Video


Forum de role play sur l'univers Assassin's Creed
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
FORUM FERMÉ

Rendez-vous sur

Partagez|

L'atelier de Léonardo da Vinci

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: L'atelier de Léonardo da Vinci Sam 17 Déc - 15:09

L'inventeur fulminais intérieurement de joie, la jeune femme ayant accepté, il pourrait apprendre d'avantage sur elle durant le montage, il savait également qu'elle lui apporterait une aide non négligeable, car en effet, la lame demanderais surtout de la minutie, le système fonctionnant sur de minuscule ressort placé à des points stratégique. Quatre mains seraient beaucoup plus profitables que deux.

- Tu es d'accord ? Hé bien c'est parfait ! Viens ! Je vais te montrer le chemin de l'atelier !

Ils se mirent en route, et durant le chemin, Léonardo prit le temps d'expliquer les points importants de la marche à suivre pour la création de la lame. Il leur faudrait deux matériaux du premier il était sûr, l'or était le seul qui conviendrait pour le mécanisme centrale, mais pour ce qui était du reste de la lame, il hésitait encore.

- Bien, pour faire simple, j'ai les outils qu'il faut là-bas, mais je n'ai pas d'or, il faudrau nous en procurer le plus vite possible, pour la lame en elle même, aurais-tu une idée du métal qui te plairait ? L'argent est très efficace et nécéssite moins d'entretiens que les autres métaux, il est léger et extrêmement coupant, si bien aiguisé, cependant un peu cher, si nous n'avons pas les moyens, du fer reste possible, mais le rendus sera nettement moins beau et efficace, il rouillera plus vite et sera rapidement or d'état... Qu'en pense-tu ?

Il arrivèrent à l'atelier après quelques minute de marche, il prit sa clé et ouvrit la porte, le lieu était comme il l'avait laissé. Il défit son veston, il ne lui restait que sa chemise, il invita la jeune assassine à se mettre à l'aise, après tout il allait passer un bon bout de temps ici, l'inventeur ne ressentait presque aucun effet de fatigué, requinquer par cette journée extraordinaire, il pourrait donc travailler encore quelques heures avant d'aller se coucher.

- Bien, voici l'atelier, l'escalier mène aux appartements, la maison est juste au dessus. En général, c'est le désordre totale ici , mais je viens d'arriver, donc ça n'est pas encore le cas !

Il rit et prit deux chaise qu'il posa, face à face, de part et d'autre du bureau de travail.


- Installe toi je t'en prie ! Si tu désire quelque chose, à boire, ou même à manger, dit le moi et j'essayerai de régler cela !

Il sortit ensuite les plans de la lame circulaire, qu'il déplia sur le bureau, toute la construction de l'objet y était détaillé, il constatait dépendant que le parchemin avait du beaucoup voyager, les bord avait été légèrement rongé par l'humidité, et l'encre avait pâli par endroit.


Tarifs du Staff :

Arme P1 : 80 florins ; Arme P2 : 150 florins ; Arme P3 : 230 florins ;
Arme P4 : 350 florins ; Arme P5 : 450 florins.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Sam 17 Déc - 15:43

En étant arrivés à l'atelier, Mélanie avait constaté que tout semblait bien en ordre. Mais comme le lui avait expliqué Da Vinci, c'était uniquement dû au fait qu'il venait de rentrer. Elle étouffa un léger rire en songeant que chez elle, c'était strictement la même chose, toujours le bazar. Lorsqu'il l'invita à l’imiter et se maître à l'aise, elle rabattit sa capuche et s'assit sur le chaise se trouvant devant le bureau. Son ami avait déjà posé les plans sur la table, essayant de trouver un moyen de monter l'arme, visiblement. Elle se pencha dessus, analysant tout cela.

-Pour le métal, fais comme tu veux. L'argent reste d'après toi le meilleur, et si tu n'as pas assez, je pourrais payer. Après tout, c'est toi qui t'es proposé pour me faire cette arme. Sinon, pour l'or, je pourrais toujours demander à Emerico. Ses parents, en plus d'avoir cette ferme, se servent d'or pour fabriquer les meilleurs étriers en matière de qualité de toute la région. Ils sont approvisionnés directement depuis une mine, mais il n'a pas voulu me dire laquelle. Si tu veux, j'irais lui demander pour toi. Il acceptera sûrement de m'en donner juste un tout petit peu, il n'y a pas l'air d'en nécessiter beaucoup.

Il lui proposa à boire ou à manger, mais elle n'avait besoin de rien.

-Merci, mais c'est bon, je me sens bien.

Apparemment, le montage avait l'air assez complexe... Il n'y avait vraiment que Léonardo pour comprendre tous ces détails. L'Auditore comprenait le principe, mais il y avait tant de détails et d'indications écrites...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Lun 19 Déc - 10:59

Il était satisfait de la nouvelle que lui apprenais la demoiselle, il sourit, se dirigea vers son ancienne réserve, se demandant s'il restait encore ce qu'il avait laissé derrière lui avant de partir pour Venise. Bien entendu, il n'avait pas put tout emmener dans ses bagages, et certaines pièces étaient restées sur place, pour ainsi dire à l'abandon. Jetant un coup d’œil, il put constater que le désordre régnait dans la petite réserve sans fenêtre, il alluma une bougie et inspecté, tout était exactement comment il l'avait laissé, en rajoutant à cela une bonne couche de poussière causée par les années d'absence. Il trouva ce qu'il cherchait, une série de lame très fines d'environs 15 cm de longueur, il y avait en tout 10 lames.

- Hé bien si tu peux me fournir un peu d'or, il ne m'en faut que l'équivalent d'une belle pépite, ça sera un jeu d'enfant de monter la lame ! J'ai beau jouir d'une belle renommée pour mes peintures, je ne suis pas riches pour autant... Ma fâcheuse tendance à "oublier" de finir mes peintures y est peut-être pour quelque chose !

Il rit, tant qu'à avoir une invitée, autant être de bonne humeur et accueillant. Il lui présenta ensuite les lames, elle n'étaient, évidement, pas dans l'état qu'il fallait, il allait falloir les travaillé, et il comptait bien ciselée les lames une à une, pour l'aspect esthétique de l'objet. Il faudrait également les aiguiser à la perfection, nettoyer plusieurs fois les lames pour éviter les impuretés, et bien évidement monté le mécanisme, mais pour cela, il faudrait l'or.

- Bien, notre travail commence ici, je propose de commencer ce soir, ce sera, disons, la partie la plus ennuyeuse, il faut vérifié le tranchant, aiguiser au maximum, les nettoyer, et les ciselé, d'ailleurs pour motif dessiné, je te laisse choisir, cette lame sera à toi après tout !

Il prit une des lames et la lui tendis.

- Si tu as une question ou un souci n'hésite pas, je suis là pour ça, il y a en tout dix lames, prend les meilleures, il nous en faut six en tout et pour tout. Celles de moins bonne qualité, je trouverai bien un moyen de m'en servir un jour !
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Ibn-La'Ahad
PNJ - Modo
avatar
Messages : 100
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Lun 19 Déc - 11:44


Alors que le petit matin se lèverait sous peu au vu de l'heure, on toqua à la porte de l'Atelier de Léonardo da Vinci. La porte s'ouvrit doucement et une personne entra à l'intérieur, un Assassin au vue de sa tenue, ou plutôt une Assassine. Baissant son capuchon, Rosalia Alberico sourit à ses anciens compagnons de route, elle avait partagé quelques instants avec eux durant plusieurs jours. Observant l'atelier, elle sourit face à la beauté de l'endroit, un magnifique lieu pour inventer des objets en tout genre, le génie de la Renaissance devrait bien s'amuser ici même si sa place était à Venise, là où l'attendait sa maison principale.

- Bonjour mes amis, navré de vous déranger aussi tôt, je venais vous dire au revoir. Je pars pour Rome aujourd'hui, j'ai quelques affaires là-bas. Nos chemins se recroiseront sans doute un jour si le Maestro le veut. J'ai été ravi de faire cette mission avec vous.

Elle leur sourit et rouvrit la porte pour sortir, mais elle revint sur ses pas un instant.

- Oh, bravo pour votre promotion monsieur la recrue, et madame la discepolo. Un jour tu seras à mon niveau Mélanie, n'en doute pas.

La femme au rang de Légende de l'Ordre repartit cette fois pour de bon, nul doute qu'elle réapparaitrait mais pour l'instant elle voguerait à sa vie, elle avait d'autres choses à faire pour Ezio, aucun repos n'existait pour les Assassins après tout.

_________________________________________________

Rien est vrai, tout est... permis.

Master PNJ - Modérateur - Invincible
Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com/
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Lun 19 Déc - 12:10

La jeune fille allait prendre les lames pour les vérifier, quand on toqua à la porte. Elle s'ouvrit sur Rosalia, leur compagnon de route de leur dernière mission, qui entra tout en leur expliquant qu'elle partait pour Rome. La capitale était tout de même à bonne distance de Florence, cela devait justifier son départ à l'aube. Aube qui commençait tout juste à pointer le bout de son nez sur la belle Toscane. L'Auditore ressentit un petit pincement de coeur lorsque les paroles de Rosalia firent le tour de sa tête pour lui signifier clairement qu'elle ne la reverrait pas avant un bon bout de temps. Que ressentait-elle vraiment? De la tristesse? Oui, sûrement. Mais elle-même ne savait pas exactement comment elle avait accueilli cette nouvelle. Elle n'avait pas particulièrement envie que l'Alberico parte, car malgré le peu de temps qu'elles avaient passé ensemble, elle s'était attachée à elle.

-Rome? C'est loin..., murmura-t-elle pour elle-même avant de reprendre d'une vois perceptible: Bonne chance ma soeur!

C'est quand elle partit en leur laissant pour derniers mots des félicitations et un mot d'encouragement qui lui fit très plaisir qu'elle se retourna vers Léonardo.

-Bon, et bien... Il n'y a plus qu'à retourner au travail!

Sur ce, elle reprit les lames et les inspecta toutes une à une. Sur les dix, elle ne séléctionna que les six meilleures, tout comme le lui avait demandé son ami. A vue d'oeil d'abord, regardant leur détail et leur tranchant. Puis en les inspectant une à une du bout des doigts, comparant leur forme, bien qu'elles se ressemblaient toutes, il y en avait des pourvues de pointes plus aiguisées que d'autres. Elle songea qu'il ne faudrait pas qu'elle oublie de demander à Emerico pour l'or, avant de poser les six lames devant l'inventeur en déclarant:

-Ces six-là m'ont l'air meilleures que les autres.

Elle tourna brièvement la tête vers la fenêtre, entre-apercevant le soleil qui commençait tout juste à se montrer, puis lança d'un air distrait:

-Au fait, on dirait que tu es plus heureux ici qu'à Venise... Mais c'est juste une impression... Vu que tu es né à Vinci, c'est là-bas que tu dois être le mieux, non? Ou je dis n'importe quoi...?
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Lun 19 Déc - 19:19

Lorsqu'il vit arrivé Rosalia, l'inventeur se leva d'un bon, heureux de la revoir, mais lorsqu'elle annonça son départ prochain, son sourire mourut presque immédiatement, c'était comme une nouvelle affreuse... Ho bien sûre, il était certainement fier d'apprendre qu'on lui avait confié une mission, mais Rome, cela lui semblait bien loin pour se séparer d'une amie... D'ailleurs il lut dans le regard de Mélanie qu'elle partageait sa tristesse, et il se demandait si, sous son capuchon, la Alberico était triste elle aussi de laisser ses compagnons de route derrière elle. Après tout, l'inventeur ne lui devait il pas énormément, à cette jeune fille qui l'avait tiré du sommeil et de ses paperasses pour l'emmener dans une histoire palpitante ? Oui, elle allait lui manquer, mais il se doutait qu'un jours leurs routes se croiseraient à nouveau.

Alors qu'elle se retournait pour les félicité, da Vinci n'hésita plus un instant, il la prit dans ses bras pour des adieux dignes de ce nom.


- Je sais qu'il est inutile de le dire, mais... prend garde à toi.

Alors qu'elle sortait, signant la fin des adieux, l'Auditore proposa de se remettre directement au travail, et l'inventeur, en un sourire mélancolique, accepta, après tout, rien de mieux que le travail pour oublier les petites peines de ce genre.
Alors qu'elle s'occupait a sélectionné les lames, Léonardo fit rapidement le tour de la pièce, il réunit les objets qui seraient utiles pour ce qu'ils avaient à faire. Il prit ensuite quelques minutes ) choisir un livre dans la bibliothèque, un livre qui traitait des décoration d'armes, avec de nombreux exemples des motifs, elle pourrait ainsi soit choisir un motif là-dedans que l'artiste reproduirais, soit lui laisser le libre arbitre. Lorsqu'elle eut finit, il revint ensuite voir ce qu'elle avait choisit, et constata avec plaisir qu'elle avait l’œil pour ce genre de chose.


-Les lames que tu à choisies me semblent tout à fait parfaite, et je suis certain qu'elle feront l'affaire, tu à l'oeil, j'ai rarement la chance d'avoir des assistants aux doués !

Il savait de quoi il parlait, ses précédents apprentis étaient tous des empotés, et Mélanie elle était très adroite, ce qui lui plaisir. Il lui tendis ensuite le livre, lui expliquant ce qu'elle avait à faire.


- Bien, dans ce livre tu trouva tout ce qu'il te faut en matière de décoration d'armes... En sois, ça n'a aucune importance, mais l'esthétique d'une arme reflète la noblesse de celui qui la porte, je pense que tu mérite une belle lame...

Il se mit ensuite à table, et prit les six lames. Il entreprit de percée chacune d'elle aux extrémité, ces trous serviraient plus tard à enchâsser le mécanisme de l'arme, mais pour l'heure, le travail demandait beaucoup de précision et de doigté.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mar 20 Déc - 9:47

Ce que lui avait dit le génie lui avait fait plaisir, et elle lui répondit dans un sourire sincère. Toujours un peu ailleurs tout en fixant le soleil levant, elle détourna la tête d'un geste vif alors que l'inventeur lui donna le livre. C'était un livre très imposant, proposant une multitude de décorations différentes pour touts types d'armes blanches. Elle le posa sur la table et l'ouvrit. Il y avait un très large choix au fil des pages, tous les modèles étaient plus diversifiés les uns que les autres.
Pendant ce temps, Léonardo s'appliquait à percer les lames à leur bout. Cela semblait être un travail non pas complexe mais long. Tournant les pages, elle continua de regarder le livre. Mélanie voulait surtout quelque chose de simple à graver pour ne pas lui causer trop de travail. Ses yeux s'arrêtèrent soudainement sur un motif en rosace. C'était joli, et pas trop compliqué. Elle avança l'ouvrage vers son ami tout en lui indiquant le motif.


-Est-ce que tu pourrais me graver cela sur les lames, environ à mi-hauteur? C'est simple et joli. Si ce n'est pas possible, tu le dis, il n'y a pas de problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mar 20 Déc - 17:46

Il venait de finir le travail des lames lorsque Mélanie lui montra le dessin qu'elle avait choisit, l’inventeur l'inspecta, en effet le motif n'étais pas très compliqué, cela ne prendrait pas énormément de temps à faire dix fois de suites, et le résultat serait sans doute très beau.

- C'est parfait ! Je devrais me débrouiller avec ça, d'ailleurs tu ne m'a pas compliqué la tâche !

Il sourit et aligna les dix lames sur la tables, le plus long et fatiguant du travail était fait, désormais le soleil était bien levé, et les habitants de Florence commençaient à sortir de chez eux, il devait bien l'avouer, l'inventeur commençait à ressentir la fatigue. La journée précédente avait été longue et pleines de rebondissement, la mission, l'apprentissage, et surtout la nuit. Il prit conscience qu'il ne devait pas être le seul à être dans cet état.

- Cela fait des heures que nous sommes levé, tu n'as pas envie de te reposer un peu ? Les chambres sont libres là-haut, et je ne tiens pas à t'épuiser, nous aurons le temps de finir cela plus tard !


Il mit ensuite un couteau dans le livre, en guise de marque-page pour qu'il retrouve le symbole, et prit les dix lames. Il ne lui faudrait pas plus d'une heure pour dessiner le symbole, et une fois qu'il aurait l'or à disposition, il ne lui faudrait pas beaucoup plus pour créer les pièces et monter le mécanisme, le métal jaune étant de loin l'un des plus malléable. Il rangea les lames sur une étagère, tout en haut, il avait beau être inventeur pour les Assassins, il se devait de rester incognito parmi la populace, en temps qu'ingénieur, peintres,... Bref, il valait mieux qu'on évite de retrouver ce genre de chose chez lui.


- Le choix te revient, mais je t'invite à rester, vu les efforts de la journée, j'ai peur que tu ne puisse pas marcher jusqu'à chez toi !
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mar 20 Déc - 18:00

Il était vrai que cela faisait un peu plus d'un jour et d'une nuit entiers sans dormir, et que cela commençait à s'en ressentir. Maintenant qu'il le faisait remarquer, elle sentait effectivement qu'un peu de sommeil ne serait pas de trop. Elle sourit tout en fermant les yeux.

-Vraiment? Je sais que je ne suis pas endurante, mais à ce point-là... Non allez, c'est bon, je reste. Tu as raison, il vaut mieux que nous nous reposions un peu. Je commence vraiment à avoir besoin de sommeil et c'est mauvais pour ma croissance. Je ne suis pas encore complètement une femme, après tout!

Effectivement elle n'avait qu'une quinzaine d'années derrière elle, et elle était loin d'avoir terminé de grandir. Un bon sommeil stable et suivant le même cycle était donc indispensable, comme le lui avait spécifié son médecin. Mais depuis quand écoutait-elle les médecins? Là, elle était vraiment fatiguée. Et heureuse. Parce qu'elle n'avait jamais eu d'amis comme Léonardo da Vinci. Avec Emerico, ils étaient très proches, mais c'était... différent. Avec l'inventeur, elle pouvait parler plus librement, apprendre de nouvelles choses... Elle avait toujours été plus à l'aise avec les adultes qu'avec les gens de son âge. Elle se sentait plus libre avec eux.

Voulant tout de même s'assurer de quelque chose, elle demanda:


-Tu es sûr que je ne te dérange pas, au moins?
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mar 20 Déc - 19:28

L'inventeur accepta avec bonne humeur de loger son amie, il prit le temps de ranger un peu ses outils, enfin, dans un peu, cela sous entend qu'il les met à une place au hasard sur les meubles alentours, bref, c'était déjà le début du désordre, c'était presque légendaire chez lui.

- C'est parfait ! Vu l'heure qu'il est, je pense qu'on peut bien se reposer jusque midi au plus tôt, quelques heures de sommeils nous ferons à tout les deux le plus grand bien !

Il embarqua la pile de linge qu'il avait laissé là avant de partir pour la cérémonie, et emmena ensuite à l'étage, l'endroit était encore bien rangé, il était composé d'une grande salle à vivre, et de trois chambres sur le côtés, une pour l'artiste, et deux autres qui servaient autrefois aux deux apprentis du maitre en peinture. Il ouvrit l'une des porte, la chambre était assez petite, mais pourvue d'un lit confortable, du nécessaire de toilette, et d'un meuble de rangement, il invita l'assassine à y entrer.


- Voilà, s'il te faut quelque chose, je serai dans la chambre juste à côté. J'espère que ça te conviendra ! Bon repos !

Il laissa poliment la jeune femme à ses affaires, et entra dans sa propre chambre. Elle était pleine d'ancien souvenirs; mais il n'y fit pas vraiment attention, trop fatigué, il se dévêtit rapidement, se coucha sous les draps, et s'endormit presque aussitôt, un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mer 21 Déc - 9:44

Léonardo s'étant retiré, Mélanie pouvait désormais dormir. Elle inspecta rapidement la pièce: très bien entretenue et très bien rangée. Au bout, il y avait une petite fenêtre avec un rideau. Elle s'en approcha, et constata que le soleil était tout de même bien monté. La vue donnait sur tout le quartier commerçant de la ville. Agréable vision qui témoignait bien de l'insouciance de tous ces civils dans ce conflit qui durait déjà depuis bien des années. Ezio menait les Assassins, et Cesare s'était caché nul ne savait ou. Cesare Borgia. Le seul homme qu'elle ait jamais haï. Et sûrement, elle n'était pas seule. Ezio aussi. Et bien des hommes et des femmes victimes de ses ambitions.

Les Assassins et Templiers étaient ennemis depuis longtemps. Mais au final, n'aspiraient-ils pas au même but? Ils voulaient tous la paix, seulement, leurs méthodes étaient différentes. Alors pourquoi les tuer? Ils servent juste une cause qu'ils croient juste. Peut-être que c'était juste le cas pour Mélanie. Peut-être qu'elle aussi servait une cause qu'elle croyait juste alors qu'elle ne l'était pas. Non. Les Templiers étaient assoiffés de pouvoir, et prêts à tout pour garder leur autorité et leur contrôle des Hommes. C'était bien ce qui les différenciaient des Assassins. Eux préservaient le libre-arbitre de l'humanité.

Mettant fin à ses pensées, elle tira le rideau et s'approcha du lit. Elle enleva ses vêtements et ses bottes, ne gardant qu'un haut et un bas fins. Elle entra dans le lit, et put constater avec bonheur qu'il était très confortable. Elle s'endormit à son tour, avec autant de facilités qu'un enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mer 21 Déc - 12:32

Le sommeil fit un bien fou à l'inventeur, même s'il n'eut pas vraiment dormis longtemps, en effet, lorsqu'il sortit de ses songes, le soleil était à son zénith, il était midi, ce qui faisait plus ou moins 4 heures de sommeils. Cependant, il se sentait très en forme, près à terminer ce qu'il avait commencé au petit matin. Il sortit du lit tant bien que mal, et s'habilla, il choisit des vêtements propres, une tenue simple, discrète. Il s’aspergea le visage d'eau froide, se regardant dans la classe, il y vit un jeune homme souriant, la tristesse ayant définitivement quitté son regard.

Une fois près, il sortit s'approcha de la porte de Mélanie pour y frapper, mais se ravisa au dernier moment, la jeune demoiselle devait se reposer encore un peu pour l'heure. Il descendit jusqu'a l'atelier et laissa un mot sur un bout de parchemin pour la jeune femme, si elle venait à se lever avant son retour.


"Bonjour Mélanie !

J'espère que tu as bien dormis. Je suis partis en ville, retrouver ton ami Emerico, dans l'espoir qu'il me donne ce dont nous avons besoin pour terminer la lame, je serai de retour sous peu.

Ton ami, Léonardo"

Il partit ensuite en ville, et se rendit jusqu'à l'endroit où il avait rencontré l'ami d'enfance de Mélanie, aux portes de la villes. Il fut assez chanceux, car le jeune homme apparus après quelques minutes de recherche, et directement l'inventeur l'accosta.

- Excusez-moi, Emerico, je viens de la part de Mélanie, Mélanie Auditore.

Il toisa l'inventeur du regard quelques instants, puis écarquilla les yeux, sans doute le remettait-il enfin.

- Oui je me souviens de vous ! Vous étiez avec Mélanie hier, elle vous envoie faire une course ? De quoi elle à besoin ?

L'artiste fut soulager que le jeune homme le reconnaisse, sans quoi il n'aurait de toute façon pas accepté la demande.

- Il se trouve qu'elle et moi avons besoin d'une petite quantité d'or, pour mettre à bien quelque chose d'assez important... Juste l'équivalent d'une grosse pépite suffirais.


Le jeune garçon se ferma un instant, il était méfiant, et l'inventeur compris pourquoi? L'or était une ressource très précieuse, on ne pouvait le nier, et les riches seraient près à tout pour s'approprier la mine de la famille d'Emerico. Sans dire un mot de plus, il partit, et l'inventeur attendis quelques minutes.Après un bon moment d'attente, il était convaincu qu'il aurait mieux fait de venir avec son amie, que tout aurait été plus simple, qu'il avait fait la route pour rien... Alors qu'il partait, il sentit qu'on lui tapotait l'épaule, c'était de nouveau Emerico, et il tendait à l'inventeur une belle pépite d'or, elle était encore un peu sale ce qui expliquait le temps qu'il avait mit à revenir, l'or venait tout juste d'être extrait.

- Tenez, messere... Promettez-moi que c'est pour Mélanie !

L'inventeur sourit, le jeune Emerico venait de faire une belle démonstration d'amitié envers l'Auditore.

- Promis, c'est bel et bien pour elle, grazie Emerico

L'inventeur repartit ensuite pour l'atelier, rangeant l'éclat dans sa sacoche. Il fut de retour à l'atelier vers 13 h 30, il ne lui avait pas fallut longtemps pour mener à bien sa mission. Passant la porte, il se mit immédiatement au travail, il sortit les dix lames et reprit ses outils disséminé dans la pièce.


Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mer 21 Déc - 12:51

Elle se réveilla quelque heures après, sûrement vers les quatorze heures. Elle avait très bien dormi et se sentait bien mieux. Attendant encore un peu d'être complètement réveillée, elle resta un peu dans lit pour ne pas se relever avec une sale tête. Puis elle se rhabilla rapidement, et redescendit vers l'atelier ou elle trouva son ami en train de travailler sur les lames. Il semblait bien reposé lui aussi, ce qui la fit sourire. Sa mine fraîche témoignait d'un bon sommeil, réparateur. Elle aussi se sentait plus que bien et prête à se remettre au travail. La jeune fille s'avança vers, lui, le saluant:

-Bonjour à toi. Tu as l'air d'avoir bien dormi, ça fait plaisir! Ça fait longtemps que tu es debout?

Se souvenant qu'elle avait laissé sa dague là-haut, elle esquissa un mouvement pour remonter la chercher, mais après tout, il n'y avait aucun danger. Elle resta finalement auprès de l'inventeur. Il faudrait maintenant terminer de percer ces lames, puis graver les motifs, et enfin, terminer le montage selon les instructions de Léonardo.
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mer 21 Déc - 13:28

L'inventeur se préparait à taillé les pièces du mécanisme dans l'or lorsque la jeune femme fit son entré, il l’accueilli avec un grand sourire, elle semblait s'être bien reposé, c'était le plus important pour l'instant. Il se leva et lui fit la bise, après tout, elle restait une demoiselle, et l'artiste avait coutume de toujours salué poliment une demoiselle.

- Bonjour ! J'ai très bien dormis, et j'espère que c'est ton cas aussi ! Je suis levé depuis midi, et j'en ai profité pour faire une petite course ! Tu remerciera ton ami Emerico !

Il lui indiquait la pépite d'or posé sur la table, elle avait été lavée par ses soins, et resplendissait. Il l'emmena ensuite s'assoir et apporta une corbeille de fruit ainsi que deux verres deux, même s'il était tard pour déjeuné, il valait mieux maintenant que jamais.


- Je t'en prie ! Nous n'avons qu'à manger en travaillant,en s'y mettant bien, nous aurons finit en fin d'après-midi, à deux cela sera bien plus rapide !

Il lui rendit les dix lames, seule quatre d'entre-elles étaient percées.

- Si tu veux bien finit le perçage, je me penche sur le mécanisme !


Le travail le plus sérieux commença, il prit la pépite et l'entailla en ??? parties plus ou moins de même taille, il se mit ensuite à travailler avec précision chacune d'elle. La première prit forme après 20 minutes de travail, il s'agissait d'un minuscule ressort, de la taille de ceux qu'on aurait utilisé, 5 siècles plus tard, pour fabriquer un bic. Le ressort se retrouva vite dans une petite boite, l'artiste voulait être sur de ne pas perdre ces minuscule pièces métallique, vu leur valeur. Il travailla ensuite sur le plus grand de tout les éclats, celui-ci prit forme plus lentement que le précédent, il s'agissait d'un petit cylindre, fermé aux deux extrémité, il était relativement plat, ayant à peu près la taille d'un bouchon de vin coupé en deux, ce petit composant serait plus tard le bouton d'activation du couteau circulaire. Il se servit ensuite d'un autre éclat pour créer une sorte d'anneau, un anneau dans laquelle s’insérait parfaitement le bouton cylindrique, et les deux éléments eurent vite fait de rejoindre le ressort. Avec l'éclat suivant, une série de ressort beaucoup plus petit apparus bientôt, il en comptait trois, et avec le dernier éclat, il fabriqua six petites vis, qui serviraient à maintenant l'unité entre le mécanisme et les couteaux d'argent.

Le travail avait été difficile, minutieux et délicat, il n'avait pas droit à l'erreur, et ne prendrait pas le risque de casser le métal, il mit donc en tout deux heures entière pour créer l'ensemble des petits éléments, mais au bout du compte, lorsque chaque partie eut terminées sa course dans la boite, il affichait un sourire satisfait. Tournant son regard vers l'Auditore, il lui fit un signe de joie.


- Voilà, la première partie du plus dure est fait, reste le montage ! Où en es-tu ?

Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mer 21 Déc - 13:48

Mélanie fut très surprise lorsqu'il lui montra la pépite. D'après ce qu'elle avait compris, il était allé jusqu'à voir Emerico pour l'avoir. Lui avait-il cédé facilement? Car le jeune homme était quelqu'un de très prudent qui n'accordait pas sa confiance si facilement.

-Emerico te l'a confiée sans encombres? Cela m'étonne. Enfin, il n'y a aucune raison de ne pas te faire confiance.

Puis elle passa son regard sur la corbeille, mais ne pris rien, elle but juste le verre d'eau qui était posé sur la table.

-Je n'ai pas très faim, je suis de nature à ne jamais trop manger... Désolée.

Elle se mit ensuite au travail, saisissant les lames manquantes au perçage, pendant que Léonardo travaillait l'or. C'était quelque chose de très minutieux, et elle était très impressionnée par la précision de l'inventeur quand au taillage et à la mise en forme des différentes apparences que revêtaient désormais les morceaux de la pépite. C'était tout simplement incroyable. Les gestes de son ami montraient une grande précision et beaucoup d'expérience. Vraiment, pour monter quelque chose d'aussi complexe, il n'y avait que Léonardo.

Entreprenant le perçage, elle réussit tant bien que mal à ne pas déraper et percer à côté. Elle aurait été bien maline si elle ratait cela. S’appliquant et faisant de son mieux, l'Auditore finit par terminer la tâche que lui avait confié l'inventeur. Il semblait également avoir fini son taillage, et lui demanda en souriant ou elle était rendue.


-Je viens de finir. Ce n'était pas une mince affaire, mais c'est fini! J'espère que je n'ai pas fait d'écarts!
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Mer 21 Déc - 23:25

L'inventeure inspecta avec attention le travail de son assistance occasionnelle, et constata que le travail avait été très bien fait, les lames allaient toute s'emboiter parfaitement avec le mécanisme qui serait créer prochaine. Il aligna ensuite les dix lames sur la tables, chacune d'elle allait intervenir à un moment différent du montage, alors autant qu'elle soit prête à l’emploi.

- Bien, merci à toi Mélanie, tu m'as été d'une grande aide ! Tout sera finit dans quelques heures... Mais maintenant je doit agir seul, la partie la plus précise du travail va commencer, et malheureusement tu ne pourra pas m'aider, encore merci, j'ai rarement l'occasion d'avoir une assistance aussi adroite !


Il se mit directement ai travail. Il cisela les dix lames une à une, reproduisant le motif de rosace que l'Auditore lui avait montré la veille, ce processus ne mit qu'une vingtaine de minute, la plus longue étant la première lame, le reste devint vite un geste acquis. Il prit ensuite la première lame, et y imbriqua le cylindre par le trou que Mélanie avait foré. A l'aide d'un petit ustensile, il perçait un trou à la base du cylindre, et y fit passer un ressort, celui ci allait faire le raccord entre la lame d'argent et le bouton, d'ailleurs le ressort permettrait au cylindre de monté et descendre, et donc d'activer le mécanisme lorsqu'il serait près.

L'inventeur ajouta ensuite la deuxième lame par dessus la première, ce avec précaution, il fixa les deux première lame, juste à leur intersection, avec une des vis en or qu'il avait taillé. Il relia ensuite la lame numéro deux au cylindre grâce à un deuxième ressort, se conformant au plan qu'il avait lui même tracer, et ce processus, très répétitif bien que pointilleux, continua ainsi jusqu'à ce que la dernière lame sois posée. Une fois que tout fut assemblé, deux heures entières c'était écoulée, et l'inventeur, comme à ses habitudes lorsqu'il créaient, c'était totalement évadé du monde réel pour se concentrer uniquement sur sa création.

Une fois le prototype monté, il fit passer l'anneau par dessus le cylindre, et le fixa à l'aide de vis en argent cette fois; elles ne servaient qu'a maintenir le mécanisme en place, il n'était pas nécessaire qu'elles soient faites d'or. Il avait fait le plus gros, il suffisait désormais de resserrer chaque vis et chaque ressort, pour donner l'aspect compact et invisible du montage, de tel façon que replier, il ne ressemble qu'à un couteau unique, et trop épais pour être dangereux, et qu'une simple pression suffise à le changer en une arme de lancer dangereuse, rapide et précise. Une fois cela fait, il ne lui restait plus que quelque réglage, quelque vérification... Et ça y était, elle était fin prête... Il la posa sur la table, et s'approcha et se tourna vers la jeune femme, espérant qu'il n'avait pas été trop long.

-Mélanie ! Mélanie ! Elle est finie ! Essaye ! Va-y essaye là !

Il était réellement nerveux, ayant peur d'avoir raté son travail, d'avoir commis une erreur dans ses plans ou son montage, l'instant de vérité allait apparaitre... En toute logique, la lame trop épaisse devait se déplier et former une cercle métallique parfait, coupant comme le rasoir, et plus précis qu'un couteau basique pour le lancer.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Jeu 22 Déc - 9:43

Léonardo lui ayant signifié qu'il n'avait plus besoin d'elle pour le moment, elle avait répondu à sa deuxième réplique par un hochement de tête et un sourire.

-C'était un plaisir de t'aider, Léo'.

Puis elle s'était assise sur la chaise, avait posé les bras croisés sur la table, sa tête dessus, et avait fermé les yeux, de manière à se reposer encore un peu. Elle entendait son ami continuer le montage, les gravures... Elle ressentait qu'il se sentait bien, qu'il se sentait dans son monde, son univers à lui. Oui, vraiment, l'inventeur était quelqu'un d'unique.
Mélanie ne sut pas si elle s'était endormie, elle ne réussit pas à attraper l'information que lui envoyait son cerveau, trop occupée à retrouver ses esprits lorsque Léonardo l'appela pour lui indiquer que l'arme était fini. Ces deux dernières heures, elle ne savait pas trop ce qu'elle avait fait, si elle avait dormi concrètement ou juste survolé les failles du sommeil.

Elle se releva de sa chaise, s'étira un bon coup et regarda l'arme qui avait à présent la forme d'un couteau replié. Au centre se tenait un petit interrupteur d'or, probablement ce qui actionnait le mécanisme. La jeune fille la prit en main, et, doucement, actionna l'interrupteur. Elle sursauta lorsque les lames se déployèrent, toutes en même temps. Impitoyables. Prêtes à trancher. Encore plus doucement, elle rapprocha l'arme d'un de ses doigts, et se coupa avec une des lames. Elle effleura seulement la peau, appuya à peine, le sang coulait déjà. Elle sourit en constatant:


-Tu les as très bien affûtées!

Elle retesta le mécanisme, et cette fois, les lames se rétractèrent. Puis elle appuya à nouveau, et elles sortirent, toujours aussi brillantes et tranchantes. Sans regarder, elle lança l'arme circulaire, qui tourna en l'air avant d'aller se ficher grâce à une lame dans le bois d'une bibliothèque de l'Auditore n'avait pas remarqué avant. Écarquillant les yeux, se sentant rougir, elle baissa la tête en s'excusant.

-Je... Je suis désolée, Léo'! Je n'ai pas regardé ou je visais... Excuse-moi... Enfin... Elle marche, non?

Le mouvement du couteau avait été très rapide, sa rotation encore plus, ce qui promettait des effets dévastateurs au combat.


Dernière édition par Mélanie Auditore le Mer 11 Jan - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Jeu 22 Déc - 11:50

Léonardo fit un bon lorsque la lame se déplia devant eux, il avait réussit, la lame fonctionnait, c'était même un véritable succès. Un frisson lui traversa le corps, il était très fier de lui-même, se sentant réellement utile à la jeune Auditore, cette arme allait sans doute lui permettre de se défendre, étant donner que le couteau circulaire pouvait entailler, et ce très profondément, une grande surface de peau, couper des muscles et des tendons, bien sûre, il ne pourrait pas briser un os, mais il serait suffisamment puissant pour couper une gorge, et ce même de loin. Il vit la jeune femme tester le tranchant des bords de la lame, et s'il n'appréciait pas vraiment de la voir de blesser devant lui, il était satisfait que les lames soient assez affuté pour remplir leur mission.

-J'ai fait ce que j'ai put, mais l'argent est de toute façon l'un des métaux le plus tranchant lorsqu'il est bien aiguisé !

Les lames reprirent leur forme initiale sans accros, dans un bruit métallique presque effrayant, il était totalement au point, il ne manquait plus qu'un petit détail. Petit, oui, mais relativement important. Il observa le lancé de la jeune femme, il rit en l'écoutant s'excuser.

- Mais ne t'en fais pas pour si peu ! Crois-tu vraiment que je suis plus attentionné avec mes meubles ?


Il rit en repensant à l'état de son atelier à Venise... Un bureau couvert de peinture, des palettes invisible sous la couche de peinture séchée, des meubles troué de partout, brulé par des essaye d'arme à feu, des outils irrécupérable... Bref, l'Auditore n'avait pas à s'en faire, Léonardo était capable lui-même de détruire petit à petit ce qu'il avait chez lui, et puis, ça n'était jamais qu'une entaille. Il s'approcha pour observer, à vue de nez, le couteau c'était enfoncé aussi loin que possible dans le bois, créant ainsi un trou béant. Il l'arracha de la bibliothèque tant bien que mal, rétracta l'engin, et le rendis à Mélanie.

- J'espère qu'elle te sera utile, dans tes future voyage ... Et que tu pensera à ton ami l'inventeur lorsque tu t'en servira ! Fais-en bon usage !

Il retourna ensuite dans sa réserve, et sortit cinq bandes de cuirs, et quelque clou de métal, il aligna le tout sur le bureau et s'activa, tout en travaillant de ses mains, il expliqua son idée à la jeune demoiselle.

- Tu ne peut pas mettre ceci dans ta sacoche, au risque qu'il s'ouvre tout seul en cas de chute, et qu'il te blesse. Je vais te fabriquer un fourreau qui passera sur tes hanches, comme ça il risquera moins d'être activé, et en plus, si dans le pire des cas il s'ouvre, il ne te fera aucun mal.

Il eu finit rapidement, ayant l'habitude de confectionné des quoi porté des armes, de plus celui ci était relativement petit, vu la taille de l'objet, une fois finit, il s'approcha de Mélanie, s'agenouilla devant elle, et attacha le fourreau autour de sa taille.

- Voilà ! Tout est en place !
Revenir en haut Aller en bas
Connor Kenway
Maitre Assassin - Admin
avatar
Messages : 2256
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9240/9240  (9240/9240)
Énergie:
8810/8810  (8810/8810)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Jeu 22 Déc - 12:46

Si vous pouviez fournir ceci (par MP) :

Citation :
Nom de l'arme (style) :
Description de l'arme ... ... ... ... ... ... ...
Coût d'utilisation.
Effets souhaités.


> C'est à Mélanie de le dire, c'est son arme Wink

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Jeu 22 Déc - 13:12

Léonardo avait tout prévu, il avait même créé un étui pour l'arme. Effectivement, ainsi, si elle se dépliait, Mélanie ne serait pas blessée. Elle était contente de voir qu'il ne lui en voulait pas pour le meuble. Elle avait toujours été assez maladroite quand elle ne maîtrisait pas une arme, il faudrait bien qu'elle s'entraîne à se servir de celle-ci au combat.

-Merci.

Elle songea maintenant qu'elle devrait partir, tester sa nouvelle arme en mission. Et puis elle devait également prouver à Ezio qu'elle méritait sa récente promotion. Et puis, même si elle aimait beaucoup passer du temps avec l'inventeur, les missions lui manquaient déjà. Elle enserra son ami dans une longue étreinte qui lui témoignait son affection.

-Merci Léo', pour tout. Ne t'en fais pas, je penserais à toi.

Elle n'avait pas très envie de quitter le génie, mais d'un autre côté, elle avait également envie de retourner servir l'ordre.

-Il va falloir que je m'en aille. Tu as un autre objet à inventer, et pour celui-là, je ne pense pas pouvoir t'être d'une quelconque aide. Et j'ai aussi quelque chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Jeu 22 Déc - 22:20

Alors qu'elle l'étreignait, L'inventeur se rendait enfin compte de ce qui se passait, c'était le moment des adieux, ils allaient de quitter, cependant c'était l'ordre des choses n'est-ce pas ? La jeune femme avait du travail, elle avait des missions a effectuées, Léonardo lui avait encore de nombreuses choses à faire, a inventé, bref, lui aussi avait du pain sur la planche.

- Oui, tu as raison, ... Il es logique que nous nous séparions maintenant, tu as encore des choses à accomplir, et je suis certain que tu sera bientôt une grande Assassine de renom...


Il répondit à son étreinte, la serrant bien fort. Elle était bien 10 à 9 ans plus jeunes que lui, pourtant il la voyait comme une véritable amie, il ne lui fallait pas plus, d'ailleurs, l'âge avait-il vraiment de l'importance ? Non, pas dans ce cas là, la jeune femme était bien plus mature que son physique pouvais laisser penser.

- Prend bien soin de toi d'accord ? Je veux te revoir vite et en un seul morceau, que la lame que je t'ai créer te soient utile, surtout, et ma porte te sera bien sûre toujours ouverte.

Il était triste, et un peu nostalgique, il ne voulait pas la voir partir, même si c'était nécessaire... Il eut une idée, et, accourant, il courut jusqu'à son bureau, et écrit hâtivement quelques mots sur un morceau de parchemin, qu'il tendit ensuite à la jeune femme.

- J'ai trois atelier en tout, un à Venise, celui-ci, et un autre à Rome que j'avais initialement occupé pour les Borgia... Voici les adresses des deux autres, si tu as besoin d'aide, ils te seront toujours ouvert... Bonne chance à toi, Mélanie, tout mes vœux t'accompagne...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Ven 23 Déc - 13:03

L'inventeur se retrouvait seul. La jeune femme avait passé la porte,... Une pointe d'inquiétude monta en lui, la même qui le prenait lorsqu'il voyait Ezio partir de chez lui, une nouvelle arme entre les mains, celle que cette rencontre eut été la dernière... Mais elle s'envola vite, il avait la certitude que la jeune femme savait se défendre, qu'elle s'en sortirait, et qu'Ezio ne mettrait jamais sa vie en danger, de plus, elle était talentueuse, son rang de discepolo en témoignait, elle saurait garder sa propre vie, et cela Léonardo était certain.

Ses doutes dissipé, il prit quelques minutes pour bouger les outils qu'il avait utilisé pour la création de l'arme, une fois qu'il eut un peu de place à lui, assit, il prit se tête entre ses mains... Ses yeux clos, il se mit à réfléchir et à tourner ses pensées dans tout les sens. Si son premier travail était finit, il était temps de se mettre au prochain, c'est à dire qu'il devait créer un objet capable de protéger un assassin des effets néfastes du soleil... Il se doutait que cet homme, expérimenté d'après Ezio, devait être particulièrement sensible des yeux, et donc que tout son cœur en pâtissait, comment le savait-il ? Après les heures passé sur des cadavres, à chercher des réponses, à trouver des fonctionnement, il avait conclut que dans l'organisme humain, tout était lié. Les yeux, relié aux cerveau, donnait les informations nécessaires aux muscles pour bouger dans l'espace donné, cependant, si l'une des connexion souffrait, il ne fallait que très peu de temps avant que toute les autres connexion, tout le système nerveux même, réagisse, et ce parfois violemment.


Il fallait donc à tout prix protéger les yeux de cet homme, sans quoi le soleil lui causerait beaucoup de problème... Il ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi il craignait autant les effets du soleil, avait-il des yeux particulièrement fragile ? Manquait il de quelque chose de crucial ? Il devait s'y pencher, et ce immédiatement...

Il prit un verre en cristal, et le posa sur la table à côté de lui, il se mit ensuite à dessiner sur un parchemin, le détail d'un œil, il en fit un dessin de face, et une coupe, transversale et horizontale. Lorsque chaque-un des composant fut parfaitement tracé, il partit de nouveau dans ses réflexions...


" Dans mes dernières analyse, j'ai remarqué que certaine personne souffraient d'une mauvaise vue... Certaine personne que j'ai put disséquer souffrait du même mal avant leur mort, ... J'ai put noté qu'il s'agissait de deux cas principaux, soit une malformation du fond de l’œil, là où se créaient les images, soit il s'agissait des muscles autour du cristallin, qui, fatigué par la vieillesse, n'étaient plus assez élastique, et donc empêchait de voir de loin ou de près... "

Réfléchissant toujours, il traça une à une chacune des déformation possible de l’œil, il prit ensuite le temps d'examiner l'iris.

"C'est bien cette partie qui régule la lumière qui entre dans l’œil,... Si cette homme souffre du soleil, ça ne peut être que ça ... "

Il lâcha son fusain, pensif, il avait beau avoir une hypothèse de cause du problème, ça ne l'aidait pas beaucoup, il ne pouvait de toute façon pas intervenir directement dans l’œil de l'Assassin, on ne pouvait changer cela sans risquer presque totalement qu'il devienne aveugle... Non, il ne voulait pas intervenir dans l’œil, c'était trop risqué.

Son regard fut soudain distrait... Le soleil frappait juste sur le verre de cristal remplit d'eau, et inondait son parchemin de lumière colorée et dansante... Le phénomène était assez remarquable, et très beau, cependant ce n'est pas ce dernier détail qui fit crier de bonheur le jeune inventeur, il la tenait son idée.

- La voilà la solution ! L'eau ! L'eau et le cristal on un effet sur la lumière, ils la décompose !

Il se remit directement sur ses notes, et écrivit, agrémentant son travail de dessin explicatif et de phrase codée, écrite à l'envers, bref, le désordre... Il venait de trouver la solution.

Si la lumière n'était pas la bienvenue dans les yeux de l'assassin, il suffisait de la détournée dans une autre direction, et de la filtrée, de façon à ce qu'il puisse voit aussi bien qu'en plein jours, et le cristal remplirait parfaitement cette mission, il faudrait juste trempé un maximum de temps le cristal dans une solution aqueuse, mélangée à un liquide qui apaiserait l’œil, pour éviter tout rejet...

Il prit la forme de la cornée d'un œil classique, et rajouta par dessus une lentille qui s’ajustait parfaitement avec cette taille, l'objet tiendrais même seul, l’œil était en permanence mouillé, l'effet d'aspiration la maintiendrais en place... Évidement elle ne serait pas très souple, le cristal étant une matière solide... Mais si l'assassin ne les portais que la journée, l'oeil n'aurait pas le temps de vraiment souffrir, et elle seraient facile à mettre et a retiré... Il tenait son idée, la lentille de cristal allait permettre de voir en éloignant un maximum des rayons du soleil et en permettant à l'assassin de conserver une vision normale, quoiqu'un peu plus sombre peut-être, de son environnement...

- J'ai trouvé...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Ven 23 Déc - 15:19

Il avait l'idée, il ne lui manquait plus qu'à mettre cela en œuvre... le cristal n'étais pas particulièrement difficile à tailler, cependant il restait très fragile. Il prit du papier et fit une liste de ce dont il avait besoin, la quantité n'étais pas énorme, le prix non plus, mais il avait un choix à faire. Il utiliserait un cristal le plus pure possible, cela il pourrait en trouver chez l'orfèvre sans grand difficulté, les chutes des cristal lors de le création des objet était courante, et ça ne couterais soit rien, soit pas très chère. Il lui fallait également de l'eau pure, cela il en avait, et il la ferait décanter, pour être sure, durant ses courses. Il lui fallait également une fiole de désinfectant et d'huile essentiel qu'il pourrait trouver chez un médecin. Question matériel de taille, il avait ce qui lui fallait à l'atelier.

Avant de partir, il fit reposer de l'eau, dans une bouteille fermée, afin d'être certaine qu'elle soit le plus pure possible quand il en aurait besoin. Son tour en ville ne prit pas longtemps, il trouva du cristal chez l'orfèvre, même s'il fut difficile de négocier, même pour de simple éclats sans valeur, il l’obtint gratuitement, ayant promis en échange de peindre une enseigne pour le dis orfèvre.

Une fois rentré, il se mit directement au travail.

Le processus n'étais pas bien compliqué, mais long, très long, il devait tailler les lentilles en veillant à respecter parfaitement les tailles et les dimensions de son schéma, sans quoi les lentilles ne tiendrais pas aux yeux, de plus, il devait faire en sorte qu'elle ne soit pas coupante ni irritante c'est à dire rentre la matière lisse et impeccable... Il lui fallut deux heures pour arriver au bout de la première lentille, une fois qu'elle fut finie, il dosa lui même un mélange composé d'une grande partie d'eau, quelques goute de désinfectant pour empêcher l'irritation, et une minuscule quantité d'huile essentiel pour que l’œil ne souffre pas de sa présence... Une fois le liquide près, il en remplit deux verre, et mit la première lentille dans l'un deux.

La deuxième lentille mit un peu moins de temps que la précédente, en effet, l'inventeur avait acquis le mouvement, elle fut taillée dans sa forme parfaite au bout d'une heure et demi de travail précis et pointilleux. Comme la précédente, il la glissa avec précaution dans l'eau spéciale, et laissa le tout reposer. Il s'écoula une heure supplémentaire, l'inventeur voulais être sur que le liquide imprégnerait bien tout le cristal, et que les propriétés des composant aqueux allaient se mélanger avec le solide.

Le produit final fit naitre un sourire sur les lèvres de l'artiste, entre ses doigts, la lentilles semblait avoir donné le résultat escompté. Il lui fallait maintenant tester, s'approchant d'un miroir, il glissa la première lentille sur son œil, et juste après la seconde. Le résultat était saisissant, la vision n'était presque pas modifié, cependant, lorsque l'ont regardait un rayon lumineux, il semblait perdre une bonne partie de son intensité. Il sortit dans la rue pour vérifié, les gens durent le prendre pour un fou, car, le nez au ciel, il souriait, satisfait. Il vérifia cependant la Vision d'Aigle sur les lentilles, et constata avec plaisir qu'elle fonctionnait tout aussi bien.

Les Lentilles de Cristal permettaient de supporter la lumière du soleil, quelque soit leur puissance, ... Il avait atteint son but, de plus, le port de ces lentilles de retirait rien à la vision ...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci Ven 13 Jan - 22:11

L'inventeur rentrait pour la première fois chez lui seul. Cela lui faisait étrange, à Venise, il avait l'habitude de la solitude, malgré les rares visites auxquels il avait droit, que ce soit un mécène en quête d'un tableau ou un Assassin voulant perfectionner son matériel. Depuis son départ de Venise, il avait eu foule de chose à faire en très peu de temps, d'ailleurs il n'aurait jamais cru qu'être débordé de travail lui plairait autant, et surtout qu'il intégrerait la confrérie.

Une fois chez lui, il se dirigea directement vers son panneau d'affichage et barra les choses qu'il avait accomplie. Il n'avait plus rien à faire désormais, cette liste vide en témoignait parfaitement, il avait du temps pour lui, et savait qu'il allait mettre ce temps gagné à profit. Il s'était promis de mettre tous son temps disponible à l'entrainement, il fallait qu'il se remettre à niveau, et qu'il apprenne à se servir de son propre corps. Mais avant cela, il avait une petite chose à faire. Après tout, personne n'étais mieux placé que lui pour créer des armes, et ici, c'était une lame secrète qu'il allait fabriquer, comme il l'avait fait nombre et nombre de fois. Sauf que cette fois, c'était pour lui-même.

Le montage ne mit pas longtemps avant d'être finit, Léonardo connaissait les rouages et le système de la lame par cœur, il n'oublierait sans doute jamais la complexité fascinante de l'arme de tout les bon Assassins. Et bientôt, ce petit bijou de technologie était prêt, il ajusta le gant de cuir auquel il était attaché pour qu'il puisse le mettre et le retiré facilement, et ensuite, il la mit de côté. Il avait maintenant de quoi se défendre au cas où.

Une fois cela fait, il se changea pour son petit entrainement, une tenue simple ferais l'affaire. Une fois vêtu d'une chemise typiquement italienne et un pantalon de cuir, il sortit dans la petite cour juste à côté de chez lui, et s'adossa au mur pour observer. La lune éclairait de sa lumière blafarde les contours des bâtiments qui l'entourait, il connaissait bien cet endroit, il avait vu Ezio y grimper et s'y entrainer à la lame secrète, c'était sans doute pour cela qu'il préférait venir ici, il avait un minimum de repère.
Après avoir bien analysé le mur, c'est à dire les différentes prise possible, les endroits où il serait le plus facile de grimper, et les endroits qu'ils devait éviter, il s’élança.

Sa première tentative fut un cuisant échec, il n'arriva pas a atteindre la garniture murale qu'il visait, cependant, la deuxième tentative fut bien mieux calculée, il s'accrocha à cet décoration, et se hissa, se servant de la suivante pour ses mains, et de la précédente pour ses pieds, ainsi, il finit par trouver un parfait équilibre, et il ne cacha pas un petit sourire d'euphorie. Se servant des décorations de façades, et des rebords de fenêtre, l'inventeur-assassin se glissa jusqu'en haut tant bien que mal, il était conscient qu'il n'était pas aussi rapide qu'Ezio, Mélanie ou même TodRitter.
Une fois sur le toi, il soupira d'aise, la fatigue ne l'avait pas encore touché, cependant il était heureux et rassuré, heureux d'avoir une si belle vue, et rassuré d'être au moins capable de monter jusqu'ici.

Il recommença l'exercice un bon nombre de fois, inlassable, au moindre échec, il s'y remettait directement... Et une fois qu'il fut essoufflé et haletant, il se posa au sommet du toit, assis les jambes dans le vide, et contempla la nuit qui faisait dormir Florence d'un profond sommeil...Il avait les yeux rivé sur la lune, le majestueux astre de la nuit qui contemplait la folie des hommes, là-haut perchée sagement dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'atelier de Léonardo da Vinci

Revenir en haut Aller en bas

L'atelier de Léonardo da Vinci

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Atelier du Mek Rukza
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» L'Atelier d'Uz' : bastion ork en WIP
» Atelier de travail Exécutif/legislatif pour élaborer un calendrier législatif
» Atelier théâtre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin's History RP :: Administration :: Administration :: Archives :: Version 1 :: Role Play :: Rome, Florence & Venise :: Florence :: Commerces-