Video


Forum de role play sur l'univers Assassin's Creed
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
FORUM FERMÉ

Rendez-vous sur

Partagez|

Rues (général)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 18 Jan - 9:23

L'ainé vit Xan Yu descendre du haut du toit avec un bond pour retomber sur ses deux pieds. Puis, celui-ci examina la dague de l'Elémentaliste pour la lui redonner. L'ainé la rattrapa et la rangea tout en écoutant tout le récit de Xan Yu accompagné d'un fond sonore mis en place par Tsu Fang. Pour les Ventus, il était rare que quelqu'un justifie ses vols, la plupart des voleurs savaient que c'était mal et ils dégarpissaient aussi vite mais pas le voleur en face des Ventus. Xan Yu leur expliqua ses intention d'obtenir des armes rares et légendaires qui ont probablement un lien avec ses origines. Enfin, Xan Yu leur fit comprendre que rien a part la mort pourrait l'empêcher de continuer sa quête. Cela ne tournait pas comme le trio avait pût le prévoir, Xan Yu était déterminé à se battre pour défendre son opinion mais la mission confiée aux Ventus leur interdisait de le blesser. Un combat entre les deux hommes ne pouvait pas avoir lieu. Cependant, la mission des Ventus consistait seulement à découvrir qui était derrière les vols commis, alors leur mission venait d'être accomplit. Il était inutile de vouloir s'entêter à prendre des initiatives et il valait mieux en informer la direction de Rome.

- Nous n'avons pas l'intention de t'en empêcher. Du moins, pas pour le moment.

Le trio se réunit et commença à s'en aller sous les yeux de Xan Yu et de ses compagnons. C'était au maitre de Rome de décider de la suite, alors les Ventus retournèrent au palais.
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues (général) Mar 31 Jan - 21:31

Roma la sublime dévoilait ses richesses aux yeux ébahis de l'Assassin en herbe... Sous la tenue officielle de l'ordre, il découvrait la ville sous un tout nouvel œil. En tant qu'inventeur et qu'artiste, il avait toujours été un être mit hors norme, dans la marge, et ainsi, c'était habitué aux regards étranges que lui jetaient les passants et les citoyens, ici, il avait l'impression de ne faire plus qu'un avec la foule, même si quelques regards curieux attiraient parfois son intention, son visage camouflé par la capuche blanche n'attirais pas l'intention de la population. Il marchait librement dans les rues, se mêlant aux hasard à des groupes de personnes pour écouter leurs conversation et se faire une idée sur l'ambiance de la ville, et visiblement, les rumeurs allaient bon train. En effet, si ni les Assassins, ni les Templiers ne savaient réellement qui était à la tête de Rome, ils ne se privaient pas d'imaginer les choses les plus fantasques...

Quand les Romains ne s'inquiétait pas de la personne au dessus de leur tête, il semblait avoir tout de même pas mal de tracas, de moindre envergure cependant : Prix trop hauts, maison à rénover, toi qui croule, ou chat qui ne mange presque plus rien... Léonardo n'aurait, pas le passé, jamais cru que les citoyens de Rome avaient autant de choses à raconter... Ezio avait donc raison, c'est en ne faisant qu'un avec les citoyens qu'on découvre vraiment qui ils sont, et sur qui ou quoi l'on peut s'appuyer. Un véritable Assassin doit agir par les citoyen, grâce à leur aide directe ou indirecte, mais surtout pour eux, pour préserver le libre arbitre de chacun.

En écoutant les conversation et en analysant les visages, Léonardo compris que la population de Rome était relativement contente de son sort, ne croulant pas sous les taxes comme c'était le cas lors du règne des Borgia, cependant, ils semblaient tout de même, pour une grande majorité, frustré de ne rien savoir sur la situation politique de Rome et du Vatican, après tout, il n'y avait plus de Pape, pour l'instant du moins, et les deux Borgia restant avaient fuis... Tout deux là où personne ne pouvait le deviner. Pour le grand plaisir des uns, l'ensemble du peuple, et le grand malheur des autres, c'est à dire tout les partisans des Borgia qui avait, celons une rumeur, péris par la main de l'Assassin... Ezio avait donc une bien belle réputation parmi les citoyens de Rome, les gens usaient de son pseudonyme avec respect et gratitude, et parler de lui n'était plus un tabou comme auparavant.

Léonardo jugea, alors que le soleil déclinait, qu'il avait passé une assez grande partie de la journée avec la foule, cette expérience avait été très instructive, autant sur Rome que sur la confrérie, mais encore d'avantage sur lui-même... L'Auditore l'avait prévenus qu'il allait en apprendre sur lui-même durant son voyage, il comprennait enfin le véritable sens de ces mots. Désormais, il lui fallait se reposer un peu, avant de reprendre sa route pour une autre ville... Il déciderait de tout le lendemain, pour l'heure il lui fallait trouver une auberge. Ceci n'étais pas vraiment un challenge pour quelqu'un qui avait passé la journée à écouté des gens et les observer pour comprendre qui ils sont. Il accosta un passant au hasard, afin d'avoir les renseignement dont il avait besoin.

- Scuzi missere, je cherche un endroit où passer la nuit et...

La discussion entre Léonardo et ce parfais inconnu se déroula très bien, l'Assassin en devenir avait appris à prévoir certaines réactions des citoyens en se fiant à leur mimiques et leurs réponses. Ainsi, il obtenu ce qu'il cherchait dans un échange rapide et courtois. Une auberge, pas trop chère heureusement, était installée non loin de là. Léonardo remercia l'homme, avant de disparaitre dans la foule jusqu'au lieu indiqué. Le citoyen en question avait été un peu surpris de voir une capuche blanche dans les rues, étant donner que, visiblement, la rumeur annonçant que les Assassins et les Templiers avaient été contrains de quitter la ville avait fait son chemin.

Une fois à l'auberge, L'Assassin paya sa chambre avant de s'y installer, réfléchissant déjà à ses occupations du lendemain. Sans doute allait-il revoir quelques endroits familier avant de repartir vers une autre destination...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues (général) Sam 4 Fév - 0:34

Le soleil se levait la capitale Italienne. L'Inventeur, enfin, dans le cas présent, l'Assassin, une fois réveillé, inspecta le plafond durant de longues minutes. En réalité, il était perdu dans ses pensés. Depuis son arrivée à Rome, il avait compris de nombreuses choses qu'il n'avait jamais perçue avant, peut-être par manque d'attention, ou simplement n'avait-il jamais prit le temps de les voir. Ainsi, on pouvait en apprendre beaucoup sur une ville rien qu'on passant une journée à connaitre ses habitants, on pouvait jauger la bonheur de chacun par rapport à leur attitudes, leurs expressions, il était possible d'apprendre énormément de choses en écoutant les commérages et les discussions des citoyens. il était facile de se mouvoir dans l'ombre sans même être remarqué par la foule, il était encore plus simple de faire circulé une rumeur, de façon à ce qu'elle grandisse, et prenne une ampleurs telle que tout le monde y croit, et un bon Assassin pouvait très bien joué là dessus, autant pour planifier ses missions que désorienté sa cible... Le fonctionnement d'une ville passait d'abord par ses habitants, ainsi contrôler était quelque chose de bien plus compliqué qu'il n'y paraissait au premier abord. Voilà pourquoi les Templiers différaient tant des Assassins, ces derniers primaient et arboraient le libre arbitre, alors que leurs adversaires prenait le pouvoir par la force, sans prendre garde pour autant aux envies et aux besoins de leur peuple... Tyrannie, complot et sang versé, le monde ne tournait pas rond lorsqu'on prenait la peine de l'observé sous ses coutures les plus secrètes.

Léonardo prit enfin la décision de se lever, et prit la direction de la ville une fois qu'il fut prêt. La note réglée, il ne sut pas directement où aller, sachant qu'en tout les cas, il reprendrait la route le soir même. la veille, il avait analysé la population, aujourd'hui, ça serait le tour de la ville en elle-même. Il revit tout les lieux qui l’intéressait, le Capitole, le château Saint-Ange, le Quartier du Vatican, ainsi que le Colisée et toute les ruine qui l'entourait. Ceci prit quelque heure, mais il n'était pas là pour faire du tourisme, son but premier était de se remémorer son parcoure ici, lorsqu'il avait été contraint de créer des armes pour les Borgia, et de faire la différence entre l'homme qui avait accepté par dépits et celui qu'il tentait de devenir.

La journée passa rapidement, et déjà, le crépuscule pointait à l'horizon, l'heure pour L'Assassin en devenir de partir, mais avant, il avait une autre envie. Dans les nombreuses boutiques de la ville, il put dénicher du papier, de l'encre et une plume, tout conçue pour me voyage, solide et étanche. Une fois cela fait, il s'adossa à un muret et se mit à tracer à la hâte.


" Cher Ezio,

Mon voyage députe à peine, et pourtant j'ai déjà la sensation d'être quelqu'un de neuf. Aujourd'hui, je suis à Rome, et je prend pleinement conscience de l'importance que les gens qui m'entourent ont pour notre ordre, on apprend d'eux de nombreuses choses, et pas seulement dans leurs paroles. Leurs gestes, leurs expressions, leur visage, tout trahis en eux leur satisfaction, ou dans le cas contraire, leur crainte.

C'est grâce à cela que j'ai put comprendre la frustration que ressentent les Romains face à l’inconnu maître de la ville. De nombreuses spéculations tordues foisonnent sur son identité, mais je te ferais grâce de ceci dans cette lettre.

Mais nous, Assassin, devons aller au delà de cette crainte, après tout, maître ou pas maître, si cet personne venait à rendre la vie de la population de Rome invivable, nous n'hésiterions pas agir, comme tu l'as si bien fait dans le passé. Comme tu me l'as si souvent confié, Rien n'est vrai et tout est permis.

Sache que quand tu recevra cette lettre, je ferai route pour Damas.

Bien à toi mon ami.

Léonardo"

Une fois la lettre écrite, le jeune homme la plia jusqu'à ce qu'elle fut assez petite pour son porteur. Ceci fait, il siffla bien fort, et l'Aigle qui ne l'avait pas quitté descendit en piqué vers lui. D'un sourire, l'Assassin salua son compagnon, et lia la lettre autour de sa patte.

- Voici pour toi, tu sais quoi en faire.

Le superbe oiseau s'envola après avoir poussé un superbe son strident. L'Assassin, lui, se dirigea vers les portes pour la suite de son voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Sienna Del Ducas

avatar
Messages : 787
Date de naissance : 27/12/1989
Date d'inscription : 23/12/2011
Age : 28

Feuille de personnage
PV:
1640/1640  (1640/1640)
Énergie:
1510/1510  (1510/1510)
Expériences:
15/150  (15/150)

MessageSujet: Re: Rues (général) Mer 22 Fév - 14:51

    Quelques heures plus tard, en plein milieu de la nuit, après avoir réussi en partie sa mission son nouveau but était tout simplement de démanteler le trafic d’arme qui circuler dans Rome. En temps normal les mercenaires auraient fermés les yeux sur cela mais comme aucun bénéfice ne revenait dans les caisses de Rome c’était une autre histoire. Mais de là à corrompre les gardes pour passer anonymement dans la ville s’en était légèrement de trop, la jeune Sienna Del Ducas arpenta les rues de Rome a pas de loup pour retrouver la personne qu’elle avait aperçu en train de corrompre le garde à l’entrée.

    Se mêlant à la foule pour éviter de se faire remarquer elle prenait part aux diverses conversations, pour la plupart inintéressante mais une ou deux conversation valait le coup d’être entendus de plus ce n’était pas tombé dans l’oreille de n’importe qui. Prenant un air simple de citoyen, un air quelques peu enjoué, elle voguait de conversation en conversation jusqu’à apercevoir au loin des mouvements suspect de divers citoyens peu modèle. Mais de là où elle était Sienna ne pouvait absolument rien faire.

    Si elle faisait recours à une diversion, c’était sûr qu’ils arrêteraient leur trafic et « au revoir » la cargaison et son flagrant délit. Cela devenait ennuyeux pour la jeune femme qui attendait à quelques mètres, mais elle décidait de remédier à ce léger ennuie, elle avança discrètement et silencieusement pour se frayer un chemin jusqu’au lieu de rendez-vous, dans une sorte de cave, sombre, la pièce était remplis de caisse en bois avec plusieurs nom écrit dessus, chose qu’elle ne faisait pas attention, son regarde mielleux se porta sur le groupe d’individus un peu plus loin.

    N’entendant que des grondements, des paroles mécontentes et des bribes de conversation, elle essayait tout de même entendre quelques chose mais elle ne pouvait rien faire, ce n’était pas le nombre d’individus qui lui faisait peur, non loin de là, c’était ce qui se trouver dans les caisses qui l’effrayaient un peu. Connaissant les ragots de la ville c’était des armes volés un peu partout, de la très haute qualité, mais elle ne pouvait rien affirmer sans les avoir vu.

    Heureusement que chaque problème avait sa solution, le soir même à Rome il y avait un défilé et le bruit animés légèrement les individus qui s’empressaient de remonter pour admirer le défilé comme chaque citoyens, ce qui donnait l’occasion à Sienna d’aller assouvir sa soif de curiosité un petit moment. Elle regarda la caisse qui était ouverte, celle-ci venait de Venise, un léger sourire se dessinait lentement sur son visage, une lettre qui se trouvait au dos du caisson avec une adresse qui se trouvait dans les faubourgs de Venise, un endroit qu’elle côtoyait, jadis régulièrement, sans doute devrait-elle mener son enquête avant d’en faire part à ses supérieurs.

    Elle vola un stylet en guise d’exemple dans le caisson, avant de regagner la foule un peu plus haut en se mêlant aux citoyens. Vers la fin du défilé elle interpella un groupe de mercenaires pour leur faire part du trafic, n’ayant guère envie de se retrouver mêler à cette affaire elle préféra s’abstenir lors du flagrant délit, cela n’avait rien de distrayant, elle fit un signe de la tête à la personne étant chargé de appréhender les suspects pour conclure l’affaire et elle partit loin du marché noir, après tout ce quartier était vraiment louche.


    - Et une affaire de plus .

Revenir en haut Aller en bas
Hisashi McAry
Commandant Suprême - Admin
avatar
Messages : 58
Date d'inscription : 18/02/2012

Feuille de personnage
PV:
2810/2810  (2810/2810)
Énergie:
2590/2590  (2590/2590)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Rues (général) Sam 25 Fév - 13:17

Quittant la salle d'allégeance du quartier des mercenaires, l'ange de la mort sortit complétement du bâtiment par une porte dérobée dont l'existence était tenue secrète. Aucun mercenaire ne voulait en vérité voir templiers et assassins, ou encore garde royale, débarquer en ce lieu pour faire la fête, une fête sans nulle doute mouvement finissant dans un bain de sang. En effet, les mercenaires étaient avant tout des gens avides d'argents, de sangs même pour certains, ils vendaient donc leurs services au plus offrant. Si le lundi il combattait pour l'oppresseur templier, il pouvait parfaitement venir le tuer le lendemain au nom du libérateur assassin. Ennemi, ami, on ne savait jamais trop où ces gens se plaçaient dans le conflit éternel opposant les deux grands ordres. Jamais on avait vu un mercenaire prêter allégeance à une autre cause que l’amas de richesse si ce n'était un homme, un seul homme ayant reçu l'aide du grand Auditore en personne, il avait alors délaissé sa soif d'argent pour aider ce vieil homme dans sa longue quête pour délivrer l'Italie de l'oppresseur. Ses unités armées l'avaient alors plus ou moins suivit dans cette démarche, mais cet homme restait une exception pour Vincenzo, oh, ce n'était pas un traitre à ses yeux mais simplement une personne ayant perdu le goût du gain, préférant la noble cause des encapuchonnés à la rémunération donnée après une bataille. Chose que ne ferait vraisemblablement jamais le Lorenzi, surtout si c'était pour porter cette affreuse tenue, il préférait encore jouer les oppresseurs, et puis ce rôle lui irait bien avec son caractère. Enfin, il n'en était pas là, lui n'avait jamais vraiment penser à suivre un crédo si ce n'était le sien.

Dans les rues donc, il marcha tranquillement, cachant son Katana gauche grâce à sa tunique, il parcourait la rue à la recherche d'un combat sympa à faire mais personne ne semblait vouloir se battre aujourd'hui. Où étaient-ils tous passés? Plus aucun assassin ni templier venait lui sauter au cou pour avoir tuer sa sœur, son frère?! Se dirigeant vers un héraut, il lui demanda "poliment" où ils étaient tous passés et il lui répondit qu'il avait dû quitter la ville sous ordre du Maitre de Rome. De qui on se moquait?! Le Maitre de la ville? Personne ne l'avait jamais vu, seul son idiot de bras droit était planté dans ce maudit bureau, alors comment le véritable maitre aurait prit la peine de virer les deux ordres? C'était tout simplement n'importe quoi. Se dirigeant vers le Palais du Maitre, il voulait éclaircir ce point avec lui, il n'aimait pas trop qu'on se foute de lui et si c'était une erreur de cet espèce d'évêque en robe de bal, il saurait où le trouver pour lui apprendre la vérité à coup de poings ! Il ne fallait pas changer ses bonnes habitudes, lui qui aimait tant ses combats matinaux.

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rues (général)

Revenir en haut Aller en bas

Rues (général)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» La realite des enfants des rues, article du Sun-Sentinel
» Garage des rues : véritable casse-tête !
» Un rp avec un gamin des rues ?
» Le canada dit à Martelly : enlever les fatras dans les rues de PAP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin's History RP :: Administration :: Administration :: Archives :: Version 1 :: Role Play :: Rome, Florence & Venise :: Rome :: Dans les Rues-