter se mêla au combat à son tour. Couteaux à la main, il tournoyait, esquivait, glissait, frappait et les templiers tombaient. Les assassins étaient en sous-nombre pourtant tous se battaient comme jamais. TodRitter attrapa un templier qui s'apprêtait à frapper par derrière un assassin et lui trancha aussi sec, la gorge. Un autre assassin était à prèsent en danger, l'ombre du fossoyeur se déforma pour laisser apparaitre l'ombre de TodRitter avec une faux à la main. L'ombre lança la faux qui frappa l'ombre d'un templier, le templier en question resta figé quelques secondes avant de tomber au sol. L'ombre de TodRitter reprit son aspect normal, le fossoyeur continua de combattre tout en gardant un oeil protecteur sur ses alliés assassins.
Après de très longues minutes de combats intenssifs, une machine en bois recouvert par du métal sur sa partie supérieure se mêla au combat. TodRitter ne l'avait pas vu, mais lorsque tous les templiers autour du fossoyeur s'en allèrent, il comprit que quelque chose n'allait pas.


- Vous allez tous disparaitre ah ah ah ah ah ah !

Lorsqu'il vit la machine, celle-ci fit feu sur lui, un immense obus se dirigeait vers lui, il ne pût esquiver l'obus. A l'impact, un nuage de poussière se souleva tout autour de la zone de conflit. Les assassins qui continuaient à se battre venaient de voir ce qui s'était passé.

- Non ! Ce n'est pas possible !

Lorsque le nuage de poussière s'estompa, le fossoyeur était toujours debout dans sa forme la plus horrible qui soit. TodRitter savait qu'il ne pourrait pas esquivait cet obus alors il avait décidé de décomposer son corps pour diminuer grandement les dégats que l'obus lui causerait.

- Quoi ?!
- Est-ce...TodRitter ?

Plus personne ne se battait à prèsent, tous regardaient avec horreur le corps du fossoyeur qui avançait lentement et en tremblant vers la machine.

- C'est ça ! Approche ! Je vais te réduire en poussière !

La machine tira un autre obus, que le fossoyeur reçu de plein fouet, mais ce dernier continuait à avancer vers la machine. Lorsqu'il se trouva juste devant celle-ci, le fossoyeur retrouva sa forme habituelle et fit un bond sur la machine. Le templier qui était à l'intérieur était paniqué, il sortit aussi vite qu'il le pût de la machine et s'enfui dans le repaire principal. Le fossoyeur, entra à son tour dans la machine. Tous les assassins s'en allèrent très rapidement. C'était à ce moment que la machine tira un obsu sur la grande troupe de templiers qui fût annhilée en moins d'une seconde...Lorsque le fossoyeur sortit de la machine, celle-ci prit feu de l'intérieur et explosa après que TodRitter ai rejoint les assassins. Tous attendaient de lui une parole.

- Je vais m'occuper du fuyard, allez libérer les prisonniers...
- Vous avez entendu ?! Allons-y !

Les assassins se précipitèrent dans le repaire principal, pendant que le fossoyeur tenta de rattraper le templier qui était aux commandes de la machine qui venait d'être détruite. Pendant que les assassins étaient en train de libérer les prisonniers, TodRitter réussi à retrouver le fuyard qui s'était retrouvé dans une impasse.

- Non ! Non ! Reculez !

Le fossoyeur avançait lentement vers le templier qui n'avait aucun endroit ou fuir. Lorsque le fossoyeur se trouva devant lui, il l'attrapa au cou et le souleva du sol.

- La souffrance nous dirige vers la paix...Toutes les personnes qui ont entendu ces mots meurent peu de temps après...Qu'est-ce que les templiers font à Rome ? Parle et libère toi de ton fardeau...
- On...On voulait conquérir cette ville...La machine que tu as détruite devait nous servir à la prendre de force...
- Votre projet a échoué et vous avez tous succombé...
- Peu importe...Tôt ou tard...Les Templiers réussiront à unir le monde...Avec ou sans votre volonté.
- Les Templiers sont la cause de trop nombreuses soufrances, aussi longtemps que cet ordre existera, le monde sera en danger...

Le fossoyeur planta le coeur du templier qui succomba instantanément. TodRitter rejoint ainsi les assassins dans le repaire principal.

- Au nom de tous, merci. Sans vous, nous n'aurions jamais réussi à reprendre notre repère et à repousser les templiers de Rome. Heureusement, le repaire n'a subis que peu de dégats, il sera facile de le reconstruire et...De le nettoyer. Que comptez-vous faire à prèsent ?
- J'ai fait ce que j'avais à faire, je dois rentrer à Florence en informer Ezio. Il doit attendre des nouvelles avec impatience...
- Vous avez raison. Merci encore pour ce que vous avait fait, personne ici ne l'oubliera...Donnez nos meilleurs salutations au maestro.

Le fossoyeur hocha la tête et quitta le repaire principal où tous les assassins oeuvraient à sa reconstruction...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues (général) Dim 18 Déc - 20:53

Une fois sortit du palais du maitre, les trois Ventus se rendaient dans les rues de Rome. Leur prochaine mission consistait à trouver le ou les individus qui ont des tendances aggressives. Etant donné que la mission fait référence aux courtisanes, l'ainé eu l'idée de commencer par les interroger pour ensuite mettre la main sur le ou les recherchés en question. Les courtisanes étaient souvent, pour ne pas dire tout le temps, dans les rues de Rome, les trouver ne devait pas être bien difficile. Après avoir rejoint une rue qui était fréquentait par les courtisanes, l'Elémentaliste pu en cottoyer ou plutôt approcher l'une d'entre elles.

- Rome ne connait que trois frères jumeaux. Les Ventus, que puis-je pour toi ?

L'ainé ne répondit rien, il se contenta de lui montrer l'ordre de mission.

- Ah j'aurai dû y penser plutôt...Vous le trouverez près des commerces. Donnez-lui une bonne correction hein.

La courtisanne fit un clin d'oeil à l'ainé, ce dernier n'y prêta aucune attention et ouvrit la voie en direction des commerces de la ville. La courtisanne n'avait fait référence qu'a une seule personne, l'auteur des aggressions était donc tout seul, cela était gagné d'avance pour les Ventus.
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 21 Déc - 13:02

L’immense ville de Rome avait toujours été le terrain de chasse préféré de Fiora, elle savait qu'ici elle était en quasi totale sécurité, pourquoi ? Parce que ses allures et sa tenue la faisait passer pour une simple courtisanes, une jeune fille des rues, une femme de plaisir. Elle n'aimait pas vraiment faire passer cette image d'elle même, cependant c'était le meilleure camouflage qu'il soit pour une femme.
Elle arpentait les rues, son travail était simple, elle avait été engagée pas Cesare Borgia dans le but de contrôler la ville le plus discrètement possible, qui se douterait qu'une simple courtisane serait du côtés des Templiers ? Personne, personne ne le saurait.

Son but du genre ? Elle avait entendu parler d'un marchand qui continuait d'exercer alors qu'il n'en avait plus l'autorisation. Elle devait mettre fin à son trafic. La Courtisane, elle, n'aimait pas plus que ça le fait de devoir stoppé le marchant, après tout il essayait juste de vivre le mieux possible, de nourrir sa famille certainement, d'avoir de bon revenus, bref, il n'était en rien coupable d'un crime, cependant elle n'avait guère d'autre choix, et se devait de faire son possible pour rester dans les bonnes grâces des Borgia. Après tout, la belle villa qu'elle habitait était à eux, le luxe qu'elle se permettait c'était grâce à ce que Cesare lui offrait, sans compter les cadeaux... Bref, c'était suivre les ordres, ou la rue.

Elle arriva à l'endroit indiquer, en effet, un bel étalage chargé de provisions, de fruits et légumes, bref, de provisions en tout genre, s'alignait sur le bord de la rue. Le vendeur était un vieil homme ventru, souriant sous sa barbe blanche bien fournie, quelques demoiselles faisaient leurs courses... Si la Rose n'affichait rien, elle était meurtrie au fond d'elle-même de devoir mettre fin à cette scène de bonheur simple. Elle vit également deux jeunes enfants, habillé en haillons, un peu plus loin, ils regardaient l'étal avec envie, et semblaient mourir de fin.

La Courtisanes approcha du marchand.

- Salve messere...

- Ha ! Vous venez achetez quelque chose mademoiselle ! Mes produits sont les plus frais, vous ne trouverez pas mieux partout ailleurs en v...

Elle le fit taire, et lui montra un parchemin, c'était l'ordre d'arrêt de ventes à l'intention de cette boutique.

- Vous n'avez pas respecter les règles, je me dois d'intervenir ...

La Courtisane fit un signe de la main, et quelques secondes après, une groupes de gardes était arrivé, il avait suivis Fiora, comme elle l'avait demandé, ce fut un carnage totale, les hommes saccageaient l'étales. Sans mot dire, elle prit deux pommes bien rouge qui n'avaient pas encore été piétinée, et s'approcha des deux enfants affamés, elle leur tendis les pommes, qu'ils prirent sans hésité, et, toujours en silence, elle repartit dans les rues de Rome.

Elle ressentait un pincement au cœur, ce qu'elle venait de faire lui déplaisait, cependant, elle n'avait pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues (général) Ven 23 Déc - 21:19

Les trois Ventus se précipitèrent dans les rues de la ville de Rome. Leur première mission consistait à trouver et demander aux hérauts de faire passer le message inscrit sur l'un des parchemins que possédait l'ainé des Ventus. Les Ventus se dirigèrent vers l'une des nombreuses grande places publiques de Rome et y virent un premier héraut qui était en train d'énumérés de nombreuses annonces à voix haute. Les Ventus passèrent à coté des quelques personnes qui écoutaient pour se placer juste devant le héraut qui s'interrompit. L'Elémentaliste sortit alors le parchemin qui contenait l'annonce qui devait être dit et la montra au héraut. Le parchemin étant signé, et amené par la présence des Ventus, les hérauts n'avaient pas intérêt à refuser d'énoncer les mots inscrits sur le parchemin. L'ainé rangea le parchemin et quitta le lieu pour se diriger vers le suivant qui n'était pas trop loin du premier.

Après avoir passé quelques rues en marchant, les Ventus repérèrent le deuxième héraut. A nouveau, les Ventus passèrent devant les quelques personnes pour montrer le parchemin officiel au héraut. Le héraut le prit dans ses mains pour le lire d'un peu plus près, mais l'ainé comprit qu'il examinait la signature du document. Le héraut, convaincu de l'originalité du parchemin, hocha la tête et l'ainé des Ventus reprit le parchemin avant d'ouvrir la voie vers un autre héraut.

Le troisième héraut était un peu plus éloigné des autres mais celui-ci passait ses annonces dans un grand lieu public, beaucoup de gens entendraient donc l'annonce et il était inutile d'imaginer de choisir de ne pas passer par ce lieu durant cette mission. Après un quinzaine de minutes de marche, les Ventus découvrirent la position du héraut ainsi que l'incroyable foule qui écoutait les annonces. Une fois de plus, les Ventus dépassèrent toute les personnes pour rejoindre le héraut. Peut-être que la masse donnait du courage à certains habitants qui se mettaient à insulter les Ventus. Apparemment, tout le monde n'appréciait pas le maitre de la ville. Le Vindicatif et l'Elémentaliste ignoraient totalement la foule et pendant que l'ainé montrait le parchemin au héraut, le Dément, se rapprocha de la foule. Provoquant, il entra dans la foule où un grand nombre d'insultes s'étaient tue. Mais certains habitants continuaient à les insultait, le Dément se mit face à l'un d'eux et celui là continuait à les insultait. Le Dément lui fit alors une grimace ce qui effraya une grande partie de la foule alors que l'habitant en question devint bien plus agressif dans ses propos. Le Dément sortit alors sa gourde, lorsqu'il l'ouvrit, le Vindicatif lui prit immédiatement. Le Dément et le Vindicatif retournèrent vers l'ainé qui était en train de ranger le parchemin. L’habitant très courageux ne semblait pas avoir prit conscience qu'il avait failli y laisser sa vie. En effet, sans alcool le Dément avait un comportement étrange mais il restait encore plus ou moins stable et contrôlable, mais avec de l'alcool, cela devenait bien plus grave. Si le Vindicatif n'était pas intervenu à temps, un combat très rapide aurait eu lieu à cet endroit.

Les Ventus continuaient donc à chercher d'autres hérauts. Le suivant était encore plus loin et ce ne fût qu'après trente minutes de marche que les Ventus réussirent à trouver le héraut qu'ils cherchaient. Cette fois seulement deux personnes écoutaient mais cela, l'ainé s'en moquait totalement. Il les dépassa pour se placer devant le héraut avant de lui montrer à lui aussi le parchemin. Après que le héraut l'eut examinait en détail, le Ventus lui reprit des mains le parchemin pour le ranger dans ses vêtements. Le héraut avait un peu l'air gêné car il n'avait pas réussi à tout mémorisé. L'ainé lui ressortit donc le parchemin et lui montra en la gardant dans ses mains et ce, jusqu’à ce que le héraut hocha la tête. L'Elémentaliste rangea donc le parchemin et s'en alla en compagnie de ses deux frères qui le suivait de près.

Les Ventus enchainèrent les recherches et la démonstration du parchemin officiel comme ceci plusieurs à plusieurs hérauts. A présent ce fût plus d'une dizaine de héraut qui annonçait le message que contenait le parchemin. Les Ventus connaissaient un dernier lieu ou pouvait se trouver un héraut, ils s'y rendirent donc malheureusement il n'y avait pas de héraut sur les lieux, cela semblait très étrange aux yeux de l'Elémentaliste. Il demanda à ses frères de vérifier aux alentours, peut-être s'était-il trompé d'endroit ? Après dix minutes de recherches à trois, il n'y avait aucune trace de héraut à cet endroit. Un peu déçu, l'ainé des trois frères décida de retourner au palais pour placer le parchemin au lieu indiqué. Seulement le palais du maitre était bien loin de l'endroit où se trouvait les Ventus, ils n'avaient pas le choix et devaient marcher pendant un grand nombre de minutes avant de pouvoir l'atteindre.

Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Sam 24 Déc - 1:22


Tagliaferi




Tagliaferi était un riche marchand habitant désormais Rome. Cependant sous ses airs de bourgeoisie se cachait un fervent défenseur de la cause templière. Depuis quelques années maintenant il était un membre de l'ordre qu'il admirait tant. C'est d'ailleurs au sein de ce dernier qu'il avait appris à se battre. La spécialité de l'homme était le combat à épée. Malgré cela il possédait également un grand nombre de stratagème pouvant faire tourner un combat à son avantage. Ce n'était plus depuis bien longtemps un simple soldat. Il était à présent considérer comme un des officiers du maître des templiers. Tagliaferi avait élit domicile dans la ville antique sous les ordres de Cesare. En effet, il était devenu le contacte permanent templier dans cette immense ville. Le maître templier désirant reconquérir sa ville, un homme comme Tagliaferi n'était vraiment pas du luxe. Malgré cela la domination du mystérieux chef de Rome se faisait de plus en plus grande. Les derniers troupes templières sur place venait d'être exterminées par des mercenaires et dans la journée un ordre de quitter le territoire avait été fournit à tous membre d'un des deux ordres suprême. Rome allait devenir neutre... mais cela ne plaisait guère à Cesare qui décida de donner une série de mission à la dernier pion templier présent dans la cité excepté Tagliaferi. Cette fameuse personne était Fiora Cavazza, une courtisane ayant juré fidélité au maître templier. Le riche bourgeois avait donc comme instruction de lui donner les trois dernières missions à faire dans Rome. Ensuite celle-ci allait devoir retourner à Masyaf pour s'y installer, tandis que Tagliaferi remplirait toujours son rôle de contact.

Le templier arpenta ainsi les rues pour trouver la personne qu'il cherchait. Après bien des recherches il finit par trouver la courtisane aux ordres des templiers. Celle-ci avait tout d'une courtisane ordinaire, mais il y avait toujours le petit détail qui permettait de retrouver ses membres, le blason de l'ordre. Grâce à cela Tagliaferi su qu'il avait en face de lui la bonne personne. S'approchant donc de la jeune femme il l'aborda naturellement avant de lui montrer discrètement le blason des templiers marqué au fer sur son avant bras droit. Il l'emmena ensuite dans une ruelle déserte où ils seraient à l'abri des espions. L'officier templier put alors enfin discuter librement.


- Fiora Cavazza ! Comment vont les affaires ? Plutôt bien d'après ce que j'ai entendu dire ici et là non ?

L'homme entendait par là les derniers actes commis par la jeune templière. Tout n'était pas spécialement passé inaperçu, et c'était en autre pour ça que celle-ci devait quitter la ville.

- Je t'apporte les ordres du maître en personne ma chère Fiora. Des mesures ont été prises un peu partout dans la ville. C'est devenu trop danger pour toi de rester ici. Il te veut à Masyaf rapidement. Le maître pense que tu sera plus utile là bas.

Tagliaferi lui tendit en même temps la lettre cachetée de Cesare en personne. Rien que cette lettre devait normalement suffire à la courtisane pour quitter Rome directement. Les ordres du maître n'était que très rarement refusable... De plus à la fin de la lettre se trouvait une liste de trois missions à faire avant de quitter la ville antique. Ce serait surement les dernières de la jeune femme dans Rome avant un bon moment. L'échec n'était donc pas vraiment permis. Surtout qu'une erreur pouvait compromettre tout le plan futur du Borgia.

- Tu pourras également remarquer que tu as trois missions à accomplir ici même avant de te rendre à Masyaf. Cesare veut que tu fasse ton rapport dans la citée templière une fois celles-ci finies. Sur ce je te souhaites bonne chance pour la suite. C'est la dernière fois que nous nous voyons il me semble. Sauf si tu reste assez longtemps en vie pour revenir me voir à Rome.

Le templier quitta Fiora une fois ces paroles prononcées. Il avait tout dit et discuter plus longtemps était très dangereux dans une ville pareille. De plus Tagliaferi avait encore quelques trucs à régler dans Rome avant la fin de la journée. Disparaissant comme il était venu, dans la foule de la ville, l'homme s'apprêtait à reprendre sa vie habituelle.




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation :
Mission : Récupérer les derniers "impôts" templiers chez les commerçants romains. +/- 20 lignes
Templier affecté : Fiora Cavazza
Lieu : Rome (Commerces)
Gains : 5xp + 75 florins et 50 pour la ville

Citation :
Mission : Trouver (+/- 30 lignes) et tuer le dernier contact des templiers n'appartenant pas à l'ordre pour éviter toute traîtrise future. (combat PNJ)
Templier affecté : Fiora Cavazza
Lieu : Rome
Gains : A définir ensuite

Citation :
Mission : Eliminer toutes traces du passage de Fiora Cavazza dans Rome. +/- 25 lignes par lieux
Templier affecté : Fiora Cavazza
Lieu : Rome (au moins 3 lieux différents)
Gains : 15 xp + 155 florins et 130 pour la ville

_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Sam 24 Déc - 15:28

Lorsqu'elle reconnus l'emblème des Templiers sur l'avant-bras, la Courtisane sus directement qu'elle avait en face d'elle un des envoyé de Cesare, le maitre de son ordre. Mais ce ne fut pas ce seul détail qui attira en tout premier son attention, l'homme était bien habillé, et sa posture dégageais une certaine fierté, une certaine noblesse, or les hauts gradé des Templiers étaient bien souvent des personne issus de la bourgeoisie, voir de la réelle noblesse, elle ne fut donc pas surprise de reconnaitre en lui un allié. Elle trouvé également le Templier relativement sympathique, ce qui lui permis de ce détendre un peu, ils entamèrent leur discussion une fois loin des oreilles indiscrètes.

- Enchantée, monsieur. Je suis confuse, je ne connais pas votre nom, mais vous avez raison cependant, les affaires se portent très bien, mais comment se fait-il que vous soyez en courant ?

Fiora se remémora son parcours à Rome, ses actes récent... Il était vrais qu'elle ne c'était pas montrer spécialement discrète pour mettre à bien ses missions, pour la simple et bonne raison qu'elle se sentait plus qu'en sécurité entre ces murs, elle bénéficiait de la protection de ses amies les courtisanes de la Rose Fleurie, et si elle se trouvait en difficulté, elle avait toujours su compter sur elles... Bien sûre en échange elle ne manquait pas de leur offrir sa protection et quelque cadeaux rapportés de missions, quelques vols qui pouvaient passer inaperçus dans la cohue. Inévitablement, elle se souvint de ce qu'elle avait du commettre un peu plus tôt dans la journée, il était vrai qu'elle ne c'était pas montrée très discrète.

- A Masyaf ?! Je dois partir ?! ...


Une pointe de surprise perça la voix de la jeune demoiselle, elle n'avait pour ainsi dire jamais quitter Rome... elle avait ici tout ce dont elle avait besoin, amis, maisons, travail... Elle n'avais jamais été plus loin que Venise, l'Italie était pour elle une frontière jamais franchie, elle se voyait mal en sortir. Cependant, les ordres de Cesare Borgia étaient indiscutable, elle savait qu'elle n'avait d'autre choix que d'obéir, et de prendre la route pour Masyaf au plus vite.
Elle prit la lettre et l'ouvrit directement, comme le disait le Templier, elle avait trois dernières missions à accomplir avant de quitter Rome. Lisant ce qu'elle avait à faire elle sourit, ça ne demanderais pas plus d'une journée, d'ailleurs elle n'avait pas envie de s'éterniser, maintenant qu'elle n'avait plus qu'à partir, l'horreur des adieux sans doutes.

- Grazie messere...

En relevant la tête du document, elle vit que l'homme venait de se retourner pour partir, et elle ne fit aucun geste pour l'en empêcher... Après tout, il ne partait que pour assurer ses arrières, il ne fallait pas qu'on le vois trop longtemps en compagnie d'une jeune femme que certain savait agent des Templiers.

"Bien, je n'ai plus qu'à faire cela, commençons par récolter ces quelques impots, ensuite, le contact périra, en dernier, je n'aurai plus qu'à effacer mon existence ici, et ça sera bon... Rome va me manquer..."


Ainsi, elle regarda la liste qu'elle avait reçut avec les commerçant concerné, et partit vers sa sombre tâche.


Dernière édition par Fiora Cavazza le Jeu 5 Jan - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues (général) Mar 27 Déc - 12:16

Les Ventus retournèrent dans la cité, cette fois c'était dans l'intention de trouver un certains assassin qui aurait blessé plusieurs civils durant ses combats. L'objectif de cette mission était de l'isoler pour lui donner une bonne leçon. Malgré les nombreuses missions punitives qui avaient déjà étaient faite par les trois frères, les assassins comme les templiers continuaient de se faire remarqué à Rome. Pour l'Elémentaliste, cela était pénible au sens où aucun des deux camps n'arrivaient à comprendre que Rome appartenait aux Mercenaires, ils n'ont donc rien à faire dans cette ville et encore moins régler leur conflits. Lorsque les Ventus se retrouvèrent dans les rues de la ville de Rome, l'ainé décida qu'il valait mieux se séparer pour trouver cet assassin. Ainsi, chacun de leur coté, les Ventus effectuaient leurs recherches.

Le Dément, commençait ses recherches dans les sombres ruelles, les assassins étaient bien tentaient par ce genre d'endroits. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour trouver quelqu'un qui portaient de nombreux signes de l'Ordre des Assassins. L'assassin ne l'avait pas encore vu alors le Dément choisit de s'amuser en essayant de provoquer de la peur chez cet assassin. Le Dément escalada un bâtiment pour se retrouver sur un toit juste au-dessus de l'assassin.

Pendant ce temps là, le Vindicatif parcourait les toits de la ville. Il savait que c'était l'une des méthodes favorites des assassins et si l'assassin se déplaçait par ce moyen, il devrait le voir. Grâce à sa lance il pouvait sauter bien plus loin que la normale, en fait il posait sa lance verticalement au sol et l'utilisait comme appui. Ceci lui permettait d'atteindre des toits difficiles à escalader et ceci de manière hâtive. Sans succès, il ne trouvait pas une seule personne sur les toits, il décida donc de rejoindre l'ainé.

Quant à l'Elémentaliste, il cherchait dans les masses de citoyen qui parcourait les rues, c'était un moyen discret et les assassins s'en servaient pour échapper à des poursuivants ou simplement pour ne pas attirer l'attention vers eux quand ils se déplaçaient. L'ainé marchait tout en examinant les passants, d'aussi près il était impossible de manquer les signes distinctifs que possédaient les assassins. Justement, il venait d'en repérer un. Cet assassin se dirigeait vers une ruelle isolée, c'était le jour de chance de l'ainé qui le suivit jusque dans la ruelle.

Pendant ce temps, le Dément était déjà passé à l'action. Ricanait tout en se déplaçant de toit en toit. L'assassin l'avait entendu mais il n'arrivait pas à le voir. L'assassin décida donc de monter le rejoindre mais malheureusement pour lui, le Dément était déjà derrière lui. Lorsque l'assassin le comprit, il n'eut même plus le temps de se protéger car le Dément avait déjà commencé à frapper très rapidement. L'assassin, prit par surprise n'était apparemment pas assez rapide pour tenter une esquive, il se prenait tous les coups de plein fouet. Il ne fallut pas bien longtemps pour qu'il perde connaissance...

Lorsque le Vindicatif rejoint l'ainé, ils avaient encerclé l'assassin. L'assassin comprit qu'un combat était inévitable, en consèquence il brandit une épée.


- Des mercenaires hein ?
- Les assassins ont blessé de nombreux civils lors d'un récent conflit.
- Oui, c'est vrai et on n'en ai pas fier mais il n'y a eu aucun mort et puis ce sont des choses qui arrivent lors de conflits.

Le Vindicatif se rua sur l'assassin pendant que l'ainé était assis sur le sol en pleine méditation. L'assassin n'était pas mauvais au corps à corps mais le Vindicatif faisait en sorte qu'il soit obligé de rester concentrer sur lui. Après quelques minutes, l'ainé se releva, ses sens étaient en plein éveil et le Vindicatif fit un bond en arrière. L'assassin comprit que c'était entre l'Elémentaliste et lui. L'assassin fonça en direction de l'ainé, après de nombreuses esquives faites par l'ainé, l'assassin sortit une lame de sa manche, la lame se stoppa juste devant le cou de l'ainé.

- Qu'est-ce que !? Je suis bloqué...

L'ainé prit l'épée des mains de l'assassin et la retourna contre lui en lui tranchant la main qui était pointée sur lui avec une lame dans la manche.

- Disparaissez de Rome et n'y revenez plus.

L'Elémentaliste laissa tomber l'épée de l'assassin à ses pieds, l'assassin était humilié et avait perdu sa main. Cela devrait être suffisant pour leur faire comprendre qu'ils n'étaient pas les bienvenue ici. Le Vindicatif et l'ainé des Ventus s'en allèrent laissant l'assassin dans une inertie temporaire. Le Dément les rejoints en chemin, l'ainé comprit que le Dément avait eu à faire lui aussi à un assassin. Leur mission étant terminée, ils espéraient ne plus revoir ces deux assassins à Rome, du moins pas avant un bon moment...


Dernière édition par Ventus le Mar 3 Jan - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Mar 27 Déc - 21:37

De retour dans les rues, Fiora avait maintenant une nouvelle tâche à laquelle s'atteler, il lui fallait éliminer le dernier contact qui permettait au chef d'avoir des informations et de donner ses ordres, le dernier contact qui n'avait pas juré fidélité, comme Fiora l'avait fait, dans le passer, sans cette promesse, rien ne pouvait certifier que ce contact ne se rebellerais pas une fois la ville désertée par l'Ordre, et qu'il vendent les informations aux plus offrants. Fiora se dirigea vers le quartier Antico, elle savait qui elle avait à trouvé, il s'agissait d'un voleur, un voleur indépendant donc, qui ne travaillait que pour lui même, l'un des rares qui n'avait pas rejoint la Guilde de La Volpe, par orgueil sans doute.

Il vivait dans le sud de Rome, la Courtisane n'en savait pas vraiment plus, d'ailleurs elle ne connaissait que peu d'espion et contacts de Cesare dans Rome, elle en avait rencontré beaucoup, mais n'avait plus aucune nouvelle depuis,... Il Lupo, Lia di Russo, Cahin et Caha, Malfatto, ... Avait-ils reçut des ordres semblables de la part du Maestro ? Elle n'en avait avait aucun idée, et en vérité, cela l'importait peu... A vrai dire, elle n'aimait aucun des Templiers qu'elle croisait, surtout les êtres abjectes comme le médecin tueur de prostituées...

Traverser Rome fut assez rapide, depuis le temps qu'elle y vivait, elle connaissait le chemin le plus court jusque le quartier recherché. Bientôt, fier comme jamais, le Colisée se dressait devant-elle, il semblait indestructible, elle avait l'impression que même le temps ne pourrait avoir raison de lui .

C'était ici même que sa chasse commençait vraiment, l'endroit était vaste, mais elle était certaine qu'elle trouverait ici l'homme qu'elle cherchait, elle ne savait pas grand chose de lui, cependant elle pourrait le repérer grâce à la description donné sur le papier remis par Tagliaferi. Elle se mit donc a ratissé l’immense quartier Antique de Rome, elle commença sa recherche dans le Colisée, celui-ci avait beau être plein de monde, il n'y avait aucune trace du voleur recherché, elle fouilla malgré tout chaque étage, et, une fois tout en haut, jeta un dernier coup d’œil sur l'ensemble de Rome, sa chère ville natale...

Ne se laissant pas attendrir, elle repartir directement vers le sol, exécutant et très beau saut de l'ange dans une botte de paille qui passait justement en dessous, elle fit une atterrissage sans encombre et partit directement, préférant mettre de côté tout sentiment aussi longtemps qu'elle en serrait capable. Elle explora rapidement les thermes près du Colisée, rien non plus mit à part quelque curieux qui inspectait les recoin de la ruine, décidément, les recherches n’avançaient pas beaucoup. La pyramide de Cestius n'apporta pas beaucoup plus de réponses, cependant Fiora s'en doutait, après tout, si ce contact était malin, il ne trouverait pas refuge près des monuments les plus visité, elle se tourna donc vers les endroits moins fréquentés, c'est à dire les ruines de maison, les entrepôts abandonné,... Bref, tout ce qui pouvait abrité quelque chose.

La courtisane commençait à désespéré quelque peu, ne trouvant rien du tout, même pas sombre indice, cependant, alors qu'elle visitait, l’œil lourd, quelques ruines, elle vit un entrepôts qui tenait encore bien debout, d'ailleurs il était pourvus d'une porte qui tenait encore, cette masure abandonnée pouvait bel et bien servir de refuge, le toit n'étant pas tout à fait écroulé. Curieuse, et ouvrit la porte sans bruit, laissant pénétré un mince filet de lumière dans l’entrepôt. Elle était convaincue que cet endroit n'étais pas là par hasard, c'était forcement la demeure de quelqu'un qui cherchait à se cacher. L'intérieur d'ailleurs montrait bel et bien des signes de vie, quelques armes disséminée, un lit de fortune fait avec de la paille, et surtout, un homme qui se tenait debout, droit comme un I, devant la courtisane.


- Si je ne m'abuse, c'est bien vous que je cherche...

En effet, l'homme ressemblait bel et bien au signalement sur le papier.
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 28 Déc - 18:35


Roméo Galardi

Homme de bonne famille, Roméo Galardi était un noble de Rome. Sa fortune était certes modeste comparé à certains, mais son train de vie n'en restait pas moins aisé et agréable. Cependant, il y a de cela plusieurs années, les Templiers gouvernaient Rome et avec eux Rodrigo Borgia ainsi que son fils Cesare. L'oppression avait alors commencé et de grandes taxes avaient été mises en place. Pour y échapper, le jeune homme n'avait pas eut d'autres choix que de s'allier à eux. Au final, il fallait même l'avoué, il avait eu de bonnes affaires et s'y retrouvait bien, cet accord devint vite un lien d'amitié, du moins c'est ce qu'il croyait. Il y a quelques heures, tandis que les Hérauts annonçaient le départ des Templiers et des Assassins, on vint l'avertir qu'une chasseuse de tête avait été envoyé, on la nommait la Courtisane. Cet accord ne tenait plus, on voulait intenter à sa vie. Sans réfléchir il partit vers un endroit désaffecté, abandonné. Malheureusement, on l'avait retrouvé ...

- Alors c'est dont toi, celle que l'on nomme "la Courtisane" ... Je comprends pourquoi au vu des ton accoutrement. Mais si tu es Templière, l'argent, le pouvoir, tout ça t'intéresse n'est-ce pas? Si je te dis que j'ai ce qu'il te faut? Me laisserais-tu en vie en échange de cela? Je disparaitrais alors ...

En vérité, cet accord n'était qu'une porte de sortie, un élan de désespoir. Le jeune homme ne savait pas se battre tel un Templier, on lui avait simplement donné quelques cours. Sans doute aurait-il dû engager un Mercenaire? Ou peut-être aurait-il dû mieux se cacher? En tout cas une arme était accrochée à sa ceinture, dissimulée sous sa tunique, invisible. Il serait quoi en faire au besoin ...


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Choisit entre fortune ou fidélité.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 28 Déc - 18:50

Ainsi donc, la Courtisane avait bel et bien trouvé l'homme qu'elle cherchait, et en réalité elle était assez surprise. Elle s'attentait à trouver un voleur, un sans le sous qui se battait comme il pouvait pour survivre, visiblement, elle c'était trompé. Le jeune homme qu'elle voyait n'avait rien d'un voleur, c'était tout le contraire. D'un geste lent et calculé, elle s'adossa contre le chambranle de la porte, et s’éventa doucement avec l'arme accrochée à sa ceinture, le geste qui semblait anodin, de devint très vite une menace, en effet, les feulement métallique de l'éventail avait quelque chose d'inquiétant.

Elle écouta avec attention les dires de sa cible, le jaugeant d'un regard froid, presque glacial, non pas qu'elle ne ressentait rien, mais qu'elle préférait ne rien montrer, afin que son adversaire ne profite pas de ses faiblesses. Car la Courtisane n'aimait pas tué, que ce soit au nom de son ordre ou pas,... Pour quelle raison ? Ce jeune homme n'avait absolument rien commis, sa seule erreur avait été de s’allier avec les Borgia, sans doute par dépit, comme la plupart des personne qui pactisaient avec eux. Tous le disaient, ceux qui ne périssaient pas sous l'épée de Cesare Borgia préférait s’allier à lui, c'était même le cas de Fiora. Seulement, ce contact n'allait jamais rien savoir de cela, son visage de marbre ne la trahirait pas.


- Fiora Cavazza pour te plaire,... Seulement tu fais erreur sur moi, l'argent et le pouvoir ne m’intéressent pas, tout ce que je veux, c'est sortir de la misère, et ça on me l'as déjà offert... Ta proposition est très généreuse, cependant, les dés sont déjà jetés.

Pleine de sang-froid, elle fit quelques pas vers lui, affichant un sourire aussi beau que menaçant, la Courtisane savait tué, savait se battre, et savait qu'elle n'avait d'autre choix, elle ne trahirait pas les Borgia, non pas par loyauté, mais par dépit, c'était sa vie à elle contre la sienne.

- J'espère que tu es près ...
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 28 Déc - 22:01


Roméo Galardi

Le jeune homme était face à son bourreau, celle-ci semblait s'efforcer de rester froide et distante. Elle refusa alors la proposition que lui faisant sa future victime, cependant elle semblait trop belle pour n'être qu'une tueuse de sang froid comme pouvait l'être certains Templiers. Cahin & Caha, un redoutable duo paraissait-il. Roméo avait eu le malheur de les croiser un jour, heureusement que quelques Templiers étaient passés chercher leurs informations quotidiennes ou il serait mort ce jour là. Réfléchissant, son sang ne faisait qu'un tour. Il pourrait surement lui tenir tête un petit temps mais il finirait par mourir, elle était bien meilleure et surement plus habituée à de tels combats, il devait ruser. Les Templiers étaient en un sens comme les Mercenaires, si on trouvait de quoi les appâter ils changeaient d'avis, c'était dans leur nature. Il devait réessayer.

- Je vois, tu sembles sûr de toi mais dis moi une chose ... Hier je faisais partis de ton camp, j'étais protégé par les Templiers et aujourd'hui me voilà en danger de mort, alors réponds à ceci, qu'est-ce qui t'indique qu'un jour on enverra pas quelqu'un te tuer, lorsque tu seras trop gênante? N'as-tu pas compris que nous n'étions que les pions de Cesare? Tel un pion sur un échiquier nous sommes sacrifiés les premiers pour servir le Roi tandis que les fous et les tours n'arrivent qu'en dernier, actuellement en sécurité dans les murs même de votre nouveau repère.

Il fit une pause souriant un peu, levant ensuite les bras au ciel de façon à ce que c'est main arrive au niveau de ses oreilles avec les bras tendus ou presque.


- Ouvres les yeux Fiora Cavazza, combien de courtisanes seraient prêtes à tuer pour avoir ce qu'on t'a donné? Des dizaines ! Lorsqu'il n'aura plus besoin de toi, il en choisira une autre et recommencera jusqu'à ce qu'il ait atteint son but ! Je t'offre aujourd'hui la possibilité de lui échapper, de rejoindre un Ordre où on n'utilise pas les gens ou simplement de retourner dans l'ombre les poches pleines de florins ! Réfléchis bien car après ma chère, tu ne pourras qu'être vouée à la mort ! En espérant que tu lui sois toujours utile, mais le seras-tu?!

Baissant les bras, il reprit un air sérieux, il n'avait dit là que la pure vérité mais réagirait-elle? Peut-être était-elle trop envouté par le Maitre Borgia ...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Même choix que précédemment.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 28 Déc - 22:36

Fiora avait écouté le jeune homme en essayant de camoufler, tant bien que mal, que ses paroles avaient bel et bien un effet sur elle. Elle ne sourcillait cependant pas, avalant ses paroles sans broncher, elle ne souriait plus pourtant, elle se rendait compte que ce jeune homme aux traits inquiets n'avait pas tort, et que toute ses paroles étaient vraies. Les Borgia, après tout, n'était pas connus pour être fidèle à leurs promesse, et en y réfléchissant, Cesare n'avait jamais eu réellement besoin d'elle, elle servait juste de contact parmi la foule, étant donné que dans Rome, toutes les portes lui étaient ouvertes... Mais maintenant que la ville allait lui être fermée, quelle serait son utilité ? Et si ce jeune homme avait raison, si les Templiers se débarrassait d'elle, comme aujourd'hui elle allait se débarrasser de lui, lorsqu'ils n'auraient plus besoin de ses services...

Soudain, lorsqu'il eu finit de parler, elle leva la main gauche, paume vers lui, comme pour le gifler, elle n'en pouvait plus, elle ne voulait qu'une chose, qu'il se taise, et qu'il la laisse ignorer, oublier cette sensation affreuse que de n'être qu'un chien au service de son maître... Elle se mordit la lèvre inférieur et, tremblante, baissa sa main avec hésitation, il avait éveillé sa curiosité. Elle le regarda longuement, analysant ce garçon. Il n'avait rien d'un agent des Templiers, il n'avait aucune cruauté dans le regard, à la différence des autres agents qu'elle avait croisé. Qu'est ce qui avait bien put pousser quelqu'un comme cela à aider les Templiers, et aujourd'hui en parler comme s'il les haïssait... Est ce que lui aussi avait rejoint les Borgia dans l'unique but de protéger sa vie ?


- Quel est ton nom ?

La question était anodine, mais elle n'aimait pas tenir une conversation sans connaitre le nom de son interlocuteur.

- Je t'ai écouté jusqu'au bout, et je dois avouer que tu ne te trompe pas... Cependant, tu dois te douter que le choix ne dépend pas de moi, c'est ta vie contre la mienne, tel est le but du jeu pour les Borgia, et tu ne sais pas combien de contact ils ont dans l'Italie, j'ai bien peur pour toi que même si je te laisse filer, ils te retrouvent tôt ou tard... Et si je te laisse fuir, il me tueront, moi aussi.

Elle marqua une pose, elle avait toujours son éventail à la main, mais replier... Cependant l'arme ne restait pas moins dangereuse, un geste rapide, et une gorge était tranché, le déplier ne prenait même pas une seconde. Elle avait été fasciné par son discours, et les traits de son visage s'était décontracté quelque peu, mais elle restait sur ses gardes, les ruses étaient monnaies courante dans la ville de Rome, surtout pour une courtisane. Elle avoua ensuite, perplexe.

- Tu as évoqué un ... un Ordre ? J'aimerais en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Jeu 29 Déc - 1:34


Roméo Galardi

Apparemment le discours qu'avait tenu le jeune homme avait touché la demoiselle même si elle tentait de le cacher. Elle n'était pas comme les autres, elle semblait être humaine et peut-être ... oui peut-être même qu'elle n'aimait pas tuer. Son jour de chance était-il enfin arrivé? Après tant d'années d'oppressions et souvent de malheur, avait-il enfin la chance d'être libéré? Certes, il avait parfois profité de la situation que lui offrait son statut du temps où Rome était à l'Ordre des envoyés du pape, mais au final il avait toujours des remords qui le rongeaient continuellement. La demoiselle lui demanda son nom et donna son point de vue en finissant par une question. Elle semblait à l'écoute. Le jeune homme lui tourna le dos et lui demanda de le suivre, ils arrivèrent dans un bâtiment touchant l’entrepôt, en vérité c'était là qu'il dormait. Malheureusement il avait eu l'idée de venir jeter un coup d’œil après les quelques bruits dans le bâtiment qui tenait à peine debout. Devant eux se dressait alors un bureau où l'homme s'assit en faisant signe à la demoiselle de s'assoir en face de lui.

- Je me nomme Roméo Galardi, je suis le fils d'un Noble. Vous vous demandez sans doute ce qui m'a poussé à m'allier aux Borgia et en voici la raison. Il y a de cela plusieurs années, les Borgia avaient la main mise sur la ville où nous sommes et les impôts pour les hommes comme moi furent nombreux. Les gardes frappaient souvent à nos portes et emportaient nos butins journaliers. Une fois, je n'eus pas assez d'argents selon eux et pour rester en vie, j'ai dû prêter allégeance à Rodrigo Borgia puis à sa mort, à son fils Cesare.

Il baissa les yeux, il semblait triste et affecté par ce récit.

- J'ai vendu mon âme au diable ainsi qu'à son fils. Et vous faites bien pire que moi puisque vous devenez leur démon en tuant sur commande. Cependant, j'ai la sensation que vous êtes ... différente. Cahin et Caha, vous les connaissez peut-être ... Eux m'auraient tués sans attendre et l'arlequine m'aurait dépouillé jusqu'au dernier bouton de manchette pouvant valoir un florin ...

Il avait relevé les yeux, un regard de haine et les poings serrés. Il se détendit ensuite pour répondre à sa question.


- L'ordre dont je vous parle vous le connaissez puisque vous les considérez aujourd'hui comme des ennemis. Les Assassins. J'ai compris bien trop tard que leurs convictions étaient pures et sincères. Ils luttent contre l'oppression et l'illusion. Avez-vous déjà observé un Assassin? Ils semblent heureux et à la fois porteur d'un fardeau, celui de débarrasser le monde d'hommes comme les Borgia. Mais ce n'est pas tout, les voleurs de Rome menés par la Volpe et les Mercenaires menés par Bartolomeo d'Alviano se sont alliés à eux. Plus d'un Ordre ils semblent être une famille et vous devez en connaitre certains membres. La Rose Fleurie, ce nom ne vous est-il pas ... familier? L'établissement est aujourd'hui dirigé par la sœur cadette du grand maitre Assassin, Ezio Auditore. Sa soeur se nomme Claudia, elle a tant fait pour les femmes de joies ...

Il fit une pause et joint ses mains sur le bureau en face de lui.

- Vous avez un homme qui tue vos amis, un Templier, ne croyez-vous pas qu'un jour l'envie lui viendra de se mesurer à vous? Peut-être est-ce même déjà en cours, peut-être a-t-il eut l'ordre de vous tuer ... Votre mission était d'exécuter les derniers informateurs de la ville n'est-ce pas? Si je vous dis que vous en êtes une dans l'optique où vous deviez surement faire des rapports sur ce qui se passait? Un massacre entre Templiers est tout à fait imaginable je le crains.

Il se remit sur le dos de son siège, se tenant toujours très droit.

- Vous m'avez dit que à cet instant, cela se jouait entre votre vie et la mienne, n'est-ce pas? Mais avez-vous pensez qu'en unissant nos vies nous serions plus fort? Et si alors nous venions à l'allier aux Assassins, elle serait assurée. Regardez dont où ils sont rendus, le Pape est mort et son fils connaitra sans doute bientôt le même sort. Et si cet Ordre ne vous convient pas, il en existe bien d'autres, dont certains très peu connu voir uniquement de ma personne. Informer les Borgia m'a donné le loisir de connaitre certaines choses ...

Il leva le menton avant de mettre ses bras en parallèle sur la table, les poings crispés.

- Mais si n'être qu'un pion destiné au sacrifice vous convient, demoiselle, alors qu'il en soit ainsi, tuez moi.

Il resta ainsi, attendant une parole avant de se remettre en bonne position ou ... la mort.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Choisit ta destinée Fiora Cavazza.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Jeu 29 Déc - 12:46

La Courtisane fut vraiment surprise que la proie ose tourner le dos à son chasseur, cependant elle le suivis sans faire quoi que ce soit, consciente que ce jeune homme avait bien des choses à lui apprendre. La pièce où elle entra lui parus moins délabrée que l'autre, mais elle comprennait aussi pourquoi il c'était caché ici, cette partie des ruines de Rome n'étais pas fréquentée ou très peu, sans doute avait-il espéré que la Courtisane ne le trouverait pas ici. Le jeune homme prit sa place sur le bureau, et Fiora le suivis, s'asseyant elle aussi en face de lui. Même si elle était tendue, elle tentait de ne pas le montrer, croisant les jambes, elle fixait ce personnage énigmatique qui était parvenus à semer le doute dans l'esprit de la jeune femme, de nombreuses questions se bousculaient dans sa tête, des questions auxquels elle n'avait jamais trouvé de réponse, et qu'elle avait préféré mettre dans un coin de sa tête. Seulement maintenant elle y faisait face, sont allégeance envers les Templiers suffirait-elle à garantir sa survie auprès de ceux-ci ? Ses soit disant alliés en étaient-ils vraiment ? Après tout, même si les idéaux de paix des Templiers étaient respectable, leurs méthodes violentes et cruelles l'étaient moins, le technique était d'assoir leur domination pour imposer leurs illusions à leurs sujets.

- Sur ce point, Roméo, nous avons un point commun ... Et je peux t'assurer que nous ne sommes pas seul dans le cas, de nombreux citoyens de Rome on apporté leurs services par dépit plus que par envie,...


Fiora remarqua que ce jeune homme semblait affecté lui-même par son propre récit, il devait être en train de soulever des souvenirs douloureux qu'il aurait préféré oublié. Elle aussi l'était, beaucoup plus que ce qu'elle n'osait le montrer. Le jeune homme lui rappela sa rencontre avec Cahin et Caha, les deux Arlequin tueurs de Rome, elle avait même du assassiner quatre cibles en compagnies de ces deux fous. Ils lui avaient laisser le souvenirs de deux psychopathe, le rire de l'Arlequin lui glaçait d'ailleurs encore le sens, elle ne pouvait comprendre qu'on aime tuer à ce point...


- Oui, j'ai eu l'occasion de rencontrer, et ... J'en ai honte, mais j'ai aussi du travailler avec eux. Tu affirme que je suis différente des autres, cependant j'ai moi aussi tué beaucoup de gens qui ne l'ont jamais mérité sous les ordres de Cesare... qu'est ce qui te fais croire que j'ai autant de scrupule ?


Elle écouta la réponse à sa question avec avidité, elle n'avait pas énormément entendus parlé des Assassins durant son parcours, et en tout cas, on ne lui avait jamais confié de mission qui les mêlait à eux. Elle savait juste qu'ils étaient rivaux avec son ordre, et d'après quelques échos entendus des officiers des Templiers, il s'agissait de tueur qui usait de la discrétion, et qui se battaient comme des lâche... Cependant, elle ne pouvait se fier à un avis subjectif comme celui-là. Maintenant elle comprennait pourquoi les Templiers haïssait les Assassins, si ceux-ci se battaient bel et bien pour la liberté, des gens comme Cesare, qui préfèrent dominer plutôt que de laisser le choix aux gens, qui préfèrent créer une illusion de liberté aux gens plutôt que les laisser vivre comme ils l'entendent.


- Claudia Auditore ? La nouvelle dirigeante de la Rose Fleurie ? Je l'ai rencontrée quelque fois, je ne savais qu'elle...

Avant de finir sa phrase, elle se rendait compte que Roméo prennait un risque très conséquent, en effet, il lui donnait de nombreuses informations et certaine révélation, alors qu'elle pouvait très bien le tuer et partir tout rapporter à ses maître... Tenait-il tant que ça à faire changer l'opinion de la demoiselle ?

- ...Qu'elle était avec eux... Je connais pas Ezio Auditore, peut-être de nom, mais sans plus. Tout ce que je sais, c'est qu'il à donné du fil à retordre à Cesare ... Qu'il s'ait introduit plusieurs fois au Château Saint-Ange malgré les nombreux gardes. Il me parait étonnant qu'un homme puisse s'introduire dans ces murs et en ressortir vivant.

Elle prit une nouvelle pause, puis répondis.

- Je dois avouer que je ne sais rien de ce qui m'attend quand je rentrerai à Masyaf,... Mais une fois là-bas, est ce que je serai encore utile ? ...Vous m'inquiétez... Et s'il prévoyait de se débarrasser d'un pion devenus inutile... Après tout, mes atouts se trouvent ici à Rome... Si je perd, je devrai reprendre tout depuis le début, me faire de nouveaux liens, de nouveaux contacts... Et s'il ... N'avait plus besoin de moi ?

La jeune demoiselle frissonna, elle venait d'avouer toute ses inquiétude ouvertement, trahissant du même temps son masque d'insensibilité, prouvant ainsi que ce qu'il disait avait beaucoup d'influence sur elle. Après tout elle avait beaucoup réfléchit à tout cela par le passé, et c'était dit qu'elle n'avais d'autre choix que de continuer jusqu'à ce que la situation devienne dangereuse.

- En mêlant nos efforts, quitté Rome et voyager en sécurité devrais être plus aisé... Mais es-tu certain que ces Assassins accepteraient de nous aider ? Qu'ils accepteraient que je m'allie à eux... Regarde qui je suis,...

Sa dernière phrase lui fit l'effet d'un coup de révolver dans le coeur, elle l'observa un long instant, et sortit de nouveau son éventail. Elle se leva doucement, et posa son arme tueuse sur le bureau, refermé, répondant ainsi à la question de Roméo.

- Tu ne mourra pas aujourd'hui... Je place ma confiance en toi... Cependant, la situation est complexe, j'avoue ne pas savoir que faire.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Ibn-La'Ahad
PNJ - Modo
avatar
Messages : 100
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Jeu 29 Déc - 21:26


Tagliaferi



Tagliaferi après son départ de l'entrevue qu'il avait eu avec la courtisane au service des templiers commença alors sa propre mission qu'il avait eu en même temps que celles de la Fiora en question. En effet, Cesare Borgia lui avait ordonné de surveillé le bon déroulement des missions données dans le but d'évaluer correctement le potentielle de la jeune templière qui restait encore très inconnue pour le maître de Masyaf. C'est ainsi que Tagliaferi suivit pendant un long moment sa cible sans la perdre un instant de vue et tout ça sans se faire remarquer. La première mission qui consistait à récupérer les impôts chez les marchands avait été correctement accomplie même si Fiora avait aidé une vieille amie ce qui ne plaisait pas fort au templier qui la suivait. Cependant tout se corsa bien plus ensuite. En effet, la mission consistant à tuer un ancien indicateur ne se déroula pas bien du tout. La discussion entre la tueuse et sa proie à l'intérieure de l'entrepôt tourna en faite en total faveur de celui qui devait normalement mourir. Au bout d'un moment ce dernier réussi même à faire douter la jeune templière pour au final la faire changer en grande partie de camp en l'emmenant dans son bureau. Cela était un acte de pure trahison. Tagliaferi devait donc à présent agir, il n'avait plus d'autre choix. Fiora avait accepté le marché, ainsi aucun retour en arrière n'était à prévoir. Le templier entra donc à son tour dans le bâtiment à la grande surprise des deux occupants précédent.

- Et bien... Vous m'avez l'air bien surpris ! Fiora, vous me connaissez déjà, par contre vous messieur ne me connaissez certainement pas. Je me présente, Tagliaferi, templier au service ici à Rome de Cesare Borgia en personne. J'espère que je ne vous dérange pas... Votre discussion était tellement intéressante...

L'homme fit alors une pause regardant tour à tour les deux personnes non loin de lieu. Tagliaferi étant juste devant la porte, bloquant ainsi le passage pour éviter surtout la fuite de la jeune templière qui avait retourné sa veste.

- Fiora... Je me vois dans l'obligation de vous ramener à Masyaf de grès ou de force visiblement. Cela me déçoit fortement mais bon... Cesare devrait pouvoir régler notre petit soucis assez rapidement. Quand à toi jeune assassin, je pense que seul la mort s'offre à toi. Je te laisse le choix, veux-tu mourir directement ou tenter de résister pendant un court instant ? Tu souffrira certainement plus si tu choisis la deuxième possibilité.

Tagliaferi porta au même moment sa main à la poignée de son épée prêt à s'en servir à tout moment. L'homme en face de lui ne semblait pas très résistant, le combat s'annonçait très inégal. Cependant une réaction de Fiora était aussi à prévoir. Qu'allait donc faire la jeune courtisane ?

_________________________________________________

Rien est vrai, tout est... permis.

Master PNJ - Modérateur - Invincible
Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com/
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Ven 30 Déc - 1:53

La Courtisane ne savait plus quoi penser, ses idées n'étaient désormais plus clair, Roméo avait réussit à la faire doutée d'elle-même, de sa fonction, et de son ordre tout entiers. Lorsqu'elle avait juré fidélité aux Borgia, elle savait qu'elle ne le faisait que pour la seule et unique recherche du bonheur, elle se moquait bien de la richesse ou du pouvoir, tout ce qu'elle voulait c'était sortir de la misère... Cependant, en travaillant pour les Templiers, elle avait délaissé tout ses idéaux, tout ce en quoi elle croyait... La vérité, la liberté et la justice n'étaient plus qu'en vérité une vague chimère, qu'elle avait préféré oublié pour éviter toute souffrance.

L'arrivée impromptue de Tagliaferi ne l'aida pas à reprendre ses esprits, en effet, sa présence révélait-elle aussi une tonne de questions. Que faisait-il ici ? L'avait il suivie ? Si c'était le cas, pourquoi l''avait-il fait, était-ce sous les ordre de Cesare ? Et si le jeune homme derrière son bureau avait raison ? Et s'il voulait tester son utilité, et si elle ne se montrait pas à la hauteur, est ce qu'il la ferait tué ?... Ses questions en tout cas attendraient, de toute façon il était trop tard pour reculer, Fiora avait accepté le marché Galardi, et cela le Templier l'avait entendus, cet acte faisait d'elle une traitresse en tout les cas, et elle en payerait le prix.

Par instinct, elle reprit l'éventail posé sur le bureau et le déplia.

- Tagliaferi... J'ai bien l'impression que vous vous emportez quelque peu, est-ce que je me trompe ?

Elle lui fit son habituel beau sourire, elle savait très bien qu'il ne se laisserait pas charmer, ce n'était de toute façon pas le but de sa manœuvre. Elle se plaça ensuite entre le jeune homme et le Templiers, pour le protéger si cela devenait nécessaire.

- Je n'aime pas vous contredire vieil homme, cependant je n'ai pas l'intention de vous laisser toucher un seul cheveux de sa tête. D'ailleurs je...

Elle prit une grande inspiration avant de finir sa phrase, plongeant ses yeux dans ceux du combattant en face d'elle, elle savait que de toute façon, si elle terminait devant Cesare, son sort ne serait guère pas glorieux, si elle ne finissait pas tuée, bien pire que cela pouvait lui arriver, à ce qu'elle avait entendus, les Borgia avaient horreur des traitres, mais elle n'en savait pas plus...

- ...Je n'ai pas l'intention de vous accompagné jusqu'à Masyaf, j'en suis navrée...

Elle fixait toujours son interlocuteur, s'assurant que Roméo restait à l’abri derrière elle,... Elle ne savait pas si elle l'aimait ou le haïssait, après tout, c'était de sa faute si aujourd'hui elle se trouvait forcée de croiser le fer avec un de ses anciens alliers, cependant c'était aussi grâce à lui qu'elle avait cette opportunité de découvrir une vie qui lui donnait moins de remords et de regrets... Mais, pour elle, coûte que coûte, elle allait le protéger jusqu’à ce qu'ils soient tout deux en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Ibn-La'Ahad
PNJ - Modo
avatar
Messages : 100
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Sam 31 Déc - 13:46


Tagliaferi


Ah la suite des ses paroles Fiora intervenu à son tour tout en prônant un discourt bien surprenant pour une templière. Cette fois il n'y avait plus de doute possible, elle avait retourné sa veste et était passée du côté ennemi. La jeune courtisane s'interposa même entre son ancien patron et le jeune assassin non loin dans le but de protéger ce dernier. Malheureusement pour elle même à deux contre un ils ne faisaient pas le poids face à Tagliaferi, c'était peine perdue... Cependant le templier ne savait exactement quoi faire de la traite. La tuer ici même n'était pas possible. La ramener de force à Masyaf était sa seule solution, mais même ainsi le future de la jeune courtisane ne serait pas meilleure. Se retrouver face à Cesare après un tel acte était même peut être pire que la mort elle même. Tagliaferi réagit donc à son tour se préparant au combat.

- Je n'aurais jamais pensé cela de toi Fiora... Mais tu ne me laisses pas le choix. Même en vous alliant vous n'arriverez pas à me battre, tu ne fais que aggraver ton cas.

C'est à ce moment même que la future confrontation fut interrompue par une dizaine d'assassin. Ceux-ci avaient pour tache d'escorter le jeune noble. Cela ne facilitait pas du tout les choses. Un tel combat devenait impossible pour Tagliaferi, surtout que ce n'était pas de simple assassin. Mais pourquoi autant d'homme ? Ce n'était pas vraiment logique, jamais une escorte pareille ne c'était vue auparavant. Malgré cela ils étaient là et le templier ne pouvait plus faire grand chose. Le combat serait donc remit à plus tard. L'homme lança alors ses dernières paroles avant de s'éclipser.

- Je vois que le combat à la loyal n'est toujours pas votre fort chers assassins... Fiora, ne pense pas que tu t'en sortira ainsi. Cesare ne laissera pas passer une telle trahison. Sur ce à bientôt jeune courtisane !

Tagliaferi disparu alors comme il était venu. La situation ne lui plaisait pas du tout mais il n'avait pas d'autre choix que de s'enfuir ainsi...

_________________________________________________

Rien est vrai, tout est... permis.

Master PNJ - Modérateur - Invincible
Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com/
Fiora Cavazza

avatar
Messages : 66
Date de naissance : 24/04/1995
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 23

Feuille de personnage
PV:
935/2050  (935/2050)
Énergie:
550/1975  (550/1975)
Expériences:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Rues (général) Dim 1 Jan - 13:24

La Courtisane fut autant surprise que Tagliaferi de voir ainsi une dizaine d'Assassin, caché juste au-dessus de leurs têtes. Ainsi, sans même le savoir, si la jeune femme avait choisit de tué sa cible, elle serait mort à son tour... aussi bonne combattante soit-elle, elle n'aurait pas fait le poids contre un tel nombre, et la fuite, vu sa position, aurait été impossible... D'ailleurs, en y réfléchissant bien, elle n'aurait pas seule fait le poid contre le Templier, l'homme semblait avoir beaucoup plus d'expérience que la jeune femme, une forme physique beaucoup plus puissante aussi, ainsi qu'un entrainement plus poussé... Elle ne c'était pas rendus compte, sur l'instant, d'à quel point sa vie était menacée, que ce soit par son ancien allier, autant que par les Assassins qui trônaient au dessus de sa tête.

Les paroles de son rival, juste avant son départ, eurent le don de donner une bonne quantité de remords à la demoiselle et sa menace, liée à Cesare, la fit frisonner de tout son être... Il avait raison, si le Templiers mettait la main sur elle, elle n'aurait sans doute même pas droit à la mort... Et le "A bientôt" qui résonna à la fin de sa phrase sous entendais qu'il allait lui faire payer... Ce qui fit naître d'affreuse douleurs d'appréhension, une boule dans le ventre de Fiora.

Elle se tourna vers Roméo, le mystérieux jeunes homme, elle ne comprennait pas ce qui avait poussé ces Assassins à le protéger autant, lui qui, à la base, devait être un agent des Templiers... Elle était à nouveau perdue dans ses penser, hésitante, après tout, si elle venait de trahir les siens,la douleur était perforante...


- Ainsi ... Nous n'étions pas seul... Tâchant un bref sourire. Je ne sais si j'ai fait le bon choix... J'espère que mes proches ne souffriront pas de ma nouvelle décision... C'est ma plus grande inquiétude.

Elle marqua une courte pose, essayant de se calmer, afin que la douleur de l'inquiétude, elle aussi, s'envole... Elle songeait à sa meilleure amie, Rubina, qu'elle avait vue en prenant les impôts, espérant qu'elle ne subirait aucun représailles. Car si Tagliaferi l'avait suivie durant toute la durée de sa première mission,... Il allait peut-être se servir d'elle... La Courtisane écarta cette optique de son esprit, pour s'éviter de nouvelle douleur. Elle leva les yeux vers les Assassins.

- Je ne sais comment vous remercier, merci, à tous.

Son sourire devint plus franc, et toute l'assemblée put en profiter, elle se détendait légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues (général) Lun 2 Jan - 15:57

Elle venait de terminer de monter le mur, quand elle remarqua qu'il lui manquait quelque chose. Le chien de tout à l'heure venait de partir avec quelque chose dans la gueule, il avait failli la mordre pendant son ascension. Elle inspecta un peu sa tenue et remarqua qu'il lui manquait sa bourse. Elle n'avait pas pris beaucoup mais... Elle n'y croyait pas. Un chien venait de lui prendre de l'argent?? Avec un soupir, elle s'engagea sur les toits, toujours à vive allure, le chien en vue. Celui-ci déambulait dans les rues. Elle finit par trouver un toit propice à un saut dans la rue. Elle s'en rapprocha, et, juste au moment ou le chien dérapait pour prendre un tournant, elle sauta juste devant lui et l’attrapa par une touffe de poils juste au-dessus de sa tête, avant de saisir d'un geste vif la bourse.

-C'est à moi, ça!

Puis elle lâcha l'animal qui repartis en déambulant entre les ruelles. Mais qu'est-ce qu'il lui avait pris...? Peu importais. La jeune fille avait entendu dire que cette vite possédait deux repères Assassin. Elle ne connaissait l’emplacement que du principal, pour y avoir autrefois passé quelque mois. Elle ignorait à qui Ezio avait confié le commandement des Assassins romains après son départ pour Florence. Après quelque temps à retrouver les rues de la ville éternelle, elle se rendit au repaire, ou elle salua ses frères assassin et leur demanda qui était leur nouveau chef. Ils lui indiquèrent un certain Alessandro Ogliani, qui était actuellement en mission dans la ville. Elle les remercia et sortit du repaire, en quête de le trouver pour lui transmettre l'information.

Il lui serait facile de le retrouver grâce à la vision qu'elle avait apprise avec Rosalia. Elle l'activa, et s'engagea dans les ruelles. Puis elle pensa qu'il lui serait plus facile de discerner son homme avec une vue d'ensemble... Mais d'ou pourrait-elle avoir une vue d'ensemble de la ville? Le palais du maître, sûrement. Il était assez haut pour avoir à l'oeil toute la cité en un regard. Mélanie entreprit donc de l'escalader. Pour ne pas se faire voir des nombreux gardes qui, visiblement dans cette ville, au moins, faisaient bien leur boulot, elle passa par le toit d'une église toute proche avant de sauter avec agilité sur celui, désormais assez proche, de la demeure du maître de la ville. Puis elle se hissa au sommet, avant d'activer sa vision.
Au commet de cet endroit, elle se sentait en paix, elle se sentait heureuse. Et en harmonie. Très vite, son regard fut capté par une lueur bleue qui brillait assez intensément. Elle pensait avoir trouvé son homme, alors elle descendit de l'édifice rapidement grâce à un saut de la foie amorti par une charrette de foin posée au sol, et courut jusqu'à l'homme qu'elle avait vu.

Une fois dans la rue, elle activa une seconde foie sa vision comme pour s'assurer de quelque chose, puis franchit les derniers mètres qui la séparaient de son contact, qui n'avait presque pas bougé, heureusement pour elle. Celui-ci portait bel et bien une capuche, et était de dos. Elle posa la main sur son épaule, il se retourna, et elle prit la parole:

-Alessandro Ogliani?

-Ça dépend ce que vous lui voulez.

-Je viens de la part de Ezio Auditore.

La lueur méfiante dans le regard de l'homme s'éteint pour laisser place à la curiosité. L'Auditore retira sa main de son épaule, et le fixa droit dans les yeux alors qu'il répondait:

-Etes-vous à ses ordres?

-Auditore Mélanie. J'ai un message du maestro en personne pour tous vos Assassins. Vous devez tous quitter la ville, ordre du maître de Rome. Le Maestro ne tient pas à ce qu'un conflit éclate parce que vous n'auriez pas respecté cette demande, et la ville va devenir neutre.


-Très bien. Cependant, certains d'entre nous ont leur famille ici, et bien des choses précieuses à leurs yeux... Ou irons-nous ensuite?


-Il ne m'a donné aucune indication pour ce point-là. Cependant je peux me risquer à vous dire que Florence vous est toujours ouverte si vous le souhaitez. Transmettez ce message à tous vos Assassins.

-Ce sera fait. Resterez-vous plus longtemps?

-Non, je ne pense pas m'attarder.

-Bien. Bonne chance pour la suite alors.


-A vous aussi.

Ils portèrent chacun la main à leur coeur, preuve de respect, et la jeune fille retourna aux portes, sa mission était terminée. Elle n'avait plus qu'à retourner à Florence. Tout cela ne lui avait pas pris plus de temps, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues (général) Lun 2 Jan - 16:55

Mélanie continuait son chemin sur les toits de la ville. Après quelque paroles échangées avec Alessandro Ogliani et son message confié, elle était repartie. La lumière commençait à diminuer doucement, et la nuit s'installerait bientôt. En effet, les passants se faisaient plus rares dans les rues. La jeune fille décida, malgré son envie de rentrer, de s'arrêter quelque instants pour profiter des dernières lueurs de soleil sur la ville. Elle stoppa sa course aérienne et s'adossa à l'étage d'une maison. Puis elle ferma les yeux et se laissa aller. Depuis combien de temps était-elle Assassin? Que signifiait réellement sa vie aux yeux du monde? Probablement rien. Quel rôle représentait-elle vraiment au sein de ce combat entre les deux ordres? Un rôle infime. Pourquoi était-elle sur terre, tout simplement? Elle avait pensé un moment que c'était pour servir la cause des Assassins. Mais voilà qu'elle se prenait à douter. Et si, en fait, elle était faite pour autre chose? En fait, la principale question qui la tourmentait était pourquoi toutes ces interrogations? Elle avait choisi sa voie, elle savait ce qu'elle faisait ici... Mais au fond d'elle, non. Au fond d'elle, c'était toujours et encore la même chose. Finalement, elle se dirigea vers les portes, décidant de partir au plus tôt.



Dernière édition par Mélanie Auditore le Lun 2 Jan - 17:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues (général) Mar 17 Jan - 9:01

Ainsi les Ventus avaient choisis la mission concernant le chien agile qui volait les passants à Rome. Les trois frères avaient donc quitté le palais du maitre pour retourner dans les rues de la ville. Il fallait à présent qu'ils mettent la main sur l'animal pour pouvoir l'identifier en tant que cible de la mission. Bien évidement leur but n'était pas de le tuer mais de découvrir si c'était bien cet animal qui pillait les passants car c'était cela l'ordre de mission. Mais la mission indiquait qu'un homme pouvait se trouver derrière ses vols, il était nécessaire de trouver l'animal et de le suivre pour voir ce qu'il fait des objets volés. Les Ventus avaient donc décidé de surveiller la ville par les toits, cela permettrait en même temps d'éviter d'être vu. Les Ventus grimpèrent donc à une échelle dans une ruelle pour y accéder sans problèmes.

Une fois sur les toits, le trio se déplaçait avec précaution tout en gardant un oeil des deux coté du bâtiments où ils se trouvaient. Les Ventus finirent par repérer plusieurs vols dans les rues de la ville mais certains de ses auteurs n'avaient rien d'agile comme l'indiquait la mission, les Ventus se contentèrent de rattraper ces auteurs pour les obliger à rendre ce qu'ils avaient volé. La plupart des voleurs étaient très réceptifs quand les Ventus se montraient mais d'autres ne les connaissaient pas et s'en moquer totalement. A ceux-là, s'ils ne coopéraient pas les Ventus leur infliger une petite correction à la fois douloureuse et effrayante. Ceux-ci ne les oublieront pas. Puis, les Ventus reprirent leur surveillance à l'affût des vols. Jusque là, l'ainé n'avait vu aucun chien dans la ville, à croire que tous les chiens qui errer dans la ville avaient simplement disparu lorsque les Ventus avaient prit cette mission.

C'est ce que pensait l'ainé mais cette pensée fût rapidement dissipée lorsqu'il vit un chien dans la rue aboyer en leur direction. Les Ventus le regardaient comme pour mémoriser son apparence, mais quelque chose était vraiment étrange du point de vue de l'ainé. Il se sentait observé et le chien qui aboyait, remuait la queue. L'Elémentaliste se retourna et il n'eut pas le temps de réagir qu'un autre chien était en train de s'enfuir avec une dague d'un des Ventus. Le Vindicatif fût le premier à réagir en se lançant à la poursuite du chien voleur, le Dément et l'Elémentaliste le suivirent ensuite. Pendant cette poursuite sur les toits puis dans les rues de Rome, l'ainé ne pouvait s'empêcher de se demander comment un chien pouvait être aussi discret et rapide dans l'exécution de ce vol ? Il avait comprit que ce chien était celui de la mission.

Les ruelles que prenait le chien semblait prédéterminées, elles étaient parfaite pour se mettre hors-de-vue des poursuivants mais les poursuivants étaient trois. Pendant que le Vindicatif continuait à courir après le chien, l'ainé s’arrêta pour reprendre son souffle avant de mettre en tailleur en pleine rues. Le Dément qui était à coté de lui continua de courir derrière le Vindicatif. Après quelques minutes de méditation, l'ainé était entré en transe. Il avait un contrôle parfait de son environnement, il rattrapa Le Dément, puis il prit un chemin diffèrent du chien. Quelques secondes plutard le chien était bloqué devant par l'ainé et derrière par le Vindicatif suivit du Dément.

Enfin, ils avaient réussi à piéger l'animal, lorsque l'ainé se rapprocha lentement du chien-voleur, ce dernier le regardait avec des grands yeux ronds. Dans un moment de faiblesse, l'animal leva la tête vers le ciel et se mit à hurler tel que le ferait un loup. L'ainé qui avait des facultés développé à ce moment et avec ses connaissances en animal, il comprit que ce chien n'avait rien d'un chien ordinaire et que ce hurlement était un appel à l'aide. Les Ventus ne savaient pas à quoi s'attendre, pourtant l'Elémentaliste ressentit une présence se diriger à une vitesse inimaginable vers leur position tandis qu'une autre personne n'était vraiment pas loin de leur position. Dans quelques secondes, les deux présences qu'avaient détecté l'ainé seraient présente. Que devaient-ils faire ? L'Elémentaliste ne bougea pas, sa mission consistait également à comprendre ce qui se passait et les deux présences avaient un lien évident avec le chien, sinon pourquoi se ruaient-elles vers l'animal ?

Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Mar 17 Jan - 9:38


Xan Yu

Les deux présences finirent par atteindre le point d'appel de l'animal. L'un de ses deux individus étaient sur un toit juste au dessus du trio. Il portait deux boites en bois, l'une blanche et l'autre noire. Le second individu n'allait pas tarder à arriver, lui aussi sur les toits. Il fonçait à tout vitesse sautant de toits en toits avec une rapidité incroyable, une fois sur le même toit que l'homme aux deux boites, il ne pouvait plus s’arrêter tellement il allait vite. L'homme qui portait une étrange tenue sauta donc sur le toit suivant pour pouvoir s'arreter avant de revenir vers l'homme aux deux boites. L'homme au chapeau lança une parole à l'homme aux boites d'une manière tout aussi étrange que lui. Sans doute ces paroles ne devaient pas être entendues par les Ventus ?

- Tsu Fang, vas-y.
- Bien !

L'homme aux deux boites s’appelait donc Tsu Fang. Il sortit alors un instrument de musique qu'il joua dans l'instant. L'homme au chapeau regarda le trio et le chien qui remuait la queue. L'homme au chapeau se mit à parler avec le fond musical que lui jouait Tsu Fang.

- A travers toute l'Orient, une légende raconte l'histoire d'un fils de dieu et descendant d'empereur. Je me présente ! Xan Yu !

Xan Yu retira son chapeau qu'il perdit des mains. Le chapeau s'envola au loin sous les yeux asiatiques de Xan Yu.

<< Oh mince. Tsu Fang me le cherchera... >>

- Vous cherchez les ennuis avec mon compagnon Daitsu ? Alors vous en avez avec moi ! Le légendaire, le puissant, l'invincible, le...Euh...

<< C'était quoi la suite déjà ? >>

Xan Yu sortit discrètement un bout de papier qu'il lu rapidement avant de le ranger et de faire comme si de rien n'était.

- Le sublimissime, le grandiose, le...

Xan Yu se rapprocha de Tsu Fang pour lui chuchoter.

- Ce n'est pas un peu trop ? Je veux dire, j'ai un peu de mal à retenir autant de mots.
- Non, je pense que c'est comme ça qu'ils parlent en occident.

Xan Yu se remet en position et sort à nouveau son bout de papier pour le relire. Papier qui lui glissa des mains et vint s'envoler dans la même direction que son chapeau. Il s'adressa donc au trio.

- Oh et puis tant pis pour cette fois ! Que voulez-vous à Daitsu les clones ?


_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues (général) Mar 17 Jan - 10:33

Les Ventus avaient assisté à l'entrée légèrement ratée de l'individu se nommant Xan Yu. D'après ses dires, il serait le fils d'un dieu et descendant d'empereur mais pour l'ainé cela n'avait aucune importance car il restait aussi humain que n'importe qui d'autre, même si l'ainé ressentait une énergie incroyable dans le corps de cet homme. Il n'était peut-être pas aussi puissant qu'il le laissait dire mais il devait tout de même être très dangereux. Puis, il leur demanda ce qu'ils avaient contre son chien qui avait un nom : Daitsu. L'ainé lui répondit sans attendre.

- Votre chien vol de nombreux passants depuis un moment. Il serai temps d'y mettre un terme. Il a également voler l'une de mes dagues.

Les Ventus attendaient sa réponse tout en s'attendant à devoir recourir à la force, cependant l'ainé se souvint que la mission demandait de ne pas blesser la personne qui se trouvait derrière ces vols. Il valait donc mieux éviter un combat et convaincre l'individu d'empêcher son chien de commettre d'autres vols. D'autant que si l'ainé se fiait à son état de transe, leur combat ferait probablement beaucoup de bruits au vu de l'énergie qu'il dégageait.
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 18 Jan - 9:05


Xan Yu

Xan Yu écoutait avec sérieux les phrases du plus âgé des triplés. Lorsque ce dernier eu finit de parler, Xan Yu descendit du toit d'un bond pour retomber sur ses deux pieds avec un sourire.

<< Ahah, la classe. Je ne pensais pas que je réussirai cette fois. Regardez leurs têtes, ils doivent être très impressionnés. >>

Xan Yu prit la dague que tenait Daitsu, puis il l'examina.

- Vous pouvez la reprendre, elle ne m'intéresse pas !

Il lança la dague à l'ainé des trois frères pour la lui rendre.

- Et en ce qui concerne vos "indications", je ne vais pas les suivre. Car...

Xan Yu jette un regard à Tsu Fang, ce dernier se mit à jouer une mélodie différente de tout à l'heure. Xan Yu semblait satisfait et fit à nouveau face à l'ainé aux cotés de Daitsu.

- Je n'ai qu'un but dans la vie, les armes rares. Vois-tu, d'où je viens les armes sont bien plus importantes à nos yeux que les vôtres. Vous, vous en voyez des objets de meurtres. Nous, nous voyons la force dans laquelle elles sont conçues, leur vitalité et nous en prenons soin comme un compagnon. Quand nous quitterons tous ce monde, que restera-t-il de notre passage ? Moi, je sais ce qu'il restera de MON passage. Beaucoup d'armes rares et légendaires, les gens se souviendront pour toujours de mes voyages à travers le monde pour les trouver. Tous se souviendront pour toujours de la légende de Xan Yu.

Tsu Fang s'est arrêté de jouer, il rangea son instrument de musique dans ses vêtements et descends du toit pour rejoindre Xan Yu. Il posa ensuite, les deux boites verticalement au sol.

- Alors oui, j'ai trouvé bon nombre d'armes grâce au vol. Mais si j'ai réussi à vous volez une arme, cela signifie qu'elle ne comptait pas tant à vos yeux, n'est-ce pas ? Et de nos jours, qu'est-ce que le vol ? Tout le monde vol autrui, parler de vol n'a plus lieu d'être. Alors non, je n’arrêterai pas et si vous voulez m'en empêcher, il faudra me supprimer !

Xan Yu se mit en garde alors que Tsu Fang posa une main sur chaque boite.

_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rues (général)

Revenir en haut Aller en bas

Rues (général)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin's History RP :: Administration :: Administration :: Archives :: Version 1 :: Role Play :: Rome, Florence & Venise :: Rome :: Dans les Rues-