Video


Forum de role play sur l'univers Assassin's Creed
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
FORUM FERMÉ

Rendez-vous sur

Partagez|

Mission en terres Mohawks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Haytham Kenway
Maitre Templier - Admin
avatar
Messages : 1780
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9055/9055  (9055/9055)
Énergie:
8995/8995  (8995/8995)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Mission en terres Mohawks Dim 24 Fév - 16:04

Citation :
Mission : Éliminer un traite protégé et planqué par l'armée britannique au sein du territoire Mohawk (100 lignes de recherche minimum + combat)
Templier affecté : Daniel Stolenfield et Haytham Kenway
Lieu : Mohawk Valley
Gains : Mission de rang 4

Le lendemain après-midi, comme convenu, les deux Templiers quittèrent l'auberge et puis Boston pour se diriger vers le territoire Mohawk où devait se trouver le traitre. Selon les méthodes britanniques il devait certainement se trouver dans un petit fort bien caché dans la vallée en question. Le soucis était donc de parvenir à le retrouver. Se déplaçant à cheval à travers la Frontière, Haytham et Daniel discutèrent de différents sujets et bien évidemment de la mission en cours tout au long de leur trajet. Ce n'est que le lendemain vers midi, au bout d'environ une quinzaine d'heures de voyage, que les deux hommes arrivèrent dans la Mohawk Valley. Désormais les recherches allaient donc pouvoir débuter et cela ne s'annonçait pas comme des plus facile. L'été battait son plein en Amérique et cela se ressentait surtout dans ce genre d'environnement constitué de forêt et de de plaines. La température devait certainement être insupportable pour un jeune britannique venant d'arriver mais celui-ci s'y ferait surement après quelques temps. Quoi qu'il en était cela ne facilitait en rien la recherche d'un fort bien caché. Le Maître Templier de son côté laissait Dan s'occuper essentiellement de mener les opérations bien qu'il l'aidait un peu en scrutant l'horizon et les différentes plaines à l'aide de sa longue vue. Tout cela bien sûr sans grand succès. La recherche se poursuivit donc pendant un bon moment, les deux Templiers parcourant les forêts et les chemins pouvant mener à une planque de l'armée de la Couronne. A vraie dire Haytham ne s'était pas attendu à grand chose d'autre mais il fallait mieux essayer de trouver l'endroit par soi même plutôt que de demander directement à la population Iroquoise locale, plutôt hostile envers des britanniques actuellement. Continuant donc sur leur parcours, les deux hommes finirent par aboutir dans une forêt étrangement calme.

« Ça n'annonce rien de bon... Cependant une patrouille britannique est souvent plutôt bruyante avec leur tambour, on devrait éviter le pire. »

Sur cette pensée, le Kenway suivit sa jeune recrue à travers la forêt avant qu'en un éclair, cinq Mohawks viennent confirmer ses doutes. Dans un sens c'était plutôt une bonne nouvelle. Ainsi ils n'auraient pas à aller les trouver d'eux même et ils allaient pouvoir les interroger directement sur place. Malgré tout cela n'enlevait rien à la situation complexe dans laquelle ils étaient. Deux colons, britanniques qui plus est, entrain de fouler les territoires Mohawks dans un contexte tel, n'étaient jamais bien accueillis et cela se fit encore une fois prouver lorsque ceux-ci passèrent à l'attaque. Haytham qui avait sauté entre temps de son cheval engagea directement le combat avec ceux-ci, ne faisant que les parer ou les frapper du plat de son épée. De la sorte il espérait avoir l'occasion de prendre la parole grâce à un temps mort offert par ses adversaires. Celui-ci finit par arriver au bout de quelques échanges supplémentaire, quand les Mohawks comprirent qu'ils n'étaient pas de tailles face à leurs adversaires et que ces derniers n'en voulaient pas à leur vie. Profitant de l'occasion, le Maître Templier prit donc la parole, espérant qu'un des cinq Iroquois en face de lui comprenne l'anglais comme le comprenait Ziio.

- Nous sommes ici en paix et non pour vous attaquer. Nous recherchons un petit fort britannique non loin d'ici ? Sauriez-vous où nous pouvons celui-ci se situe ?

Ne comprenant alors pas très bien le sens de ces propos, même si Haytham avait remarqué qu'un des cinq Mohawks avait très bien compris l'anglais, ils se parlèrent pendant un court instant avant de décider que la fuite était la meilleure solution. Encore une fois ce n'était pas bien étonnant. Ils devaient savoir que la Couronne convoitait leurs territoires et ils devaient donc croire que le fort installé sur leurs terres devait servir à préparer un assaut sur le village Mohawk. Dans un sens cela rappela au Kenway la crainte et la non-confiance qu'avait Ziio à l'époque envers les britanniques. C'était des plus compréhensibles... Comment un peuple persécuté par les Colons pouvaient parvenir à faire confiance à d'autres Colons. C'était d'ailleurs un des problèmes rencontré par William Johnson. Le Templier espérait en effet convaincre les Iroquois de vendre à l'Ordre leur terre, ce qui permettrait alors d'empêcher la Couronne de les chasser. Cependant la confiance qu'avaient ceux-ci envers des britanniques, même opposés aux tuniques rouges, était très faible. Les chances d'aboutir à un succès étaient donc plutôt faibles également. Quoi qu'il en était la question n'était pas celle-là actuellement. Pour le moment, Haytham et Dan avaient cinq Mohawks fuyant et surtout cinq informateurs potentiels pour leur mission en cours. Décidant alors de les poursuivre, le Maître Templier donna ses instructions à sa recrue avant de partir à la poursuite de trois des fuyards.

- Vite ! Ils ne doivent pas nous échapper. Je m'occupe des trois partis par là, occupez vous des deux autres.

Ne perdant donc pas de temps, Haytham commença à courir, espérant rattraper rapidement les trois hommes en question. Son âge de plus en plus avancé ainsi que sa blessure toujours douloureuse ne l'aidait pas beaucoup au cours de cette course poursuite, surtout que les trois Mohawks avaient une grande agilité et qu'ils savaient grimper aux arbres. Malgré ce désavantage fort ennuyant (bien qu'il avait aussi apprit grâce à Ziio à se déplacer dans les arbres), le Maître Templier réussit à combler son retard alors qu'ils arrivaient à la fin de la falaise où ils se trouvaient. Cela simplifiait donc grandement les choses puisqu'ils n'avaient plus nul part où fuir. S'avouant alors vaincus, ceux-ci furent ligotés par Haytahm et puis ramenés au point de départ. Un petit interrogatoire allait bientôt avoir lieu désormais. Encore fallait-il cependant que Dan réussisse à rattraper les deux hommes qu'il poursuivait, surtout que le seul Mohawk des cinq comprenant l'anglais était parmi ces deux là. Une fois ce soucis réglé, le jeune Templier pourrait alors questionner les cinq « prisonniers » dans le but de trouver le fort où était planqué le traitre protégé par les tuniques rouges. Lorsque cela serait fait il ne resterait donc plus qu'à s'y rendre avant d'assassiner ce même traitre et de rentrer à Boston.

_________________________________________________


Administrateur Co-Fondateur
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Stolenfield
-Double Je -
avatar
Messages : 599
Date de naissance : 22/03/1991
Date d'inscription : 26/01/2013
Age : 26

Feuille de personnage
PV:
5690/5690  (5690/5690)
Énergie:
5610/5610  (5610/5610)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Dim 24 Fév - 23:31

La première chose qui perturba grandement Daniel pendant leur voyage fut la chaleur. Quand bien même il lui était déjà arrivée de voyager ici et là en compagnie d'Edwina, elles n'avaient qu'en de très rares occasions rejoins les pays chauds, la jolie blonde prétextant que c'était mauvais pour son teint... Et son apprentie comprenait pourquoi. Desserrant comme elle le pouvait son col de chemise, Daniel retient un soupir d'exaspération alors que d'une main agacée, elle enlevait une mèche collée sur son front. Jamais le mauvais temps anglais ne lui avait autant manqué. Encore une chance qu'elle n'ait pas eue la mauvaise idée de prendre sa veste...
Voilà une journée qu'ils voyageaient ainsi pour rejoindre le territoire Mohawk, et malgré ses talents de cavalière, il fallait avouer que la jeune femme en prenait un coup, plus habitué au fiacres et autres calèches en suivant ses mentors parfaitement urbanisés, dont les gants de soies étaient plus souvent recouvert de sangs que de boues. Une habitude à prendre parmi tant d'autre pour sa nouvelle vie en Amérique, se disait Daniel en ajustant sa position sur sa scelle, mais il n'empêchait qu'elle suffoquait de chaud et avait mal au séant... De quoi la rendre d'une humeur particulièrement appréciable, en somme.

Cependant, et malgré tout cela, Daniel resta d'un professionnalisme à toute épreuve, gardant ses plaintes pour plus tard, alors qu'Haytham et elle-même cherchait des pistes pour trouver le camp Britannique, sous cette chaleur étouffante, même à l'ombre des immenses pins composant la fourrée. Néanmoins, n'ayant aucune information pour trouver leur cible, ils durent se contenter de passer les forets de la frontière au peigne fin, et cela sans grand résultat, ce qui rendit la Templiere anxieuse, alors qu'elle se demandait si interroger les locaux ne seraient pas une bonne idée... Sans parler du fait qu'elle mourrait d'envie de rencontrer ces indigènes, bien qu'il fallait encore les trouver.
Daniel détestait avancer dans le brouillard, sans aucune piste pour chercher... Surtout dans cette forêt qui semblait si grande! Il fallait l'avouer, Daniel n'était pas habituée à travailler dans de telles conditions, bien plus souris des villes que des champs, mais encore une fois, se plaindre était hors de propos. La mission d'abord... Ce qui ne les empêcha pas de faire choux blancs pendant de longues heures, avant d'arriver dans une partie de la forêt plus calme. Cependant, prise par son anxiété, Daniel ne remarqua pas immédiatement ce détail, occupée à mordre nerveusement sa lèvre inférieure, un tic qu'elle possédait depuis trop longtemps. C'est donc presque inconsciente de la menace qui les guettait, qu'elle continua à faire avancer son cheval. Heureusement, son éducation prit le dessus sur ses peurs, alors que son subconscient lui faisait remarquer l'anormalité de ce silence...

Et soudainement, ils furent sur eux. Cinq hommes. Mohawks, grands et forts. Surprise par leur arrivée, la monture de Daniel voulu faire demi-tour, et cette dernière du s'occuper de la calmer alors que Haytham ne perdait pas un instant pour répondre aux joutes s'engageant, combattant avec une posture défensive qui, au départ, surpris Daniel. Jusqu'à ce qu'elle comprenne. Il ne voulait probablement pas se montrer hostile, et pour cause : ces hommes pouvaient les aider. Mieux encore, ils pouvaient même s'avérer être une piste dans leur recherche.
Descendant de sa monture, Daniel étouffa une grimace alors que les muscles de ses jambes semblaient satisfait par cette pause, sans plus attendre, elle sortit ses dagues jumelles, mais resta en retrait, ne voulant pas se faire menaçante, tout en étant capable d'intervenir au moindre problème, alors qu'elle observait les indigènes avec un mélange de curiosité et d'intérêt mal dissimulé, ses yeux suivants leurs peintures tribales, avant de s'attarder sur leurs vêtements, ou leurs coiffures.
Après quelques échanges, et comprenant leur désavantage devant leur adversaire, les hommes cessèrent leurs assauts, laissant ainsi l'occasion à Haytham de prendre la parole, faisant alors part de leurs intentions. Alors que le Maitre Templier clarifiait leurs desseins, Daniel ne quitta pas les cinq hommes du regard. Leur mimique laissa penser qu'un seul des cinq comprenait, alors que les yeux de ses camarades se tournèrent vers lui une fois les paroles d'Haytham terminées. Sans surprises, ils se réunirent, probablement pour traduire, avant de fuir en deux groupes distincts, optant finalement pour le replis, ce qui n'était absolument pas un avantage pour eux... Daniel pesta. Pourquoi les choses ne se passaient-elles jamais simplement et les gens refusaient systématiquement de coopérer? Daniel ne connaissait que très mal les Mohawks et les relations qu'ils entretenaient avec les collons, mais elle n'était pas sotte et devinait sans mal qu'elles étaient loin d'être positives alors que la couronne semblait fortement décidée à leur prendre leurs terres...

Sans perdre un instant, Daniel courut à la poursuite de ses deux cibles à l'instant même où son supérieur le lui demanda, ne s'encombrant pas de paroles inutiles alors qu'Haytham disparaissait dans la forêt, à la poursuite des trois autres. Rapidement, vu le gabarie des deux hommes, la jeune femme sut que même ligotés, elle aurait du mal à les ramener pour peu qu'ils soient fortement décidés à ne coopérer sous aucun prétexte... Pire, ils pourraient même finir par prendre le dessus. Leur courant après, Daniel fut surprise par l'agilité dont ils faisaient preuves. Ils semblaient parfaitement dans leur environnement, donnant l'impression de connaître l'emplacement de chaque branche, chaque racine, alors qu'ils grimpaient, glissaient et sautaient sans le moindre problème à travers les obstacle, tandis que Daniel perdait un temps précieux, se prenant par moment les pieds dans des racines et autres branches, ce qui la fit pester avec agacement.
Et les choses se compliquèrent encore d'un cran quand, pour la semer pour deux bons, les deux Mohawks quittèrent le sol pour avancer dans les arbres, alors que Daniel les regardait faire avec un curieux mélange d'admiration et de jalousie. Qu'il lui tardait de savoir faire de même! Ils sautaient de branches en branches avec une assurance certaine, semblable à la sienne quand elle se déplaçait de toit en toit. Cependant, elle n'avait pas le temps de s'extasier. Sortant un couteau de lancer, elle prit pour cible l'indigène ayant semblé comprendre l'anglais. De tous, c'était bien lui le plus important, et puisqu'ils commençaient à prendre deux chemins différents, il lui fallait faire un choix. Son premier tire fut un échec, le second frôla sa cible, le dernier le toucha en plein vol, alors qu'il allait atterrir sur une autre branche. Cela le déséquilibra suffisamment pour qu'il se rate et commence à tomber, se rattrapant comme il pouvait au tronc et ainsi ralentir sa chute vers le sol, qui évidemment, fut inévitable.

Tombant lourdement, son adversaire étouffa un grognement sourd alors que la jeune femme, ne lui laissant ni le temps de comprendre, ni celui de réagir, lui sauta dessus, se plaçant à califourchon sur son torse, la lame de sa dague sous son cou, l'obligeant à lever la tête, tandis que Daniel lui lançait un regard sans équivoque. La menace était assez évidente pour qu'il n'essaie pas de bêtise, tandis qu'elle sortait de quoi l'attacher fermement, avant de prendre l'autre bout de la corde, se retournant avant de se rendre compte... qu'elle ne savait absolument pas d'où elle venait.


- Ce n'est pas vrai...

Fit-elle doucement en jurant, alors qu'elle regardait les arbres en espérant s'y retrouver. Elle avait vu une grosse racine sur son chemin... Et un tronc cassé lui semblait-il... Sauf qu'il y en avait partout, des troncs cassés, ici. Tous les arbres se ressemblaient, et Daniel ne savait absolument pas comment se repérer en pleine foret, n'ayant jamais eu à le faire jusqu'ici! Secouant négativement la tête, elle fit logiquement demi-tour, pensant qu'il suffisait de retourner sur ses pas, avant qu'elle ne se rende compte qu'elle ne savait même pas exactement où se trouvaient ses pas...
Après dix minutes à tourner en rond sous le sourire narquois de son prisonnier (qui eut le droit à une claque avec un ''rigole pas, toi''), elle abandonna finalement et se tourna vers ce dernier, levant la tête pour croiser son regard sombre, partagée entre son énervement et sa fascination pour lui, alors que ses yeux suivaient distraitement les plumes attachées à ses cheveux, ses pommettes rougissant légèrement devant la nudité inhabituelle de l'indien, sur le torse duquel différentes peintures tribales décoraient les courbes de ses muscles. Rah mince, c'était pas le moment!


- Et je présume que tu sais parfaitement d'où l'on vient, n'est-ce pas? Silence. Qui ne dit mot consent. Elle tira sur la corde. Montres moi le chemin.

- Et pourquoi je ferais ça? Fit-il en trébuchant, confirmant qu'il parlait en effet un anglais plutôt bon.

- Car plus vite nous trouverons ce que nous cherchons, plus vites nous quitterons votre foret. C'est ce que vous voulez, non? Parfait, moi aussi! Mon compagnon vous l'a dit, avant que vous ne partiez comme des lapins, nous ne vous voulons aucun mal, c'est les Britanniques que nous cherchons.

- Alors, libère moi...

- Quand tu m'auras ramené au point de départ et répondu à nos questions. Nouveau silence. Excédée, Daniel sortit une de ses dagues. Et ce n'est pas une option, mince! Vous êtes tous aussi butés?

- Petit et teigneux, hein?

Cependant, malgré la remarque, la menace finit par avoir raison de ses résolutions, et c'est avec un regard noir qu'il prit la marche du cortège, ce qui donnait une image plutôt singulière, Daniel le suivant en silence, geôlière miniature, disparaissant derrière son prisonnier, mais prête à réagir au moindre signe de rébellion. Ce qui ne fut pas le cas, alors qu'elle finissait enfin par apercevoir avec soulagement les montures, ainsi qu'Haytham et ses trois prisonniers... Et dire qu'elle en avait laissé filé un. Même le fait de savoir qu'elle avait le plus important, le traducteur, ne la soulageait pas de la culpabilité de n'en avoir qu'un. C'était idiot, après tout elle avait fait de son mieux, mais tout de même... Deux, cela aurait été plus classe, non? Si elle avait été un homme, un vrai, elle aurait probablement réussi.
Et pourtant, c'est la tête haute qu'elle vint remettre son prisonnier, cachant au mieux son regret.


- Pardonnez-moi Master, je n'ai pas pu rattraper le second... Son ton était neutre, alors qu'elle continuait. Mais celui-ci parle notre langue, j'ai eu le ''plaisir'' de le vérifier...

Fit-elle avec un regard noir pour l'indigène, qui leva un sourcil en ricanant, moqueur... Il n'avait pas peur d'elle et il le montrait. Évidemment, qui aurait peur d'une personne faisant la taille et le poids d'une crevette rachitique? Daniel se retient de juste de lui donner une autre claque. Elle n'allait pas perdre la face devant le maitre, tout de même... Enfin, ça ne l'empêcha pas de lui mettre un coup de genoux dans ses parties intimes, coupant le souffle à son prisonnier qui se plia en deux, avant de passer sa corde à Haytham. Elle ne faisait pas la moitié de son poids, certes, mais elle savait viser...
Revenir en haut Aller en bas
Haytham Kenway
Maitre Templier - Admin
avatar
Messages : 1780
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9055/9055  (9055/9055)
Énergie:
8995/8995  (8995/8995)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Lun 25 Fév - 20:39

C'est après environ quinze minutes que le jeune Templier parti à la poursuite des deux fuyards arriva à son tour au point de départ, près des deux chevaux attachés ainsi que des trois autres Mohawks. Haytham quant à lui était là, debout attendant depuis un moment à présent le retour de Dan. A vrai dire celui-ci avait été anormalement long. Peut être que les deux Iroquois s'étaient montrés plus rapides et agiles que prévu ou bien qu'un imprévu avait eu lieu en cours de parcours. Cela n'intéressait en faite pas vraiment le Maître Templier. Tant que le boulot était accompli correctement c'était suffisant. Malgré tout le travail n'était fait qu'à moitié... Le jeune homme n'avait en effet réussi à rattraper qu'un seul des deux Mohawks, mais au vu de sa carrure il lui aurait certainement été plutôt compliqué d'en capturer plus d'un pour ensuite le ramener. D'ailleurs c'était le plus important qu'il ramenait, à savoir celui comprenant l'anglais et qui servirait de traducteur. Cela gommait en quelques sortes le semi-échec. Le seul bémol de la fuite d'un des Mohawks étant la possibilité de renfort dans peu de temps. C'est donc pour cette raison que Haytham préféra d'abord quitter la zone, où en tout cas aller un peu plus loin pour procéder à l'interrogatoire. Cela leur donnerait un peu plus de temps, ou au minimum cela leur éviterait une embuscade organisée grâce à la connaissance de leur localisation. Les deux Templiers se remirent donc un route, suivis des quatre prisonniers Mohawks. C'est environ après une heure de trajet et leurs traces effacées dans le but d'éviter d'être pistés, qu'ils purent s'arrêter, attachant les indigènes à des troncs d'arbres. Désormais on pouvait donc dire qu'ils étaient tranquille pendant un moment, et l'heure tardive ajoutait encore un avantage supplémentaire. Pister avec la pénombre tombante n'étant pas très efficace et évident. Cependant il ne fallait en contre partie par faire de feu pour se réchauffer sans quoi être repérés serait très rapide. Sachant tout cela, le Kenway n'alluma évidement aucun feu et il bâillonna même les prisonniers dans le but d'éviter des cris alertant les personnes se trouvant à proximité. Malgré ces vigilances, un des quatre hommes réussit à crier un bon coup avant d'être bâillonné comme ses compères. Sur le coup, Haytham voulu frapper l'homme en question mais se retenu sachant qu'un tel acte poussé par la colère n'était pas digne de son rang. Gardant donc son sang froid, il se retourna pour écouter attentivement le silence de la forêt, cherchant un quelconque bruit signifiant qu'ils étaient repérés.

Cinq minutes plus tard, ce que craignait Haytham se profila dangereusement à l'horizon. En effet, il entendu faiblement et puis distinctement le bruit d'un tambour frappé à intervalle régulier. Il n'y avait pas de doute possible, c'était une patrouille britannique alertée par le cri. Ce n'était évidement pas bon signe, surtout qu'une telle troupe se composait généralement de six à dix soldats en plus du tambour. Signalant alors à sa jeune recrue de se cacher, le Maître Templier décida d'adopter une stratégie d'embuscade. Les Mohawks attachés servirait d'appât, attirant les soldats dans la future zone de combat où les deux templiers pourraient se charger d'eux sans trop de soucis si tout allait bien. Après réflexion, Haytham en conclu même que ce n'était pas plus mal. Ils auraient certainement besoin d'uniforme de tuniques rouges pour s'infiltrer correctement dans le fort et ces soldats tombaient à point nommé. Au moins cela leur éviterait de devoir chercher d'eux même des militaires de la Couronne. Au final ils avaient encore une fois pas mal de chance dans leur malchance...

Quelques instants plus tard, la patrouille entra donc dans la petite clairière où étaient encore attachés les quatre Iroquois. Haytham, caché non loin, put ainsi voir qu'il y avait six soldats britanniques et un tambour, un nombre plutôt petit et ce n'était pas plus mal. Le Templier attendit alors qu'ils soient tous bien là et qu'ils soient assez proche des indigènes pour lancer l'assaut. Effectuant un geste clairement identifiable comme un « A l'attaque », il surgit derrière le premier tunique rouge qui ne remarqua la présence de son adversaire dans son dos qu'une fois la lame de ce dernier enfoncé dans sa nuque. Le soldat juste à côté qui remarqua alors son compagnon tombant au sol raide mort, dégaina et engagea Haytham qui ne lui laissa que très peu de chance de victoire. En effet, à peine l'arme sortie de son fourreau, celle-ci vola déjà dans les airs tandis qu'un deuxième coup d'épée venu s'abattre en plein sur la tête de l'homme, le tuant sur le coup. C'était déjà deux gardes en moins sur les sept de départ. Au même moment, un autre tunique rouge prit en ligne de mire le Maître Templier qui ne put qu'effectuer une roulade vers la droite pour esquiver le tir qui passa de peu à côté de lui. Sortant alors à son tour son pistolet, son tir à lui ne manqua pas la cible qui tomba à son tour au sol. Souhaitant finalement préserver au moins un uniforme du sang de son précédent propriétaire, le Kenway déclencha sa lame secrète pour tout de suite après se ruer sur le soldat le plus proche qui réussit à esquiver le premier coup avant de se retrouver déstabiliser par une racine d'arbre et de finir avec la lame en question dans le cou. Haytham compressant directement la plaie, retira également immédiatement l'uniforme du soldat, évitant de la sorte qu'il soit trop tâché. Ce court affrontement l'avait déjà pas mal fatigué. Après tout son âge avancé ne réglait en rien le problème et sa condition physique n'allait qu'en diminuant, même si elle restait toujours bien meilleur que celle d'une personne lambda. Le Maître Templier laissa donc les trois derniers tuniques rouges aux mains de Daniel qui devrait normalement s'en sortir sans trop de soucis, l'effet de surprise jouant grandement en sa faveur.

Une fois toute cette agitation finie et les uniformes récupérés, Haytham put admirer un instant le calme de la nuit tombante ou en tout cas les bruits de la forêt puisque quelques oiseaux chantaient ici et là. Revenant directement à ses affaires, le Templier espérait ne pas avoir attiré encore un peu plus l'attention à cause du conflit qui venait d'avoir lieu. Si c'était le cas le temps leur était fortement compté avant qu'une horde de Mohawks en colère ne débarquent pour récupérer les quatre prisonniers. Dans tous les cas ce n'était qu'une question de temps avant que ceux-ci n'arrivent et Haytham préférait largement ne plus être présent lorsque cela arriverait. Prenant donc la parole pour presser les choses et l'interrogatoire, il allait ensuite laisser la main au jeune Templier dans le but de voir ce que celui-ci arriverait à tirer des prisonniers et ce qu'il ferait ensuite de ceux-ci.


- Le temps presse... Des guerriers Mohawks ne tarderont certainement pas à retrouver notre trace après un tel raffut. Je vous laisse procéder à l'interrogatoire et choisir le destin de nos quatre prisonniers.

Sur ces quelques mots le Maître Templier se plaça un peu en retrait dans le but d'observer attentivement le déroulement des choses tout en laissant la main à sa jeune recrue. Ce petit test serait déjà un parfait indicateur des compétences de Daniel et ce surtout pour le choix de libérer, tuer ou laisser sur place les quatre indigènes. Ensuite il serait grandement temps d'enfiler l'uniforme britannique et de prendre la direction du fort, en espérant qu'ils aient les informations nécessaire grâce aux Mohawks. Si tout se passait bien, la nuit qui commençait serait parfaite pour infiltrer le fort et assassiner le traitre. D'ici quelques heures la mission serait donc peut être finie, à moins qu'un énième contre temps vienne contre carrer les plans du Master.

_________________________________________________


Administrateur Co-Fondateur
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Stolenfield
-Double Je -
avatar
Messages : 599
Date de naissance : 22/03/1991
Date d'inscription : 26/01/2013
Age : 26

Feuille de personnage
PV:
5690/5690  (5690/5690)
Énergie:
5610/5610  (5610/5610)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Lun 4 Mar - 1:51

Haytham ne fit aucune remarque sur le fait qu'il manquait un des deux hommes, mais en contrepartie, les deux Templiers durent quitter la zone, par mesure de sécurité, afin d'éviter une quelconque embuscade de la part des renforts qu'allait probablement ramener le fuyard. Maintenant qu'elle y repensait, loin du feu de l'action, Daniel se rendait compte qu'elle aurait dû l'empoisonner avec une fléchette, c'était une erreur grossière... A quoi bon avoir un venin paralysant si elle ne les utilisait pas? Cependant, histoire d'éviter d'aggraver son cas, elle préféra ne rien dire sur l'arsenal de poisons en sa possession.
A ses yeux, elle s'en tirait pas trop mal, c'était l'essentiel.

Une heure plus tard, donc, ils s'arrêtèrent enfin pour attacher leurs prisonniers dans le but évident de les interroger, alors que le crépuscule prenait place dans le ciel, les laissant dans une pénombre rassurante. S'ils réussissaient à terminer l'interrogatoire assez vite, et si le camp n'était pas trop loin, peut-être pourraient-ils attaquer avant la nuit. Daniel avait hâte de quitter la forêt, à vrai dire. Cet environnement n'était pas le sien, elle s'y sentait à son désavantage, et donc en position de faiblesse, une chose qui ne faisait qu'accroître sa prudence naturelle, la laissant dans un état de qui-vive perpétuel, alors qu'elle se méfiait du moindre bruit, sursautant à chaque brindilles craquant malencontreusement.
Le seul point positif dans toute cette histoire, c'est que la nuit avait au moins le mérite d'avoir fait baisser la température ambiante, la laissant lourde, mais amplement plus supportable, alors que Daniel cessait de penser en boucle qu'elle avait trop chaud pour se concentrer un peu plus sur la tâche l'attendant, alors qu'elle examinait ses prisonniers.

Soudainement, l'un des indiens réussit à crier avant d'être bâillonné, tandis qu'Haytham lui sautait dessus pour le faire taire, sans pour autant avoir le temps de l'empêcher de donner l'alerte, comme allait le prouver l'arriver d'une troupe de tunique rouge quelques instants après. Pendant quelques instants, un silence de mort se posa sur le presque campement, alors que les deux Templiers écoutaient prudemment à la recherche du moindre signe prouvant qu'en effet quelqu'un les avait entendus... Et ce fut le cas.
C'était bien leur veine! Pourquoi les choses ne se passaient-elle jamais simplement? Daniel avait l'impression qu'aucune mission ne pouvait se passer normalement quand il s'agissait des siennes. Il y avait toujours complication sur complication... Mais au moins, cela avait le mérite d'avoir donné de fortes capacités d'adaptation et d'improvisation à la Templiere.

Des petits coups frappés en rythme, annonçant l'arrivée imminente d'un groupe Britannique, se faisaient entendre au loin. Jurant à voix basse, Daniel ne fit cependant aucune remarqua, allant se cacher comme lui intimait son supérieur. L'embuscade et la surprise accompagnant cette action était leur meilleure arme. Préparant ses dagues jumelles, la travestie se tapit à l'ombre d'un buisson en silence, prête à agir au signal.
Six soldats, sept hommes si on considérait le tambour les accompagnant. De tous, c'est lui qu'elle repéra le premier. Il avait approximativement sa taille, bien que probablement au moins cinq ans de moins qu'elle. Loin d'être vexée par le fait d'avoir l'allure d'un jeune pré-pubère, la Templiere fut contente de voir-là probablement sa seule occasion d'avoir un uniforme à sa taille. Au manoir Stolenfield, elle possédait des armoires entières d'uniforme et costume divers, tous fait à sa taille ''particulière'', cependant, elle n'avait pas eu le temps de commander l'uniforme Britannique, son départ pour l'Amérique ayant été totalement imprévu (par elle, en tout cas) et quelque peu précipité.

Examinant rapidement la situation, Daniel comprit qu'elle aurait à peu près trois hommes à tuer, peut-être même quatre. Elle n'avait donc pas le droit à l'erreur et devait agir vite, de façon parfaitement méthodique. Quand le signal fut donné, Daniel attendit un instant avant de sortir furtivement de sa cachette, tuant sa première victime d'un coup brutal à la jugulaire, ayant attaqué un instant après l'intervention d'Haytham, profitant alors de la diversion qu'il lui fournissait pour sauter sur son second adversaire, lui tranchant la gorge aussi abruptement qu'elle avait tué sa première victime, tandis que sa manche se teignait d'un rouge profond. Elle en avait tué deux, il ne lui restait plus qu'à s'occuper de...
Tournant la tête, Daniel remarqua le Tambour, tremblant, qui lâcha son instrument avant de s'enfuir en courant. Quel lâche! Sa réaction fit naître un sourire grognard sur le visage tacheté de sang de Daniel, jusqu'à ce qu'elle se souvienne qu'elle avait besoin de son uniforme... Pestant une énième fois, elle se mit à courir après lui avec un instant de retard, le rattrapant sans grand mal (il n'avait ni l'agilité, ni la connaissance des lieux des Mohawks). Dans le but de préserver son uniforme, Daniel lui fit un plaquage avant de lui administrer une dose de poison aussi rapide que violent, lui enlevant prestement son ensemble pour éviter qu'il le salisse d'urine ou de bave durant son supplice. Par la suite, Dan profita du fait d'être éloignée de son confrère Templier pour au moins enfiler le pantalon et les bottes, et ainsi pallier au risque de se compromettre.
Prenant le tricorne et la veste en main, elle retourna auprès d'Haytham qui lui-même récupérait l'ensemble d'un autre officier, sans le mettre cependant, alors qu'elle attachait ses cheveux avec le ruban récupéré sur sa victime.

Une fois la bataille terminée et le calme revenu, Haytham prit la parole pour presser la jeune femme de commencer l'interrogatoire, alors qu'elle ramassait le tambour laissé à l'abandon pour le poser à côté de la veste et du chapeau. Une fois fait, se raclant la gorge, elle approcha du seul indigène parlant l'anglais. Son regard avait changé, et probablement cela était dû au massacre qui venait d'avoir lieu sous ses yeux. Quoi de plus normal? Voir deux hommes abattent avec tant de facilités six êtres armés... Il y avait de quoi les prendre un peu plus aux sérieux. Daniel eut envie de ricaner, cependant, elle ne le fit pas. Elle n'était pas là pour le narguer.
Passant une main dans ses cheveux, elle prit un instant de réflexion, avant de relever le regard, l'air déterminée


- Je vais vous enlever vos baillons, mais au moindre cri, de la part d'un de vous, je jure de vous enlever toute chance d'avoir une descendance. Elle enleva le bâillon au premier amérindien. Dis-leur.

Lui lançant un regard noir, l'homme finit tout de même par s'exécuter, avant que Daniel ne les débâillonnes à leur tour. Après un léger silence, et sans vraiment de surprise, ils commencèrent rapidement à parler entre eux, à voix basses et de façon rapide, tandis que Daniel les laissait faire un instant, avant de finalement se racler la gorge.

- Ce que je demande est simple, un fort, tenus par des tuniques rouges, a dû être établie ici il y a moins d'un mois. Elle laissa un silence, le temps qu'il traduise. Je sais qu'au moins l'un d'entre vous l'a vue, et nous voulons juste les coordonnées exactes, après cela, nous vous laisserons partir, comme convenu.

- Qu'est-ce qui me dit que tu dis vrai, tu vas nous tuer comme tu as tué les tiens quand tu auras tes informations, fit-il en désignant les corps des soldats à leurs pieds.

- C'est vrai, rien ne prouve que je ne mens pas. Mais si nous avions voulu vous tuer, vous seriez probablement moins à l'heure qu'il est. Donnez-nous les informations que nous voulons et nous en resterons là, je n'ai qu'une parole, vous serez libre.

La discussion reprit de plus belle entre les quatre hommes, tandis que Daniel attendait, les bras croisés, légèrement anxieuse. Cela pris bien cinq minutes avant que de nouveau le silence ce fasse, et que le traducteur se tourne vers elle, le regard confiant et résolu. Peut-être un peu trop. Daniel devinait sans mal ce que cela voulait dire. Et elle le regrettait, les actions qui allaient en découler.

- Le camp est à une heure d'ici, à l'ouest, il vous suffit de remonter la rivière et vous le trouverez sans problème. Libère-nous maintenant.

Le silence dura un instant. Daniel jaugea le visage de l'homme examinant ses traits, ses mimiques, puis secoua la tête, dépitée: un visage droit, une posture presque arrogante, un regard trop plein d'assurance, le tout pour donner du poids à un mensonge. Daniel se serait probablement laissé prendre au piège, si elle n'était pas elle-même la pire menteuse qui soit. Soupirant, elle s'approcha des trois autres prisonnier, sortant alors sa pochette à poison, elle prit le temps d'en choisir un avec soin, reprenant la parole.

- C'est dommage, les choses auraient pu se passer simplement, dit-elle en passant d'un prisonnier à l'autre après leur avoir administré à l'aide de fines estafilades une dose de venin savamment calculée. Nous n'avons plus de temps à perdre avec des mensonges, et nous n'avons pas forcement la patience d'attendre que toi ou les tiennes concèdent à me donner les informations qu'il nous faut. J'aurais évidemment préféré régler cela de manière pacifiste... Elle le regarda dans les yeux, souviens toi que c'est de ta faute si on en arrive là, vous ne me laissez que de précieuses options...

- Qu'est-ce que tu leur as fait! Fit-il en tirant sur ses liens, remarquant que ses trois amis commençaient à être pris d'étranges spasmes de douleur, l'un frissonnant déjà. Alors qu'elle leur remettait leurs bâillons calmement.

- Poison. Répondit-elle simplement. D'ici deux heures, ils seront tous morts, et au risque de paraître prévisible, j'ai l'antidote sur moi. Elle détacha l'indien traducteur en coupant les cordes avec ses dagues, laissant les autres toujours prisonniers. Conduis-nous jusqu'au fort, et je te le donnerais. Trompes-nous, et ils sont condamnés.

- Tu n'es qu'une vipère...

Fit-il entre ses dents, ses poings serrés de rages, la surplombant de toute sa hauteur, tant et si bien que Daniel du se faire violence pour ne pas faire un pas en arrière, intimidée. Si elle reculait maintenant, elle perdrait le contrôle et il lui sauterait dessus pour récupérer l'antidote, qu'importe s'il mourrait pour ça. Cependant, la templiere ne fléchit pas, reine du bluff, la tête haute, le regard dur, elle attendit en silence. Il tiqua, puis capitula.

- Vous payerez pour cela, un jour ou l'autre...

Une fois l'homme à plus de dix pas d'elle, Daniel se rendit soudainement compte qu'elle avait cessé de respirer. Laissant échapper une profonde expiration, elle fut finalement plutôt satisfaite du résultat, même si elle était désolée d'en arriver à ce niveau. Cependant, Lawrence lui avait toujours appris que seul les résultats comptaient, pas les méthodes. Elle avait réussi, n'était-ce pas là l'essentiel? Ils allaient pouvoir trouver le traitre. Se tournant vers Haytham, Daniel haussa des épaules, légèrement inquiète quant à son appréciation, tout de même.

- Comme vous l'avez dit, le temps presse, j'agis en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Haytham Kenway
Maitre Templier - Admin
avatar
Messages : 1780
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9055/9055  (9055/9055)
Énergie:
8995/8995  (8995/8995)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Lun 4 Mar - 22:20

En retrait de quelques mètres, Haytham regarda donc attentivement l'interrogatoire mené par sa jeune recrue, tout en commençant à enfiler le costume de tunique rouge qu'il avait récupéré. Par ailleurs il remarqua bien vite que celui-ci, bien qu'un rien trop court au niveau des jambes, lui convenait plutôt bien et surtout que le sang laissé par le soldat tué dans ce même uniforme n'était pas trop voyant. C'était l'essentiel, surtout que de toute façon les vêtements militaires n'étaient que rarement non salis par du sang, ainsi ce ne serait certainement pas cela qui mettrait la puce à l'oreille aux futurs britanniques qu'ils croiseraient. C'est donc habillé en soldat de la Couronne que le Maître Templier suivit le reste de l'interrogatoire qui devenait de plus en plus intéressant. Au départ, les Iroquois avaient tenté de donner une fausse piste aux deux Templiers mais c'était là les sous-estimer grandement. Comme l'avait espéré Haytham, Daniel ne se fit pas non plus prendre au piège tendu par les quatre prisonniers. C'était plutôt un bon point pour lui, ou en tout cas une grosse erreur d'évitée. Tout de suite après, le jeune homme décida de passer à la méthode offensive via un poison mortel injecté dans les trois confrères du Mohawk sachant parler anglais. La méthode plaisait plutôt au Kenway même si cela pouvait paraître un peu barbare. De la sorte il y avait en effet peu de chance d'être à nouveau trahi par l'Iroquois et en plus ils gardaient le choix de vie ou de mort sur les trois autres prisonniers jusqu'au moment où ils auraient trouvé le fort. On ne pouvait à vrai dire faire beaucoup mieux pour garder sous son joug un prisonnier important. De plus avoir un spécialiste des poisons se révélait toujours d'une grande utilité. Sur les derniers mots du jeune Templier, cherchant visiblement l'approbation de Haytham, et surtout la réponse de celui-ci, les trois hommes se remirent en route avec comme destination le fort britannique.

- Et bien, allons-y. Ces Iroquois ne devraient plus nous poser de problème.

Se déplaçant prudemment à travers la forêt, le trio composé des deux Templiers en uniforme britannique et de leur prisonnier suivit une rivière en direction du Nord pendant deux bonnes heures avant de bifurquer vers un petit sentier rejoignant une nouvelle fois une grande forêt dominant le lit de cette même rivière. Durant tout ce temps ils ne croisèrent pas âme qui vive. Après tout en s'écartant ainsi des chemins habituels en pleine nuit il y avait plutôt peu de chance de tomber sur des troupes britanniques ou un marchand ambulant. C'est ainsi qu'ils finirent par rejoindre la destination voulue, ou en tout cas le lieu qui devait abriter le fort selon l'Iroquois. Haytham, voulant vérifier ses dires, prit alors de la hauteur en grimpant à un abris de chasseur au sommet des arbres. De là, le Templier sortit sa longue vue dans le but de scruter la forêt parcelle par parcelle avant d'apercevoir enfin une zone lumineuse ressemblant bel et bien à un fort. Malgré tout cela ne prouvait pas encore totalement que c'était bien ce qu'ils cherchaient. Pour ce faire il fallait encore un peu avancer. Continuant donc très prudemment sur ce même sentier pendant encore quelques minutes, les trois hommes commencèrent à s'approcher suffisamment pour distinguer les voix de deux gardes discutant visiblement à leur poste. Remontant alors une nouvelle fois au sommet d'un arbre, le Kenway réussit enfin à apercevoir ce qu'il voulait, à savoir l'intérieur du fort et l'entrée la plus proche. Cette dernière était gardée par les deux soldats discutant toujours pour le moment. Le fort, lui, accueillait à vue d'œil une troupe d'une dizaine de personnes au vu des tentes et baraquements présents. D'ailleurs deux autres gardes effectuaient une ronde dans cette même enceinte tandis que la deuxième entrée était défendue comme la première. Cela restait donc des plus abordable si on s'y prenait bien. En fonction de l'approche il était certainement possible d'éliminer quatre ou cinq soldats sans être repérés. Tuer la cible sans l'être serait par contre bien plus compliqué puisqu'ils ne savaient même pas où cette dernière logeait. Redescendant finalement au sol, le Maître Templier fit part de ses découvertes ainsi que de son plan d'action.

- Le fort semble être le bon. L'Iroquois ne nous a pas piégé. L'entrée la plus proche est gardée par deux gardes et deux autres effectuent une ronde à l'intérieur de celui-ci. J'estime à dix voir quinze soldats leurs effectifs. Cela reste largement abordable.

Marquant une pause, Haytham laissa un temps place au silence pour vérifier qu'ils n'avaient pas été détecté. Une fois assuré de cela et après une courte réflexion il reprit le cours de sa parole pour exposer son plan.

- Nous pourrons certainement distraire suffisamment les deux gardes à l'entrée grâce à nos uniformes pour les éliminer discrètement. Ensuite il faudra effectuer la même opération sur les deux autres à l'intérieur et espérer ne pas être entendu pendant ce temps là. Nous devons en effet éliminer tous les soldats avant de retrouver notre cible...

Sur ces quelques mots en plus, le Kenway commença à se diriger vers le fort avant de se stopper net pour ajouter un dernier détail.

- Concernant l'Iroquois son sort m'importe peu. Sa tribu sait déjà que nous les avons enlevés. Le laisser vivre ou mourir ne changera plus grand chose. Cependant il n'en reste pas moins un témoin dérangeant...

En ayant enfin fini avec la discussion et laissant là un choix compliqué à sa jeune recrue, Haytham reprit à nouveau le chemin vers leur objectif tout en laissant suffisamment de temps à Dan de se décider et de régler une fois pour toute cette histoire de Mohawk. Son choix d'ailleurs serait plutôt intéressant à voir. En temps normal le laisser vivre aurait été une erreur et aurait mis en péril la suite de la mission. Mais dans ce cas-ci ce n'était pas vraiment le cas. En définitive le laisser vivre ne pourrait pas être considérer comme une erreur mais cela montrerait surtout une certaine compassion envers cet homme. Tout en soit le Maître Templier l'aurait laissé vivre sans aucune hésitation plus jeune. Mais désormais la pitié n'était plus vraiment son habitude.

C'est une fois tout cela fini que le duo de Templiers se décida de passer enfin à l'assaut. Ils avaient une mission à remplir et celle-ci touchait à sa fin, même si le plus important restait à venir. Approchant donc du fort en question, les deux hommes simulèrent être des tuniques rouges venus en renfort auprès des deux gardes à l'entrée. Ceux-ci se montrèrent au début assez douteux au propos émis par les deux Templiers mais qui pouvait réellement douter d'une personne possédant tout ce qui prouvait son appartenance aux armées britanniques ? C'est ainsi qu'ils coopérèrent en fin de compte, marquant la leur plus grave et surtout dernière erreur de leur existence. Haytham qui s'approcha du garde le plus proche de lui lança en effet les hostilités avec le soldat en question en plantant sa lame secrète directement au niveau du cœur de ce dernier. De son côté Dan devait normalement suivre une procédure pareille pour venir à bout de son adversaire. Tout de suite après, le duo cacha les corps inertes des deux tuniques rouges morts pour poursuivre le déroulement du plan. Désormais à l'intérieur du fort, l'étau se resserrait donc autour de eux tout comme leur marche de manœuvre. Certainement que d'ici quelques minutes ils seraient détectés. Ainsi il fallait parvenir à profiter au maximum de ce temps de tranquillité pour éliminer le plus de soldat possible. Cette fois-ci c'était donc autour des deux gardes effectuant leur ronde d'avoir droit au numéro de la troupe de renfort. Contrairement aux deux soldats à l'entrée ceux-là ne remirent même pas en doute ces affirmations, croyant surement que leur présence dans le fort prouvait la véracité des dires. Quoi qu'il en était, le même destin funeste attendait ces deux hommes. Et c'est avec le même mode opératoire que Haytham tua le garde qu'il s'était auto-désigné, laissant au passage le second à Daniel. Malheureusement l'infiltration discrète et meurtrière des deux Templiers prit fin au même instant puisqu'un autre soldat non loin remarqua la scène et se dépêcha aussitôt de donner l'alerte. Cette fois-ci il n'y avait plus de doute possible. Le combat était inévitable. Seul le nombre d'adversaire était encore inconnu.

_________________________________________________


Administrateur Co-Fondateur
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Stolenfield
-Double Je -
avatar
Messages : 599
Date de naissance : 22/03/1991
Date d'inscription : 26/01/2013
Age : 26

Feuille de personnage
PV:
5690/5690  (5690/5690)
Énergie:
5610/5610  (5610/5610)
Expériences:
0/400  (0/400)

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Sam 9 Mar - 21:35

Après l'interrogatoire précipité de Daniel, leur guide forcé ne leur posa plus aucun problème, et c'est en silence que les trois hommes voyagèrent jusqu'au fort. Daniel, pour sa part, était tout à fait certaine d'aller dans la bonne direction, pour la simple et bonne raison que dans le cas contraire, l'iroquois aurait la mort de trois des siens sur la conscience, ce qui ne semblait pas dans sa nature... Ce que son prisonnier semblait ignorer, cependant, et qui préoccupait bien plus Daniel que leur chemin, c'est que le délais des deux heures devait maintenant arriver à son terme, et que ses camarades devaient certainement être en train de pousser leurs derniers soupirs.
Oui, Daniel n'avait pas prévu que le voyage prendrait autant de temps en choisissant son poison, et pour autant, elle trouvait inutile de se lamenter devant la conséquence de son acte. Ils allaient mourir, et alors? Tant de gens étaient passés sous sa lame, que la Templière ne trouvait plus l'utilité de pleurer ses victimes, aussi involontaires soient-elles. Elle refusait de plaindre les dit "innocents" qui mouraient par inadvertance. Auprès d'Edwina, on apprend vite que l'innocence n'est qu'un mensonge: même l'agneau se roule volontairement dans la boue.
Pourtant, il fut un temps où Daniel connaissait les noms de toutes les victimes qu'elle tuait pour le compte de Lawrence, tandis qu'elle croyait encore de la vie était quelque chose de précieux. Puis il y en avait eu trop, alors elle s'était mise à se souvenir seulement du nombre, puis uniquement des innocents, avant de tomber dans la désillusion et de cesser tout bonnement de compter. La vie est vaine et non unique et sacrée comme on aimerait le croire, c'est la première réalité que Daniel fut amenée à comprendre. L'acte de tuer fini forcement par briser les rêves, alors que l'on s'efforce de devenir assez fort pour affronter cette réalité qui nous percute de plein fouet, tandis que la pile de cadavres ne cesse d'augmenter sous nos pieds. Il n'y a rien de plus simple que d'enlever une vie, cela prend un instant, un tout petit instant, puis plus rien. C'est terminé.
Félicitation, vous êtes désormais un meurtrier.

Relevant la tête doucement, s'extirpant de ses sombres pensées, Daniel fut surprise en regardant le maître templier monter à un arbre pour avoir une meilleure vue d'ensemble. Ou avait-il appris à faire ça? Elle mourrait d'envie de lui demander de lui apprendre à faire de même, mais le moment était probablement mal choisi, valait-il mieux attendre d'être de retour à Boston pour en parler autour d'un verre... Ah, la civilisation manquait déjà terriblement à la jeune femme, qui commençait à saturer de tout ce vert, quand bien même ils n'étaient là que depuis deux jours. Elle voulait des maisons, des rues en pierre, et non des pins dont elle ne voyait pas le sommet! Les souris des villes font de très mauvaises campagnardes, ce n'est un secret pour personne...
Une seconde fois, Haytham renouvela l'exploit de monter à un arbre, une fois les trois voyageurs un peu plus avancés sur le chemin menant au fort. Il y resta à peine quelques minutes, avant de redescendre et d'apprendre à Daniel qu'ils étaient au bon endroit. Parfait! Victorieuse, Daniel ne put s'empêcher de sourire, contente de les avoir menés à bon port.
Quinze soldats? Abordable, peut-être, mais difficile s'ils n'en tuaient pas un maximum en furtif. Cependant, hochant de la tête, la jeune femme préféra garder ce commentaire pour elle, alors qu'elle faisait le point sur les différents atouts qu'ils possédaient face à la quantité. En premier, ils avaient l'effet de surprise, ensuite le déguisement et pour finir... Le simple fait d'être Templier et donc entraînés pour ce genre d'opération. Daniel dodelina de la tête. Oui, théoriquement, cela semblait largement faisable... le nombre était certes impressionnant, mais l'homme à ses cotés valait à lui tout seul une dizaine, voir une vingtaine de soldats... Exagérait-elle? Daniel n'en avait pas l'impression, mais il fallait avouer que sa vision des Templiers étaient parfois légèrement faussée, chose naturelle quand on grandissait avec deux tueurs professionnels pour modèle...

Le plan, en-soi, était simple. Daniel l'approuva. Éliminer discrètement, c'était son domaine de prédilection Tuer une quinzaine d'hommes en silencieux? Pas de problème, théoriquement, il n'y avait aucune raison que cela ce passe mal, non?... Non? Daniel se sentait pour sa part plutôt optimiste, quand bien même elle aurait aimé connaître un peu mieux le terrain avant d'entrer dans le fort, mais puisqu'elle était incapable de montrer à un arbre, elle n'avait pas d'autre choix que de rester dans l’ignorance, et surtout au sol...
Cependant, avec tout cela, Daniel en avait presque oublié la présence de l'iroquois, quelques dizaines de pas derrières eux, qui attendaient impatiemment que la jeune femme le libère en lui donnant l'antidote. A vrai dire, Daniel hésitait à le laisser partir, alors qu'elle savait ses amis déjà morts. Il allait probablement la haïr, et elle n'avait pas nécessairement envie d'avoir un ennemi motel à peine arrivée en Amérique. Haytham l'informa que son sort ne l'intéressait pas, mais qu'il n'en était pas moins un témoin gênant. Cela suffit amplement à orienter le choix de Daniel, qui se contenta d'un sec hochement de tête. Il n'avait pas besoin d'en dire plus.
Comme à chaque fois, elle allait le regretter, principalement parce que cette situation était de sa faute. Cependant, la voleuse avait décidé de rejoindre les Templiers en tout état de cause. L'Ordre passait avant ses sentiments personnels, car le contraire l'obligerait un jour ou l'autre à trahir ses idéaux. Et on ne trahissait pas impunément les Templiers, Daniel le savait mieux que personne...


- Bien, Sir.

Sur cette brève réponse, la jeune femme fit demi-tour, revenant sur ses pas. Son regard croisa celui de sa prochaine victime, inconsciente du danger. Daniel n'exprimait rien de plus qu'une neutralité posée, allant de pair avec son calme naturel. Son choix n'avait rien à voir avec une quelconque inhumanité ou soif de sang. Ce n’était rien de plus que du professionnalisme. Elle laisserait ses remords la dévorer plus tard, mais pas maintenant. Là, elle devait juste prendre une décision.

- J'ai rempli ma part du contrat, dit nerveusement l'indien, fort pressé de partir sauver ses frères, tiens la tienne. termina-t-il en tendant sa main ouverte vers elle.

- Bien sûr. Merci pour ton aide.

Fit-elle calmement en sortant l'antidote, le posant de sa main gauche dans le creux de sa paume. La suite prit à peine quelques secondes. S'accrochant à sa main, Daniel l'utilisa pour prendre de l'élan, s'approchant soudainement et rapidement de l'indien, tandis que sa lame secrète attachée à son poignet droit s'enclenchait, s’enfonçant ensuite énergiquement dans le cœur de sa victime. L'iroquois eut un bref hoquet presque surpris, tandis que ses yeux la fixaient, horrifiés et surpris, alors qu'une sorte de brume commençait à apparaître au fond de ses prunelles. Daniel ne le quitta pas des yeux, quand bien même il s'affaissa sur le sol, disparaissant dans les buissons ambiants.
Elle avait menti. Involontairement, peut-être, mais elle l'avait fait. Daniel n'avait sauvé personne. Elle n'avait aucunement réglé les choses pacifiquement. Elle n'avait pas non plus tenu parole, mais les voleurs n'en ont aucune, de toute façon. Pas d'honneur, pas de fierté. Juste une cause. Juste les Templiers.
Daniel le fixa encore un instant le corps sans vie à ses pieds, avec un intérêt qu'on aurait pu croire morbide, puis, sans un mot elle hocha de la tête, avançant enfin vers Haytham, le visage s’efforçant de rester neutre. Il lui restait une mission à finir.

Rangeant sa lame secrète, Daniel rejoignit Haytham, avant qu'ils ne se rendent tous les deux vers la porte principale, tuant les deux gardes d'entrée avec facilité et rapidité une fois l'accès au fort certain. Au même instant où le garde du Maître Templier mourrait, celui de Daniel laissait échapper un son muet de surprise, avant d'expirer sans se faire prier. Une fois les cadavres cachés, les deux infiltrés entrèrent enfin dans le repaire du traître. Le premier réflexe de Daniel fut de chercher les différents moyens de fuite possible. Et c'est donc sans surprise qu'elle se mit à détester les forts un instant après leur entrée. Les moyens de fuites étaient très limités. Cela ne lui plaisait guère, mais elle le cacha au mieux, ne laissant qu'un soupir agacé montrer son état d'esprit.
Cela risquait vite de dégénérer

Et comme pour prouver ses dires, un instant plus tard, alors qu'ils tuaient leur second duo de victimes, les deux templiers furent repérés, tandis que Daniel pestait, comme à son habitude, à voix basse, alors qu'un garde donnait l'alerte. Daniel leva les yeux au ciel, sortant ses dagues l'instant d'après.


- Évidemment, si c'est trop simple, ce n'est pas drôle...

Fit-elle ironiquement, un rictus aux lèvres.
La suite promettait.

Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Dim 10 Mar - 19:42


Lorsqu'un fort était attaqué, il semblait normal ne le défendre. Qu'importe l'année ou le lieu en fait, les hommes ayant pour tâcher de le défendre le défendrait. Certes, parfois cela revenait à simplement se suicider mais, que voulez-vous, il valait mieux mourir avec les honneurs que se couvrir de honte, n'est-ce pas? Hm, pas forcément. Enfin dans le cas précis les quelques soldats ayant réussi à ne pas se faire tuer en premiers n'étaient pas assez malin pour se dire qu'en face d'eux se trouvaient des adversaires trop puissants. Quoi qu'il en soit l'arme avait été enclenchée, des soldats criaient à l'ennemi, une petite troupe sortie pour défendre sa zone, son fort, aussi petit soit-il d'ailleurs. C'est ainsi que dix gardes sortirent au total, prêts à en découdre. Ils tombèrent rapidement sur leurs ennemis, deux personnes semblant assez sûrs d'eux, était-ce de l'arrogance ou le simple fruit d'une triste réalité annonçant une défaite? En tout cas pour ces deux-là, un petit combat allait commencer. Les gardes se mirent à les entourer en leur laisser une seule et unique voie où aller. Ayant leur fusil chargé, ils étaient menaçants et par réflexes ils partirent se cacher dans ce fameux coin libre ; c'était là leur erreur. À présent que ces deux ennemis étaient-là, les gardes semblaient avoir l'avantage. L'endroit était assez fermé mais pas à en être étroit, il ne laissait juste pas le vent entrer. C'était là qu'on exposait habituellement le barils de poudres, ceux-ci n'étant pas là puisqu'ils avaient épuisé le stock, ils pouvaient profiter de la zone. Neuf gardes avancèrent ensemble comme un seul corps pour faire face à l'envahisseur puis, le dixième restant en arrière, pris dans son manteau trois tubes étranges ressemblant un peu à de la dynamite à la différence près que ces bâtons étaient fait de bois.

- Qui êtes-vous !? Vous n'avez pas le droit d'être ici ! Lâches vos armes et mettez les mains en l'air où vous serez les ennemis du Roi d'Angleterre !

Ce garde était sans aucun doute un loyaliste se plaisant à croire que la couronne allait les intimider. Il semblait être le plus gradé d'ailleurs, il n'en restait pas moins un peu stupide et son rang le démontrait. Ses ennemis ne bougeant pas dans son sens, il lançait déjà l'assaut sans attendre que l'un d'eux ne parle... un peu impatient peut-être? De son côté il ne perdait pas non plus de temps et allumait un de ses fameux bâtons. Si on avait le plaisir de les observer de plus près, on pouvait distinguer environ cinq trous placés les uns à côté des autres, en une seule rangée partant du bas vers le haut. Une fois allumée, une petite mèche se consumait petit à petit mais rapidement vu sa taille malgré tout, jusqu'à atteindre le tube de bois. Aucune explosion. Au lieu de ça, de la fumée blanche commençait à se disperser par les trous car c'était bel et bien un fumigène que les anglais avaient eu le loisir d'acquérir lors d'un de leurs voyages en mer byzantine. La fumée se répandait maintenant et les soldats, habitués, mirent simplement un foulard sur leur bouche et leur nez. Ils n'allaient pas recevoir le petit effet néfaste pour la vue, etc., en somme on voyait qu'ils s'étaient un peu entraîné... Et de là, chacun attaquait les deux intrus, un vrai festival.

______________________________________________________________________________________
Citation :
Règle spéciale : Le dixième garde possède trois fumigènes dont un supplémentaire caché dans ses vêtements en cas de besoin. Chaque fumigène durent deux tours. Ceux-ci vous empêchent de discerner convenablement vos ennemis. De ce fait, les attaques de zone ne toucheront au maximum que 50% des gardes en arrondissant au garde inférieur (9 gardes : 4,5 gardes touchés réduit à 4 gardes touchés. Si vous éliminez trois cela donne 6 gardes et vous ne pouvez en touchez que trois, les effets vous atteignant de plus en plus). De plus, vos attaques perdent autant de PVs que les deux premiers chiffres de vôtre coup (si vôtre attaque enlève 450 PV et bien elle aura un malus de 45pv, l'effet n'étant pas actif contre les attaques inaltérables et elles seulement). Enfin, vous ne pouvez tuer ni toucher le dixième garde avant d'avoir tué les neufs premiers. Dès qu'ils seront morts vous pourrez entamer le combat contre le dernier garde mais si Haytham vient à tuer le dernier des neufs gardes, par exemple, il ne peut entamer celui contre le dixième et vis-versa. Finalement, si vous arrivez jusque-là, vous pourrez taper le traitre que vous cherchez et qui se planque bien gentiment encore.

* Les gardes retirent 100pv chacun soit 900pv / tour (le gradé ne prend pas part à la 1ère phrase vu qu'il s'occupe des fumigènes plus loin). Une esquive pourra esquiver 300pv (n'oubliez pas que vous n'en avez que trois).

* Le dixième garde inflige 750pv / tour à partir du moment où son combat commence (une fois les neuf premiers morts). Les fumigènes s'arrêteront d'ailleurs.

=> Vous n'avez pas vraiment besoin de moi, vous pouvez poster jusqu'à leur mort. Si besoin, j'interviendrai. Le vrai combat sera avec le PNJ que vous rechercher.


9 gardes : 1600pv

1 garde : 2450pv

_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Haytham Kenway
Maitre Templier - Admin
avatar
Messages : 1780
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9055/9055  (9055/9055)
Énergie:
8995/8995  (8995/8995)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Lun 11 Mar - 22:04

Désormais encerclés par dix soldats de la Couronne, dont un qui se positionna rapidement comme leur chef, les deux Templier n'eurent d'autre choix que d'effectuer un léger replis tactique afin d'être en meilleure position. Cependant ces même gardes souhaitaient tout autant ce replis qu'eux étant donné que l'endroit auquel ils avaient accès était à l'abri du vent. En effet, le commandant de toute cette petite troupe ayant visiblement plus d'intelligence que la moyenne au sein de l'armée avait un plan pour avantager ses subalternes. Allumant alors un des trois bâtons en bois à l'allure de dynamite après avoir averti ses ennemis, il déclencha un dégagement de fumé dans toute la zone. Des fumigènes... Voila l'idée ingénieuse qu'avait eu le brave soldat. Et qui plus est il en avait assez pour tenir jusqu'à la fin du combat. Les autres tuniques rouges, visiblement habitués et entraînés à la manœuvre, se couvrirent alors la bouche et le nez afin d'éviter au maximum l'effet néfaste de cette fameuse fumée. En définitive c'était une action plutôt étonnante pour un groupe armé de la Couronne. Comme quoi il n'y avait pas que des incapables dans les rangs britanniques... Malgré tout si ils pensaient pouvoir venir à bout de leurs deux adversaires c'était qu'ils n'avaient pas encore assez d'intelligence pour évaluer correctement le danger. Après tout on ne pouvait pas tout avoir, et c'était peut être un peu trop leur demander que de faire preuve de deux actes intelligents sur la même soirée. Au même instant, Haytham, percevant le danger du fumigène et l'attaque imminente des soldats, activa sa vision de l'aigle qui lui permettrait ainsi de compenser le manque de visibilité à cause de la fumée. D'ailleurs ses attaques n'en serait également que plus performante. Ce n'était que du gain en utilisant une telle faculté héritée de ses ancêtres. Ne perdant alors pas un instant pour attaquer en se lançant dans la mêlé, le Maître Templier commença à enchaîner les gardes en donnant à quatre d'entre eux de sérieux coups d'épées qui laisseraient certainement de lourds dégâts à ceux-ci, surtout si on ajoutait à cela la performance accrue grâce à la vision de l'aigle. On pouvait ainsi sans aucun doute dire que les quatre soldats en question passaient un mauvais moment, même si cela ne suffirait pas à les achever totalement.

Continuant alors sur sa lancée, le Kenway s'approcha le plus furtivement possible d'un autre garde, s'aidant du manque de visibilité, de l'agitation omniprésente et de son uniforme de soldat. S'étant ainsi approché sans être remarqué, il porta à ce dernier un coup d'épée au niveau de l'épaule droite le blessant de la sorte pas mal, cela lui permettant également par la même occasion de gagner un peu de temps pour attaquer une seconde fois. Cependant ce ne fut pas le même soldat qui serait son opposant cette fois-ci. En effet, un autre tunique rouge tenta au même moment de l'attaquer. Haytham constatant cela passa également à l'assaut en donnant un lourd coup d'épée que celui-ci para avec difficulté. Mais le but de cette attaque n'était pas de blesser l'adversaire. En effet, cette parade avait laissé une ouverture au Templier qui s'empressa d'en profiter, ou en tout cas de faire mine d'en profiter, dupant par cette occasion le soldat qui para un coup non-existant cela laissait cette fois-ci à Haytham une ouverte des plus exploitable. Donnant donc un véritable coup d'épée pour conclure ce combo, il blessa grièvement son ennemi le déstabilisant également au passage.

Malgré cette attaque supplémentaire, le Maître Templier n'en avait pas encore fini. Voulant en effet en finir vite avec tous ces gardes le plus vite possible, il décida d'attaquer un nouvel adversaire avec cette fois-ci non pas son épée mais son couteau. Profitant de la légèreté et de la maniabilité de cette dernière armes, il fonça vers le garde le plus près dans le but d'infliger des dégâts tout en perdant le moins de temps possible lors de cette attaque, ce qui lui permettrait d’enchaîner directement avec un autre tunique rouge. Effectuant donc cela avec grande efficacité, il para tout de suite après un coup tenté par un garde derrière lui. C'était là une grave erreur, surtout que ce dernier avait déjà été auparavant blessé par le Kenway. Décidant alors d'en finir avec celui-ci, le Templier lui donna un coup d'épée rapide et ensuite un coup de couteau dans l'abdomen, ne laissant aucune chance à son ennemi. Stoppant alors un peu son attaque, Haytham reprit un moment son souffle tout en se demandant comment s'en sortait sa jeune recrue.


« Côté combat ce sera déjà un sérieux test... Surtout si on ajoute à cela le commandant de ce petit groupe et notre fameux traître. Mais logiquement nous devrions faire largement le poids. »

Examinant donc avec attention la zone remplie de fumée, le Maître Templier tenta de retrouver Dan au milieu de tout cette agitation, s'occupant également en même temps de contrer comme il le pouvait les soldats profitant de cette courte pause pour l'attaquer, lui infligeant là quelques dégâts.




Spoiler:
 

Spoiler:
 

Haytham : 8455 PV / 5815 NRJ
(- 100 PV par garde/tours)
(+ 300 PV au dégâts) (- 100 PV aux attaques ennemies) (- 100 NRJ/tours) (1 action devient inesquivable/tours)

Dan : 4990 PV / 5610 NRJ
(- 100 PV par garde/tours)

Garde 1 : 199 PV
Garde 2 : 199 PV
Garde 3 : 199 PV
Garde 4 : 199 PV
Garde 5 : - 126 PV MORT
Garde 6 : 308 PV (ne pouvait attaquer à ce tour)
Garde 7 : 844 PV
Garde 8 : 1600 PV
Garde 9 : 1600 PV

Chef gardes : 2450 PV

_________________________________________________


Administrateur Co-Fondateur
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditore
PNJ - Modo
avatar
Messages : 95
Date d'inscription : 19/05/2011

MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks Ven 15 Mar - 19:39

Je vous ai laissé beaucoup de temps mais à présent la règle des 24h s'applique. Dans un combat les opposant ont 24h pour répondre sauf absence(s) postée(s) dans la partie adéquate. Voici un nouveau tour pour les gardes du fort et vous prenez à nouveau 900pv de dommage. La règle peut s'appliquer autant de fois que possible, ne l'oubliez pas. En attendant merci de prendre en compte les nouveaux statistiques, le post sera supprimé une fois le prochain fait : Dan' enlèvera bien des PV à tous, hein.

Haytham : 7555 PV / 5815 NRJ
(- 100 PV par garde/tours)
(+ 300 PV au dégâts) (- 100 PV aux attaques ennemies) (- 100 NRJ/tours) (1 action devient inesquivable/tours)

Dan : 4190 PV / 5610 NRJ
(- 100 PV par garde/tours)

_________________________________________________


Personnage Non Joueur - Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mission en terres Mohawks

Revenir en haut Aller en bas

Mission en terres Mohawks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin's History RP :: Rôle playing game :: La Frontière :: Mohawk Valley-