Video


Forum de role play sur l'univers Assassin's Creed
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
FORUM FERMÉ

Rendez-vous sur

Partagez|

Rues de Florence (Général)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Ven 23 Déc - 19:56

Après qu'il eut finit de lui adresser la parole, la jeune fille lui répondit en se présentant et en lui précisant qu'elle était à la recherche de "quelqu'un". Puis, elle lui montra également le symbole des assassins sur l'un de ses couteaux. Ainsi, le fossoyeur ne s'était pas trompé, en même temps il en avait vu des gens se battre aussi habillement, mais il fût lui-même l'un des rares assassins a avoir été aussi habile avec des couteaux. Le fossoyeur hocha la tête. Sans doute recherchait-elle le maestro Ezio Auditore, cela semblait logique, à moins qu'elle ne cherchait quelqu'un de plus proche, quelqu'un de sa famille par exemple ? Mais elle venait de dire qu'elle habitait seule à Rome, il est étrange de laisser une jeune fille sauf si celle-ci n'a plus de famille. Après une petite réflexion, le fossoyeur lui répondit de son air glacial, et ce malgré qu'elle faisait également partit de l'Ordre des Assassins. Après tout, elle n'avait pas l'air de savoir que le fossoyeur était un ami proche du maestro et qu'il faisait partit de l'élite des assassins

- Si vous cherchez Ezio Auditore, vous le trouverez au palais de la ville...C'est ma destination...Sur ce, faites attention à vous....

Le fossoyeur commençait à marcher en direction du palais du maitre, il devait lui informer qu'il était de retour du Conseil de l'Apocalypse et donc logiquement disponible pour d'autres missions...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Ven 23 Déc - 23:14

Sarah regarda TodRitter qui ne disait rien. Elle pensait qu'il savait qui elle cherchait. Peux être il pourrait l'aider a devenir un vrai assassin ? Sarah ne savait pas ce qu'elle devait faire entre le suivre et chercher seul .. Mais il fallait qu'elle sois aider ! Car elle ne connaissait pas Florence, ni les lieux ni ses habitants. Puis l'assassin reprit.

- SI vous cherchez Ezio Auditore, vous le trouverez au palais de la ville ... C'est ma destination... Sur ce, faites attention à vous.

L'homme parti dans une rue mais Sarah ne se laissa pas distancer. Elle ignorai s'il s'agissait de l'homme qu'elle voulait voir mais aller le rencontrer ne lui ferai pas de mal. Sur le chemin menant au palais, elle ne parla pas beaucoup. Sur ce elle demanda.

- Je cherche un homme qui arrive a construire des armes et on m'a même dit qu'il était peintre.

Bon ce n'était pas une de ses oeuvre que la jeune fille voulait mais ce qu'elle souhaitait c'était avant tout une arbalette. Elle ne savait pas vraiment les maitrisser mais elle apprendrait .. Puis elle continua ses questions.

- Qui est Ezio Auditore ?

C'est vrai ! Pourquoi l'assassin avait t-il besoin d'aller voir cet homme ? Elle ne le savait pas mais espérait bientôt le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Sam 24 Déc - 10:23

Le fossoyeur qui s'était mis en route vers le palais fût rejoint par Sarah Flyn. Elle lui donna un peu plus de précision quant à ce "quelqu'un", selon elle, il construisait des armes et était peintres. Le fossoyeur comprit aussitôt de qui il s'agissait.

- Vous devez parler de Léonardo Da Vinci...Il est très ingénieux et d'ailleurs, il devait créer quelque chose pour moi...C'est probablement fait à présent...

Le fossoyeur se souvenait que le maestro lui avait demandé de créer quelque chose capable de protéger les yeux de TodRitter. Le soleil lui était très gênant et c'est avec grande curiosité que le fossoyeur attendait de voir cette invention de Léonardo Da Vinci. Sarah Flyn questionna TodRitter sur Ezio Auditore, c'était étrange qu'elle ne savait pas qui il était et il y avait tant de choses à dire sur le maestro. Le fossoyeur décida de rester dans la simplicité, d'autant qu'il n'était pas très prudent de donner des détails dans les ruelles, qui sait si quelqu'un les espionnait ?

- Cette ville, Florence, lui appartient au moment où nous parlons...Il travail avec acharnement pour notre bien à tous et est très respecté...Il est également notre chef.

Le fossoyeur sous-entendait, "chef des assassins", mais la discrétion à cette heure-ci était plus ou moins importante quoi que nous étions tout de même à Florence. Il continuait à marcher tout en repensant aux nombreux combats que le maestro et le fossoyeur eurent ensemble, que de nostalgie. Leur amitié avait créer une confiance inaltérable entre les deux hommes et ça ils le savaient tous les deux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Sam 24 Déc - 11:12

- Vous devez parlez de Léonardo Da Vinci... Il est très ingénieux et d'ailleurs, il devait créer quelque chose pour moi.. C'est probablement fait à présent...

Ansi était son nom : Léonardo Da Vinci... Sarah devait aller le voir au plus vite pour pouvoir rapartir dans sa ville. Quesque l'homme avait demander au grand travailleur ? Une arme surpuissante surement ou alors quelque chose d'autre... Après la rencontre de Ezio, Sarah demanderai A Tod de l'accompagner jusqu'a l'atelier de Léonardo enfin si il acceptait.

-Cette ville, Florence, lui appartient au moment ou nous parlons... Il travail avec achernement pour notre bien a tous et est très respecté.. Il est également notre chef.

Chef des Assassins ? Sarah imaginait déjà l'homme armé de tout les coté, se battant comme un roi. Il devait être très doué. Mais sarah attendait d'arriver au palais pour poser plus de questions plus tard a Todritter. En arrivant devant le grand palais, sarah admira le batiment avant de demander.

- C'est ici qu'il se trouve ?

Sarah se demandait si elle ne devait pas vivre a Florence... C'est vrai, a Rome elle n'était pas respecter et ici il y avait d'autre assassins.. mais elle n'avait encore rien dit sur sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Lun 26 Déc - 18:51

La jeune fille quitta le bureau, Léonardo derrière elle. Certes, Ezio avait disparu. Mais elle n'était pas plus inquiète que cela. Elle pressentait qu'il ne lui était rien arrivé de grave. Au pire, il était simplement allé prendre du bon temps avec une courtisane du coin, ou juste allé s'isoler comme il lui prenait parfois de le faire. Elle se tourna vers l'inventeur, tout en marchant.

-Je ne pense pas qu'il soit en danger ou quoi que ce soit. Il a dû ressentir le besoin d'être un peu seul, ou alors, il avait quelque chose à faire à l'extérieur, ce qui est peu probable... Ou encore il est juste en train de faire le tour de Florence pour s'assurer que tout va bien. Je propose de chercher dans les rues du Sud, comme je l'ai dit à Sarah et au fossoyeur au bureau.

Tiens, d'ailleurs, en repensant à Sarah... Cette fille devait avoir l'âge de Mélanie lorsqu'elle était rentrée officiellement dans l'ordre, c'est-à-dire, une quatorzaine d'années. Ou bien elle ne faisait simplement pas son âge. Elle n'avait jamais entendu parler d'elle ni ne l'avait vue auparavant. Si elle la revoyait, ce qui était fort probable, cela serait une occasion de faire une connaissance de plus. Quand à TodRitter, il l'intriguait au plus haut point. Cet homme dégageait quelque chose de... Elle n'aurait pas dit inhumain, mais... La froideur de l'énergie que l'on pouvait ressentir en sa proximité était-elle due uniquement à son travail de fossoyeur? Ou bien était-ce sa personnalité qui engendrait une telle attitude? Et son ton froid montrait qu'il était quelqu'un qui ne devait pas énormément apprécier d'être perpétuellement avec du monde.

Stoppant ses pensées, l'Auditore se concentra sur ses recherches. Si Ezio était ici, alors elle le trouverait. Elle commença à regarder chaque coin de rue, toujours suivie par Léonardo, regardant le moindre détail qui pourrait témoigner du passage du Maestro à l'aide de la vision d'Aigle. Puis elle alla demander à plusieurs personnes si elles avaient vu le maître de la ville dernièrement, toutes répondirent négativement. Les recherches continuèrent. Pendant cinq bonnes minutes elle réussit à tenir en vision d'Aigle, mais elle n'en fut plus capable après ce temps, et fut obligée d'arrêter car elle puisait trop loin dans ses réserves d'énergie. Après tout, elle venait tout juste de l'apprendre... Au bout d'un moment, elle crut apercevoir une silhouette au loin, vêtue de l'habit des Assassins. Elle interpella l'inventeur, tout en lui indiquant ce qu'elle avait vu à bout de bras.


-Regarde, là-bas, peut-être que c'est lui...

Spoiler:
 

Citation :
Mission en cours:
3- Rues : Une petite balade dans ma ville j'ai le droit?!
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Lun 26 Déc - 21:07

Léonardo quitta le bureau en compagnie de son amie, il était tout bonnement ravis de la revoir, même si les circonstances étaient pour le moins un peu brusques : Un Ezio disparus, une secrétaire paniqué, deux nouveaux arrivants, ... Bref, les ennuis commençait déjà, mais bon, d'un côté, l'inventeur était ravi d'avoir un peu d'action à vivre, étant donné qu'il était resté des mois à Venise à s’ennuyer totalement, pour ainsi dire. Mélanie, qui était parvenus à garder son calme, restait rationnelle dans ses propos, elle ne s'inquiétait pas pour son cousin, ou très peu, et elle avait bien raison, qu'est ce qui pouvait bien arriver à l'illustre Ezio Auditore dans sa propre ville ? L'inventeur prit une grande inspiration, et se calma.

- Oui tu as raison, de toute façon, Ezio reste Ezio, qu'est ce qui pourrait lui arriver ? Je ne l'ai jamais vu faillir une seule mission, ça ne commencera pas aujourd'hui ! Je te suis, inspectons le sud !

Il partirent donc à travers les rues, l'inventeur lui inspectait chaque recoin, imaginant ce que pouvait bien faire Ezio à cette heure-ci. Mélanie pouvait avoir parfaitement raison, et il serait partit faire un petit tour de reconnaissance en ville, c'est à dire vérifier que ses gardes sont bel et bien au travail, et qu'ils sont efficaces, ou bien alors faisait-il le tour des commerce ? Aidait-il un citoyen en difficulté ? Ça lui ressemblait beaucoup d'agir pour le bien des autres, il se pouvait qu'il soit retenus par une bagatelle, et que tous soient partit à sa recherche pour rien... Quoi qu'il en était, l’inventeur était bien déterminé à retourner chaque pierre, fouiller chaque dessous de banc, chaque botte de foin et chaque bâtiment de la ville de Florence. Disons, ... qu'il es quelque peu têtu.

Dés qu'il voyait un élément suspect, comme par exemple une botte de paille qui pouvait servir de cachette, Léo' enclenchait un instant ma vision qu'il avait aquit le jours avant, et s'il arrivait bien à l'utiliser désormais, il ne trouvait rien. Soudain, Mélanie lui indiqua un homme un peu plus loin, et en effet il pouvait très bien s'agir d'Ezio, l'homme était grand et bien bâtit, comme le Maestro, il portait une capuche baissée, et il marchait vite, avec une allure fier qui incitait au respect, bref, il se pouvait bel et bien que ça soit lui.

Il examina l'homme de dos, il devait bien faire un peu plus de la quarantaine, tout comme Ezio... Alors qu'il le fixait, un éclair de nostalgie le retint, il se rappelait l'Ezio qu'il avait croisé la première fois avec sa mère, ce jeune homme bien coiffé, habillé d'une chemise et d'un veston bleu nuit, qui l'avait aidé à porter ses peintures jusqu'à la villa Auditore... On aurait dit qu'une éternité c'était écoulée depuis, et tellement de choses étaient arrivée depuis, tellement de bataille victorieuse, de combat gagné, d'assassinat mit à bien, d'objet créer. Avec euphorie, il se souvint également du premier essaie de vol de sa machine, pour peu, l'engin aurait put servir à sauvé le Doge de Venise, seulement l'Assassin était arrivé trop tard...

L'inventeur secoua la tête, sortant de ses songes une fois encore, sa tendance à se plonger en lui-même l'avait encore rattraper, il accouru auprès de l'homme indiqué par Mélanie, et lui tapota sur l'épaule, curieux de savoir s'il s'agissait bien de l'Auditore ou non


- Excusez-moi messere, vous êtes...

Revenir en haut Aller en bas
Connor Kenway
Maitre Assassin - Admin
avatar
Messages : 2256
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9240/9240  (9240/9240)
Énergie:
8810/8810  (8810/8810)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Lun 26 Déc - 21:08

Raté !! Suivante !

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mar 27 Déc - 18:31

Raté, ce n'était pas le bon. Léonardo avait abordé l'homme, qui, de loin, avait bien la stature de celui qu'ils recherchaient, mais ce n'était pas lui, juste un homme comme un autre. Ils avaient brièvement échangé quelque paroles, puis étaient repartis. Les deux amis avaient fouillés tous le périmètre, toujours aucune trace du Maestro. Se pourrait-il qu'il soit vraiment sorti de la ville? Si tel était le cas, la raison devait être soit très personnelle soit très urgente.

Mélanie avait utilisé sa vision cinq minutes sans la stopper tout à l'heure, et elle ne comptait pas trop la réutiliser pour ne pas puiser trop loin dans ses réserves d'énergie. Elle ne la maîtrisait pas parfaitement et devait agir en connaissance de cause. Mais ou Ezio pouvait-il bien être passé? TodRitter et Sarah ou la secrétaire l'avaient-ils déjà trouvé? Ou restait-il invisible pour tout le monde? Volontairement ou involontairement? Soudain, quelque chose lui fit tilt. Et si...? Oui, il s'y était peut-être rendu. Chose peu probable, mais pas impossible. Le lieu ou sa famille avait été condamnée une trentaine d'années auparavant. Cette famille que la jeune fille n'avait pas connue et qu'elle savait dans l'autre monde depuis bien avant sa naissance. Bien des Auditore eux aussi, pourtant. Quel était le motif, déjà? Ah oui. Trahison. Encore une invention.
Elle s'était laissée entendre dire que le mentor y retournait parfois auparavant. Peut-être avait-il décidé de revoir cet endroit, le dernier ou son père et ses frères étaient en vie? Elle s'arrêta un instant de marcher, fixant un point devant elle.


-Léonardo, je crois savoir. Mais je ne garantie pas. Peut-être la place publique...

Léo' savait, il comprendrait. Elle fit demi-tour et s'engagea dans une rue qui menait à cet endroit. En espérant le trouver. Si il n'y était pas, elle pensait qu'ils pourraient retourner au palais histoire de voir si la secrétaire savait quelque chose ou avait une idée d'un endroit ou ni eux ni l'autre groupe n'étaient allés.

Citation :
Mission en cours:
4- Place (rues) : Nostalgie m'a kidnappé et emmené là où ma famille est morte.
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mar 27 Déc - 21:08

Malheureusement, l'homme abordé par l'inventeur n'étais pas du tout le mentor... si de loin, il avait put lui ressembler, de près, ça n'étais pas le cas. Léonardo s'excusa brièvement auprès du citoyen, puis s'en retourna vers son amie, haussant les épaules de désespoir. Tout deux repartir vers les rues, l'inventeur se plongeait à nouveau attention à ne pas plonger à nouveau dans sa propre nostalgie, ça n'était pas du tout le moment de se laisser aller. Il envisagea à nouveau les possibilité tout en marchant. Ezio n'aurait tout de même pas quitté Florence ? Ou alors, s'il avait bel et bien eu une mission urgente, il aurait laisser quelque chose, un mot, une note,... Ne serais-ce qu'à sa jeune secrétaire... Ses réflexions l'emmenèrent à nouveau loin dans le passé...

Il en sortit au moment où Mélanie se mit à l'arrêt, il se posta à côté d'elle, et elle aussi avait l'air perdue dans ses pensées, son regards était vide, mais ses paroles, elles, l'étaient beaucoup mieux, elle songeait à la place, la place devant la Seigneurie, l'endroit même où étaient exécuté les condamner... L'endroit même à Giovanni, Frederico et Petruccio avaient été cruellement assassiné par un traite qui de disait ami de la famille... Sous le commandement du désormais défunt Rodrigo Borgia, L'Espagnol...

Si ces souvenirs n'avaient jamais été agréable pour Ezio Auditore, le seul fils de la famille à survivre, il ne l'était pas plus pour Léonardo da Vinci, l'inventeur revoyait Maria Auditore, cette pauvre dame pleine de sagesse et de bon sens, prisonnière du chagrin, et de son propre mutisme, il la revoyait, cloitrer dans une chambre de la Villa Auditore de Monteriggioni, à prié en caressant de ses doigts fin les plumes qui lui rappelait Petruccio, il revoyait également les larme de Claudia, qui était bien trop jeune pour vivre pareil horreur... N'est ce pas d'ailleurs ces événements qui avaient changé la vie d'Ezio, de Léonardo, et de la confrérie à tout jamais ?


- Je,... Je pense qu'il peut très bien y être, allons-y ! La Seigneurie n'est pas très loin !


L'inventeur courait presque, tenant fermement le poignet de la jeune femme derrière lui, il était pressé, son inquiétude pour son ami avait augmenté avec les recherches, il espérait que si Mélanie et lui ne le trouvait pas, au moins TodRitter et la jeune Sarah Flyn le retrouverait... A moins qu'il soit en vérité simplement dans une des nombreuses salles du palais, et qu'ils soient tous partit en ville pour rien... De toute façon, après la place, il n'auraient tout deux plus qu'à rentrer.

Une fois sur place, Léonardo porta son regard vers le centre de la place, là où était dressé la potence qui servaient aux exécution... L'artiste avait toujours eut horreur de ce genre de pratique, raison pour laquelle il n'avait pas osé assisté à la mort de la moitié des Auditore. D'ailleurs, c'est sur le bord de la potence qu'était assis un homme qui, de nouveau, pouvait très bien être l'Auditore, même taille, même stature, cependant il tournait le dos à l'inventeur et son amie, était-ce vraiment lui .



Revenir en haut Aller en bas
Connor Kenway
Maitre Assassin - Admin
avatar
Messages : 2256
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9240/9240  (9240/9240)
Énergie:
8810/8810  (8810/8810)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mar 27 Déc - 21:10

C'est gagné les amis.

Je suis en présence de Rosalia Alberico, nous parlons d'un air sérieux.
La conversation à l'air plutôt importante et ne porte pas à rire.


Je vous laisse faire un post pour venir me voir Wink

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mar 27 Déc - 21:36

Mélanie fit un ultime effort et activa sa vision d'Aigle. Cet homme apparut en bleu, c'était donc à coup sûr un allié. Mais pas sûr que ce soit Ezio... Elle désactiva la vision et se rapprocha un peu, avant de la réactiver: pas de doutes cette fois-ci, c'était bien lui, et il semblait discuter avec une autre personne. Quelque chose de plus... puissant que chez les autres se dégageait d'Ezio, même à cette distance ou sous un autre mode pour voir les choses. Un léger soulagement la parcourut quand elle comprit que c'était également un allié, puisqu'il apparaissait en bleu sur la vision.

-Léo, c'est bien lui! Et il y a quelqu'un d'autre...

Elle se retourna vers lui et lui fit signe de la suivre, s'approchant d'Ezio et de cette autre personne. A une dizaine de mètre d'eux, la jeune Auditore la reconnut sans mal: Rosalia! Elle n'était pas censée être à Rome? Peu importais, au final. Leur discutions semblait des plus sérieuses. Elle continua d’avancer, et une fois arrivée au niveau d'Ezio, l'interpella en prenant garde à ne pas le couper:

-Maestro? Tout le monde vous cherche...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mar 27 Déc - 21:48

Mélanie l'affirmait, l'homme assis sur la potence était bel et bien Ezio Auditore, grand maître des Assassins, et cette nouvelles fut confirmées lorsqu'ils s'approchèrent de lui. Léonardo put enfin souffler, sous sa capuche, il reconnus les traits de son vieil ami, cependant celui-ci avait un air grave, il vit que juste à ses côtés, une deuxième personne était assise, il dut s'y reprendre à deux fois pour la reconnaitre, pour quelle raison ? Parce qu'il n'en croyait tout d'abord pas ses yeux... C'était Rosalia, Rosalia Alberico, la jeune femme qui l'avait aidé, lui et Mélanie, dans leur mission à Venise, celle même qui avait annoncé sont départ dans le début de la journée, que faisait-elle encore ici, à Florence, alors qu'elle devait partir pour Rome ce matin même.

- Ezio ? Tu ne peux pas savoir comme j'étais inquiet ! Nous ne savions pas où tu pouvais être passé...

L'inventeur jaugea ensuite le visage de son ami et de la Alberico, tout deux avaient l'air très pensif, extrêmement sérieux, ils affichaient tout deux un air grave qui donnait presque des frissons à Léonardo. C'était il passé quelque chose ? A leur expression, on aurait dit qu'une nouvelle grave venait d'être annoncée, ou bien était-ce encore autre chose ? Il se tourna à nouveau vers Ezio.

- Quelque chose est arrivé ? Vous avez l'air... inquiet...
Revenir en haut Aller en bas
Connor Kenway
Maitre Assassin - Admin
avatar
Messages : 2256
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9240/9240  (9240/9240)
Énergie:
8810/8810  (8810/8810)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mar 27 Déc - 22:39

Le Maitre de la ville avait dans la matinée déjeuné avec le Fossoyeur. Une fois celui-ci partit, il eut l'envie de partir revoir ce lieu où sa vie avait basculée pour la première fois. En effet, non loin de lui se trouvait la place où avait été assassiné la moitié de sa famille il y a de cela des années. Combien de temps cela faisait? Depuis combien de temps chassait-il les Borgia pour se venger? Tant d'année, la moitié d'une vie. Ainsi le Maestro s'était en allé pour rejoindre cette place, arrivé il vit des hommes et femmes au grand sourire. S'asseyant sur un banc, il observa les gens face à la potence qui se dressa là. Tant que Cesare Borgia serait en vie, il s'était juré de ne pas la retirer. Il ne restait qu'un bourreau dans ce massacre gratuit, et bientôt il périrait ! Oui, bientôt, du moins il l'espérait ...

Dans ses pensées il se leva après quelques minutes, ou peut-être des heures, il se dirigea vers l'estrade de bois et s'y assit, revoyant la scène, grinçant des dents. Son frère ainé, son cadet, son père ... Comment ... Et sa mère qui avait préférée le mutisme à la parole triste d'une veuve. Mais alors qu'il était en pleine réflexion, Rosalia vint à lui, surprenant par la même occasion le Auditore qui lui sourit brièvement. Elle s'assit alors à côté de lui et laissa un petit silence s'installer.


- Rosalia, que fais-tu ici ma chère? Ne devais-tu pas te rendre à Rome?

- Si Maestro, seulement j'ai reçu une lettre juste avant mon départ ...

- Oh, et que disait-elle?

- Une funeste nouvelle je le crains. Suite à quelques incidents à Rome, le bras droit du Maitre de la Ville a décidé de renvoyé Assassins et Templiers, nous devons tous déménager. Il ne veut plus de nous de façon permanente, seulement et uniquement en cas de voyage ...

- Je vois.

D'un air grave, il repartit rapidement dans ses pensées profondes. Rome était une ville clé pour lui en quelque sorte, c'était en ces murs qu'il avait apprit l'existence de l'Ordre, en avait prit la tête. Tant de choses s'étaient passées en ces lieux, et à présent il en était expulsé. Qui était ce Maitre de la Ville? ...

- Nous n'avons guère le choix je le crains. Je ne sais qui est l'homme qui dirige la nouvelle Rome mais sa puissance semble être infinie. La ville lui appartenait avant même que les quatre Ordres ne s'en rendent compte. On dit qu'il s'agirait du grand et noble Altaïr mais c'est impossible, même s'il avait eut la pomme d'Eden il n'aurait pu vivre si longtemps ...

Stoppé dans leur conversation, sa cousine et son ami les interrompirent. Ils semblaient fort inquiet de la "disparition" du vieil homme. Il était vrai qu'il avait oublié de prévenir sa secrétaire. Oh, et puis tant pi, il était libre de ses gestes après tout ! Elle n'avait qu'à arriver à l'heure.

- Mélanie, Léonardo c'est vous qui avez l'air inquiets, préoccupés mêmes.

Il leur sourit et se leva en les prenant tout deux dans les bras, par les épaules, faisant signe à Rosalia de les suivre ce qu'elle fit d'ailleurs.

- Une affaire de nostalgie vous a donc obligé à me chercher ainsi? Ne me dites pas que d'autres Assassins ont fait de même?

Attendant leurs réponses, il évita de parler de Rome. S'il devait le faire, autant en toucher un mot devant plus de deux personnes après tout.

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mer 28 Déc - 10:59

Elle baissa les yeux quand il leur demanda si d'autres assassins étaient partis à sa recherche. Finalement, il était vrai qu'ils n'avaient pas à s'inquiéter. Après tout, Florence était une ville si paisible ces temps-ci...

-Et bien, pour tout vous dire, le fossoyeur et une autre recrue sont partis à votre recherche sur demande de votre secrétaire, elle avait l'air très, très inquiète.

Effectivement, elle se rappela la mine désorientée de celle-ci lorsqu'elle était entrée dans la pièce. Mais au final, Ezio n'avait-il pas le droit d'aller ou bon lui semblait quand il le désirait? Il n'avait pas forcément à dire tout ce qu'il faisait.

-Je ne m'inquiétais pas vraiment, c'est juste... Et si... Enfin, vous auriez pu avoir des ennuis, et... Non, rien.


Elle se rendit compte trop tard de l'incohérence de ces propos. Puisqu'il était simplement ici, et avec Rosalia de surcroît, il n'aurait strictement rien pu lui arriver. Et c'était un assassin confirmé depuis longtemps, il était bien assez fort pour se débrouiller seul.
Mais pourquoi l'Alberico n'était-elle pas à Rome? Elle ne posa pas la question, pensant que la réponse viendrait d'elle-même tôt ou tard. Elle adressa un signe de tête et un sourire à la jeune femme, et se dégagea doucement de l'étreinte d'Ezio.


-C'était surtout votre secrétaire qui semblait préoccupée. Elle nous a presque sauté dessus quand nous sommes entrés dans le bureau...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mer 28 Déc - 14:35

Ezio n'avait pas tout n'avait pas tout à fait tort, Léo' s'était pas mal inquiété pour son ami, sans doute alarmé par la secrétaire qui avait de suite paniqué. Comme quoi, les vagues de paniques étaient vraiment transmissible, surtout pour un être sensible comme l'inventeur. Il détaillait les traits de son ami, il n'avait pas l'air d'aller spécialement mal, seulement nostalgique vu l'endroit... Seulement, il voyait tout de même que quelque chose le tracassait... Il verrait bien plus tard, après tout, si Rosalia était là, c'était que quelque chose arrivait.

- Tu n'as pas tout à fait tort, en fait, je m'inquiétais pas mal pour ta personne ! Oui, toi !

L'inventeur lâcha un beau sourire, et fit salua l'Alberico d'un signe de main, ça lui faisait plaisir de déjà recroiser sa route, même si cela n'étais que temporaire. Il se sentait mieux, et bientôt, les choses seraient rentré dans l'ordre, TodRitter et Sarah eux aussi seraient soulagé, et la secrétaire d'Ezio arrêterait peut-être de s'inquiéter comme une vraie folle.

- Figure-toi que je venais de remettre la commande que tu m'avais passé pour l'assassin dont tu m'as parlé, j'ai d'abord été surpris de ne pas te trouvé,... Et quand ta secrétaire est arrivé en me sautant littéralement dessus, j'avoue, j'ai paniqué quelque peu !

Le regard de l'inventeur trainé sur l'affreuse potence, il se demandait comment une telle horreur pouvait encore se trouver au beau milieu d'une place, le bois était à moitié moisi, couvert d'une tapisserie rouge et salie par la crasse, les planches du bois de l'estrade, elles, étaient rougie par le sang des condamnés à mort... Quel spectacle répugnant, l'inventeur se félicitait de n'avoir jamais encouragé ni assisté à ces exécution injuste, mourir devant le regard d'une foule hurlante, c'était injuste,... Pourtant les choses étaient loin de changer.
Revenir en haut Aller en bas
Connor Kenway
Maitre Assassin - Admin
avatar
Messages : 2256
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
PV:
9240/9240  (9240/9240)
Énergie:
8810/8810  (8810/8810)
Expériences:
0/800  (0/800)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mer 28 Déc - 14:49

Le Auditore accompagné de deux nouveaux compagnons de marche traversait à présent la ville en direction du Palais d'où ils pourraient tous parler rapidement. Mélanie lui indiqua que deux autres Assassins le recherchaient activement, donc son vieil ami TodRitter. Léonardo lui parla alors de l'invention qu'il devait effectuer pour le Fossoyeur sans savoir à première vu qu'il l'avait déjà croisé. D'un sourire il fit signe à la Alberico d'approcher un peu vers lui, ce qu'elle fit.

- Préviens TodRitter et la recruta que nous sommes au Palais.

- Bien Maestro.

Rapidement elle courut en direction d'un toit qu'elle monta relativement facilement au vu de son agilité et son jeune âge. Elle disparut alors du champ de vision d'Ezio. En vérité elle n'allait pas faire toute la ville en courant mais allait simplement chercher un oiseau pour prévenir les deux autres, moyen le plus rapide puisque, l'aigle en l'occurrence, montrait haut dans les cieux, repérerait sa cible et descendrait en piquet lui donner le message. Simple et efficace. Revenant alors à ses deux autres compagnons, il esquissa un petit sourire.


- Alors ma secrétaire est devenue folle pour une simple absence? Et bien ... Je n'imagine pas ce qu'elle aurait fait si elle ne m'avait pas trouvé dans Florence. Et puis, je suis assez grand il me semble pour me gérer ...

Il observa le ciel en entendant un aigle, Rosalia avait fait vite même si sa volière n'était pas si loin. Marchant, ils approchaient du Palais.

_________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://assassins-history.forumsactifs.com
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mer 4 Jan - 19:12

Léonardo accompagna l'assassin confirmé jusqu'à l'extérieur, c'était un aubaine, mais le soleil était déjà bien haut dans le ciel, et il dardait ses rayons vers le sol,c'était une très belle journée, comme c'était souvent le cas en Toscane. Il fit quelque pas dans la rue bonder de monde, et ne put que constater que l'effet des lentilles ne serait pas pleinement visible ici de toute façon, en effet, le bâtiment qui surplombaient les pavé projetaient leur ombre sur toute la rue, il se dit que TodRitter allait penser de même.

- Je propose de trouver un coin en hauteur, ... Pour toi ça sera simple, mais par contre pour m...

L'inventeur se tut, et juste après il pâlit quelque peu, s'étant redut compte qu'il était désormais une recrue des Assassins, la marque à son doigt en témoignait, pourtant il était incapable d'escalader les bâtiment,de sauter par delà le vide, et de se déplacer comme ses frères et sœurs Assassins. Il secoua la tête, comme pour faire fuir cette mauvaise penser de sa tête.


- Bref, tu m'as compris...

Il fit mine de reprendre son sourire habituel, tâchant de se rassurer lui-même en se disant qu'il trouverait bien un moyen de rattraper son retard, qu'il s'entraineraient s'en épuiser s'il le fallait, mais qu'il en serait capable tôt ou tard...

Il laissa ensuite le champ libre au fossoyeur,il ne lui restait plus pour lui qu'à vérifier que l'invention avait le but désiré.
Revenir en haut Aller en bas
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mer 4 Jan - 22:54

Léonardo Da Vinci et le fossoyeur TodRitter étaient sortit du palais du maitre pour se rendre dans les rues de Florence et tester l'efficacité des lentilles au contact des rayons du soleil. Léonardo proposa au fossoyeur de se rendre à un endroit plus élevé pour ne pas avoir des ombres. Il fallait que TodRitter soit bien exposé au rayons solaires pour juger du résultat. Lorsque Léonardo déclara qu'il aurait un peu plus de mal que le fossoyeur à grimper au mur pour se rendre en hauteur, TodRitter décida, pour une fois, de se montrer compréhensif. Pas qui ne l'était pas mais en temps normal, il ne montrait jamais sa compassion, cela permettait aux recrues de s'endurcir et d'apprendre que la compassion est une faiblesse lors d'une bataille. Cela dit, il fit cette faveur à Léonardo car après-tout, si les lentille avaient l'effet qu’espérait le fossoyeur, ce serait déplacé de ne pas faire un geste. Il repéra sans trop de problèmes, un endroit exposé au soleil. Voulant facilité la montée pour Léonardo, il prit une grande échelle qui n'était pas loin de ce lieu. Puis le fossoyeur laissa l'échelle à l'inventeur pendant que lui se rendit au sommet du bâtiment à l'escalade.

Arrivé au sommet, le soleil tapait fort, le fossoyeur le voyait sur le sol. Il attendit que Léonardo arriva à son tour au sommet pour ensuite retirer lentement son capuchon, dévoilant ainsi son visage qui avait l'habitude de rester dans l'obscurité. Après quelques secondes de concentration préventives car instinctivement il savait ce qui se passerai en temps normal. Il leva ensuite les yeux fermés vers le ciel pour les exposer totalement au soleil. Puis, il les ouvrit enfin, s'attendant à un douloureux aveuglement, il fût surprit de n'avoir aucun problème à rester dans cette position. Il n'avait pas d'éblouissement, ni de zone floue. Ils fût presque émerveillé de pouvoir voir aussi clairement en plein jour, pour lui c'était presque irréaliste. Après un moment à contempler la ville de jour, il se tourna vers Léonardo Da Vinci.


- Ma vue est aussi nette que la nuit, je n'aurais jamais imaginé pouvoir garder mon visage à découvert en pleine journée...Merci

Tout en le remerciant, le fossoyeur posa sa main droite sur l'épaule gauche de l'inventeur, un mouvement amical que peu d'êtres vivants pouvaient se voir obtenir de la part du fossoyeur...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mer 4 Jan - 23:46

Léonardo fut aussi surpris qu'heureux que TodRitter l'aide à monter jusqu'en haut. Il ne s'attendait pas vraiment à une telle attention d'un homme si distant, à vrai dire, il ne le connaissait que très peu, et à leur rencontre, il ne savait même pas que son invention lui était destiné. Il accepta volontiers l'aide du fossoyeur, et grâce à l'échelle que celui-ci plaça, il put monter sur le sommet du toit sans aucune difficulté, et en même temps, il observait avec envies les techniques d'escalades de cet homme qu'il admirait, se demandant si lui aussi, un jours, il serait capable d'en faire autant... Une fois sur le sommet, il admira quelque peu les alentours, Florence étaient encore plus belles vue d'en haut, et les toits orangées alignés, et les larges rues donnaient à l'inventeur une impression vertigineuse... Le plus tôt possible il reviendrait sur ces hauteurs, il s'en faisait la promesse.

C'était le moment véridique. Le Fossoyeur, qui jusque là avait gardé son capuchon, et ainsi camoufler ses traits, dévoila son visage. Ses traits était aussi froid que sa façon d'être, cependant, il était fidèle à ce que l'inventeur imaginait. Léonardo savait que cet homme ne pouvait qu'être bon, sinon, pourquoi aurait-il rejoint un cause noble comme celle des Assassins ? Dans tout les cas, il avait toute l'admiration de la jeune recrue qui se tenait derrière lui.

L'inventeur observa la réaction de l'Assassin, conscient que s'il avait commis une erreur, celui-ci allait souffrir d'une exposition au soleil... Anxieux, l'inventeur attendis, patient... Et aucun signe de douleur ne parut, le Fossoyeur se tourna vers lui, l'air serein. Et il confirma la réussite de l'expérience, Léo' était heureux, tout simplement d'avoir put rendre service.


- Ne me remercie pas mon ami, ce qui compte, c'est que désormais tu n'ai plus à subir de handicape, et si tu en es heureux, j'en suis tout aussi heureux ! Ces lentilles sont à toi, et si tu as de nouveau besoin de mon aide, je serai toujours là.

Il souriait à l'Assassin, fier d'avoir aider quelqu'un qu'il admirait, comme il l'avait fait avec Ezio. Et lui fit une brève étreinte, ainsi qu'une tape amicale sur le dos. L'inventeur était quelqu'un d'expressif et de très contact, et c'était plus fort que lui.
Revenir en haut Aller en bas
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Jeu 5 Jan - 15:06

Après avoir passé plusieurs minutes à regarder d'un oeil diffèrent la ville, le fossoyeur et Léonardo Da Vinci descendirent du toit pour se retrouver à nouveau au sol. Le fossoyeur se tourna alors vers l'inventeur.

- J'y pense, comment dois-je les nettoyer ?

Le fossoyeur n'avait aucune idée de la réponse, il devait déjà savoir si les lentilles pouvaient se nettoyer. Plusieurs questions lui arrivèrent à l'esprit comme la durée de fonctionnement des lentilles, avait-elles des limites ? Probablement oui, rien n'est éternel, mais peut-être qu'il fallait simplement les nettoyer mais au vue de leur petite taille, ce ne serait pas une chose simple d'exécution. Le fossoyeur ouvrit le pas dans les rues suivit de Léonardo.

- Je retourne au palais du maitre. Cela fait un petit moment que je n'ai plus effectué de mission.

Ces paroles incitaient l'inventeur à dire s'ils devaient se séparer ou si lui aussi se rendait au palais et dans cette hypothèse, ils feraient le chemin ensemble. Qui sait ? Peut-être auront-ils une mission commune ? Il fallait déjà voir si le maestro avait quelque chose de préoccupant, rien n'était définitif et il était possible qu'aucune mission ne serait donnée par l'Auditore tout simplement car rien d'alertant dans la ville n'avait besoin d'être placé sous mission . Cependant, dans cette optique le fossoyeur devrait s'occuper en attendant...
Revenir en haut Aller en bas
Gillian McCarthy

avatar
Messages : 431
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
PV:
1050/1050  (1050/1050)
Énergie:
1050/1050  (1050/1050)
Expériences:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Jeu 5 Jan - 19:57

Une fois que l'inventeur et le Fossoyeur furent descendus, ils se mirent à marcher côte à côté.

- Hum, hé bien, les lentilles que tu porte, en principe, devraient tenir un ou deux mois, si tu reçoit de la poussière ou quelque chose dans l’œil, retire-les et rince les à l'eau clair... Quand tu sentira qu'elles commenceront à te déranger, passe me voir et je t'en fournirai de nouvelle, la fabrication prend un certain temps mais je commence à avoir le coup de main.

L'inventeur prit quelque secondes pour réfléchir. En effet, les lentilles étaient fragile, cependant, une fois au contact de l’œil, elle ne risquait plus rien, et à condition de les manier doucement, il pourrait facilement les nettoyer avec un peu d'eau. Cependant rien n'étais éternel, les lentilles allaient s'user progressivement, l'effet lui, ne disparaîtrait pas, mais le liquide qui empêchait la lentille des blesser l’œil allait finir par disparaitre. A ce moment là, il suffirait soit de les y retremper un petit temps, soit de les changer, tout simplement.


- Ou alors, la prochaine fois que tu passera me voir, j'aurais préparé du liquide dont je me suis servi pour empêcher le cristal d'abîmer ton œil... Je t'aurai préparé une bouteille transportable, pour que tu puisse les faire durer plus longtemps.


Il jaugea un instant les deux possibilité qui s'offrait à lui, soit il rentrait à l'atelier, en sachant qu'il pouvait soit créer quelques nouveaux équipements, ou alors s'entrainer comme il l'avait prévu, soit il pouvait lui aussi retourner au palais pour vérifier si on avait besoin ou non de lui.

- Hé bien... Je t'accompagne, sait-on jamais qu'Ezio ai du travail pour moi !

Il suivit donc TodRitter jusqu'au palais, connaissant maintenant le chemin du bureau comme sa poche, ils ne mirent pas longtemps avant d'y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Mer 1 Fév - 13:19

Il était tant qu'elle se ressaisisse, tous ces doutes ne pouvaient mener à rien de bon... Même si il fallait qu'elle y trouve des réponses pour en sortir, c'était indéniable. Comme l'avait dit Ezio, c'était la liberté qu'ils défendaient avant tout. Le libre-arbitre et la sécurité des hommes, voilà la motivation principale de la cause des Assassins. Mélanie avait encore beaucoup de choses à apprendre, c'était sûr, mais il fallait que pour le moment, elle cesse de se tracasser avec tout cela. Se baladant dans la ville comme le lui avait conseillé son cousin, elle prit le temps de regarder un peu partout, les personnes qui l'entouraient, ce qui se passait dans les rues... Les mères guidant leurs enfants, les femmes et hommes seuls ou accompagnés, les gens plus âgés, tous ne formaient pourtant qu'une seule et même famille de l'humanité, et c'était pour cette famille-là que les Assassins se battaient.

Elle qui n'avait pas eu la chance d'avoir sa mère et avait été séparée de son père très tôt avait juré de protéger ceux qui pouvaient avoir la chance d'accomplir leur rôle de parents jusqu'au bout. Au départ, elle n'avait pas accepté la mort de son père. Il avait fallu longtemps pour qu'elle se fasse à l'idée que maintenant, elle était seule. Jusqu'à ce qu'elle aille trouver le peu de famille qui lui restait. En y repensant, elle se disait qu'elle avait eu de la chance. Son regard s'attarda sur une femme âgée, qui portait deux paniers semblant trop lourds pour elle, qui allait dans sa direction. A moitié perdue dans ses pensées, elle continua de la fixer alors qu'elle passait devant elle. Celle-ci s'arrêta et fixa l'Auditore un instant avant de déclarer:


-Dis-moi toi, au lieu de me regarder comme ça, viens donc te rendre utile et porte-moi ça.

Elle indiqua son second panier. Il n'y avait aucune autorité dans sa voix, plutôt une demande. Puisqu'elle n'avait rien d'autre à faire, la jeune fille acquiesça et prit le chargement, suivant la vieille femme. Sur le chemin, celle-ci se mit à lui parler de choses qui ne l’intéressaient pas forcément, mais qu'elle écouta tout de même d'une oreille un peu distraire. Au bout d'un moment, la vieille dame s'arrêta et la fixa droit dans les yeux en disant, la tirant de ses pensées:

-Je sais très bien que tu ne m'écoute pas.

-Hein, euh, quoi? Ah je... Si, si, c'est intéressant...

-C'est bon, ne t'inquiète pas. Des histoires de bonne femme comme moi ne peuvent pas t'intéresser. Tu vois, comme quoi, il me semble avoir fait mon temps! Mais j'ai vécu ma vie heureuse, et c'est ce qui compte. Ne pas avoir de regrets. Ce qu'il faut, c'est trouver un but à sa vie. Est-ce que tu en as un?

Cette femme était pour le moins un peu étrange, mais elle semblait sûr de ce qu'elle disait... Un but? Est-ce que Mélanie en avait un? Elle était une Assassine. Son but était donc de servir leur cause. Mais elle réalisa à ce moment que c'était encore un peu vague en elle.

-Oui, enfin, plus ou moins...

Se souvenant d'un détail idiot mais qui était un peu la raison de ce pour quoi elle était descendue dans les rues, elle demanda à la vieille femme:

-C'est peut-être idiot, mais... Pourquoi êtes-vous heureuse?

-C'est loin d'être idiot. Mais faut-il vraiment une raison au bonheur? Tu verras toi-même que tout le monde ici est heureux. Ce n'est pas difficile à deviner pourquoi. Ah, au fait, merci. C'est vrai que c'était lourd.

Sortant de chez la femme, elle repensait à ce qu'elle lui avait dit. Une raison au bonheur? Bien sûr que oui, on ne peut pas être heureux sans raison, non? Ou peut-être que si? Tout le monde était bien ici, d'après elle. Il fallait que ça dure. C'était là aussi une raison d'être des Assassins. << Dis-toi que nous agissons pour la liberté. >> Ce qu'avait dit Ezio un peu plus tôt confirmait ses doutes. Si les Assassins n'agissaient pas, la liberté serait depuis longtemps quelque chose d'inconnu.

Revenir en haut Aller en bas
Yuuga Maï
Ketsueki ni dansu - Modo
avatar
Messages : 912
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
PV:
1750/1750  (1750/1750)
Énergie:
1450/1450  (1450/1450)
Expériences:
10/150  (10/150)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Ven 9 Mar - 15:34

La ville de Florence. Un endroit plus que paisible. Mais cette plénitude avait été plus que cher payée. Tant de sang qui avait coulé, tant de sacrifices. Et partout, c'était la même loi. Faire couler le sang, ou bien c'était le notre qui coulait. Les forts empiétaient sur les faibles. Cela avait toujours été ainsi. Et tellement injuste. Et comme on ne pouvait pas changer le monde, il valait mieux s'en tenir à ces conditions, et se battre pour demeurer parmi les forts.

Mélanie marchait entre les rues, se dirigeant vers chez elle, pour aller prendre quelque affaires qui seraient nécessaires à son départ. Même si elle ne comptait pas partir bien longtemps, juste le temps d'aller trouver son ami inventeur comme Ezio le lui avait demandé, il fallait au moins qu'elle prenne une réserve d'eau et des armes neuves. Il fallait le reconnaître, ses fidèles couteaux commençaient à être émoussés par endroits. Elle s'en occupait toujours irréprochablement et avec un soin extrême, mais toutes les armes finissent par devenir inutiles au bout d'un moment. Il y avait toujours un quartier qu'elle évitait, celui ou se tenait il y a quelque années la maison ou elle vivait avec son père. Ses souvenirs de cette période-là, bien qu'ils fussent maintenant âgés de quelque années, étaient clairs comme de l'eau de roche. Elle se souvenait de beaucoup de ces journées passées dans l'insouciance la plus totale. A l'époque, c'était une petite fille très éveillée mais très désobéissante, qui prenait un malin plaisir à contester absolument tout ce que disais son père, à ne jamais l'écouter et à demander sans cesse le pourquoi du comment. Et cela avait le don de beaucoup exaspérer ce dernier, ainsi que le précepteur qui venait la voir pour lui dispenser divers cours une fois par jour depuis ses six ans.

Lui était déjà un peu plus compréhensif, mais s'il pouvait se venter d'une élève assez douée, il pouvait en revanche déplorer le peu d'attention que celle-ci portait à ses cours. Une fois encore, l'Auditore n'en faisait qu'à sa tête. En repensant à tout ce qui s'était produit depuis ces années de calme et de tranquillité, elle pouvait toujours à peine croire que tout ce fut produit si vite. Son père tombé brusquement dans des crises de folie qui devinrent de plus en plus permanentes, et sa mort un an plus tard. Devenu fou, il n'avait rien pu faire en ordre avant de mourir, et comme personne ne revendiquait d'autorité parentale sur Mélanie, on ne s'embêta pas avec elle et on saisit la maison. C'était à cause de tous ces mauvais souvenirs que l'Assassine évitait désormais ce quartier, ou elle avait passé la majeure partie de son enfance, avant de tout simplement la perdre pour se lancer dans une vie difficile au sein des rues et de ce monde qui lui semblait parfois bien cruel.

Sa seule porte de sortie avait été finalement bien plus que ce qu'elle aurait souhaité. Retrouver des membres de sa famille, et en apprendre plus sur cette confrérie d'Assassins, pour finalement commencer à s'entraîner dans le but de les rejoindre. Dans sa tête, elle n'était plus une enfant depuis longtemps. Dès qu'elle entra dans la fraternité, plus personne ne la considéra comme telle, d'ailleurs, même si c'était encore une adolescente. Presque une femme. Presque. Et il y avait une partie d'elle-même qui ne pouvait supporter ce "presque".

Et puis il y avait Ezio. Second père, mentor, cousin. Les trois à la fois. La jeune fille ne laissait de place que pour le second adjectif la plupart du temps. Elle ne voulait qu'une chose, ne jamais le décevoir. Tant qu'elle pourrait lui être utile, sa vie aurait un sens. Elle était là pour lui, pour la confrérie, pour l'humanité, même ci cette dernière n'en avait pas conscience. Leur cause résonnait en écho à travers leurs coeurs, et c'était plus que suffisant.

Elle continuait de marcher, passant devant les habitations, commerces, bâtiments. Il y avait toujours un certain sentiment de sérénité en elle, à voir toutes ces personnes protégées et insouciantes, et surtout, à être chez elle à Florence. Si elle aimait voyager, elle préférait nettement la ville Toscane à n'importe quelle autre. Si elle devait partir, l'Assassine en serait sûrement plus qu'attristée. Mais elle préférait ne pas y penser. Rome lui avait bien plu aussi, mais à l'époque encore sous la domination des Borgia, un certain sentiment de terreur y régnait, sentiment qui devait avoir disparu aujourd'hui puisque Cesare s'était éclipsé on-ne-savait-ou. Et personne ne semblait savoir ou il était. Strictement personne...


Revenir en haut Aller en bas
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Lun 14 Mai - 22:03

Arrivé dans les rues de ce qu'était autrefois la belle Florence, le fossoyeur observa avec surprise qu'il n'y avait pas que des dégâts matériels. En effet, il vit également les corps de nombreux habitants de la cité, TodRitter pût reconnaitre certains d'entre eux. Avec tristesse et froideur, il se baissa pour examiner le corps d'une des victimes pour effectuer une rapide autopsy. Le corps qu'il examinait semblait avoir perdu la vie après qu'un objet contondant lui cogna la tête. Le fossoyeur resta dans cette position en se demandant s'il s'agissait d'une attaque ennemi. Il se demanda si l'homme qui l'avait attaqué par surprise et enfermé sous-terre pouvait être à l'origine de ce carnage. Au moment où il se releva, un groupe de trois personnes arrivèrent derrière lui. TodRitter se retourna et vit Il Magio, Misefio et Kahad, ce dernier avait perdu l'un de ses bras à cause du fossoyeur.

- Salut !
- Que me voulez-vous ?
- On est venu te chercher.
- Vous pensez que c'est le moment !
- C'est ce qu'on pense, oui.

Kahad fixait le fossoyeur avec la même arrogance qu'avant de perdre son bras.

- Ce désastre qui incombe cette ville a touché plusieurs régions du monde. Ce ne sont pas des êtres humains qui ont causés de tels désastres, c'est la volonté d'un être supérieur. C'est nôtre devoir d’interpréter ce qui se passe...
- Et qu'est-ce qui se passe ?
- La fin du monde !

Un lourd silence traversa les rues en ruine de Florence.

- L'apocalypse a commencé et les tremblements de terre en sont la preuve. C'est le moment d'exécuter ce pour quoi nous avons été choisit. Nous devons détruire pour reconstruire. Joins-toi à nous !
- Comment pouvez-vous interpréter des secousses comme une fin du monde ?
- Regardes autour de toi. As-tu déjà connu de tels ravages ? Jamais auparavant de telles secousses ont engendrés autant de chaos.
- Et ce n'est que le début...
- Et si je refuse de vous suivre ?
- Tu n'es pas en position de négocier ta destinée, Mort.

Le fossoyeur soupira et se mit à réfléchir.

<< Je ne peux peut-être pas négocier ma destinée mais rien ne m'oblige à les croire. Malheureusement, ces trois là risquent de ne pas apprécier ma réponse et je n'ai pas l'intention de les affronter tous les trois. Il vaut mieux s'allier à eux plutôt que de les avoir sur le dos. J'ai peut-être une idée... >>

- Alors !? Tu as perdu ta langue ?
- Si j'acceptais de vous suivre, qu'est ce qui viendrai ensuite ?
- Nous détruirons chaque puissante cité, en commençant par les plus touchées. Nous commencerons par les villes d'Italie puis celles de Syrie.
- D'accord j'accepte mais à conditions de commencer par les villes de Syrie.

Kahad et Misefio regardèrent Il Magio qui eut un air interrogateur.

- Tu es encore attaché à cet endroit ? Bien, peu importe par quelle villes nous commenceront. Au final, elles y passeront toutes...

Le fossoyeur semblait satisfait mais il ajouta.

- Partez devant, je vous rejoindrez sous peu. J'ai encore quelques choses à faire...

Il Magio hocha la tête et s'en alla suivit de près par Mysefio. Quant à Kahad, il jeta un dernier regard au fossoyeur avant de s'en aller à son tour...


Dernière édition par TodRitter le Mer 23 Mai - 8:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
TodRitter

avatar
Messages : 805
Date d'inscription : 13/05/2011

Feuille de personnage
PV:
2500/2500  (2500/2500)
Énergie:
2380/2400  (2380/2400)
Expériences:
158/250  (158/250)

MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général) Sam 19 Mai - 18:35

Les deux assassins stoppèrent leur course quand ils arrivèrent dans une rues condamnée par les débris. Arcangelo Guelfo regarda aux alentours certainement en vue de voir jusqu'où s'étendait ces débris.

- Je n'arrive pas à voir si quelqu'un ai pût se retrouver coincé la-dessous. Ce tas de débris semble faire toute la longueur de la rue principale, en l'enlevant nous dégagerons la voie principale de la ville.
- Dans ce cas commençons par cela.

Arcangelo hocha la tête et les deux assassins commencèrent à dégager la voie. Le fossoyeur retira d'abord les petites roches et les planches de bois qui étaient au-dessus par prévention si quelqu'un était encore sous les débris. Et justement, Arcangelo fit signe au fossoyeur d'arrêter un instant et il tendit l'oreille. Le fossoyeur ne bougeait plus avec une pierre à la main qui pesait son poids.

- Je crois que...Oui, quelqu'un est sous ses débris. Vite, aide-moi !

Le fossoyeur jeta la pierre sur le côté et aida Arcangelo Guelfo à retirer les débris de son côté. Après avoir retiré quelques débris, une jeune femme complètement ensevelit de poussières apparue. Arcangelo Guelpo, l'aida à sortir des débris et avec l'aide du fossoyeur elle pût mettre ses pieds sur le sol en dehors des débris.

- Merci ! J'ai bien cru que j'allais mourir sous ses décombres.
- Tout le plaisir est pour nous.

La jeune femme prit la main d'Arcangelo Guelfo sous les yeux du fossoyeur qui se demandait comment réagirai le golpe. En moins de quelques secondes, Arcangelo Guelfo retira sa main.

- Si vous pouvez marcher, je vous conseil vivement de vous rendre à l'hôpital pour soigner vos blessures.

La jeune femme sembla déçu.

- Bon...Et bien merci encore.

Lorsque la jeune femme s'en alla Arcangelo regarda le fossoyeur qui eut un léger sourire sur ses lèvres.

- Je ne dirai rien.
- Tant mieux. Il ne s'est rien passé donc il vaut mieux éviter une scène inutilement. Bon, reprenons.

Ainsi les deux assassins reprirent le nettoyage des rues de la ville de Florence. A eux deux, ils arrivaient à réduire considérablement le nombre de débris qui bloquaient les rues. Après quelques heures seulement, quelques endroits fréquentés de Florence étaient à nouveau disponibles car les rues étaient redevenues praticables. Arcangelo et le fossoyeur furent fier d'eux car en plus d'avoir dégagé des passages, ils avaient également réussi à sauver des vies mais malheureusement ils avaient aussi trouver des corps sans vie. Leur satisfaction fût grande malgré les nombreuses pertes car ils savaient tous deux, qu'ils avaient tout fait pour faire de leur mieux.
Les deux assassins se reposèrent dans les rues de Florence qui commençaient déjà à se remplir de quelques passants qui aidaient à leur tour la ville. Biensûr, il n'y avait rien de comparable à la foule présente dans les rues avant la catastrophe naturelle. Néanmoins cela montrait que tout le monde participait à la reconstruction de la ville. Le maestro en serait certainement ravi même si la ville était encore loin d'être reconstruite...


-------------------------------------------------------------------------

Rues légèrement déblayées.



Dernière édition par TodRitter le Mer 23 Mai - 7:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rues de Florence (Général)

Revenir en haut Aller en bas

Rues de Florence (Général)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» La realite des enfants des rues, article du Sun-Sentinel
» Garage des rues : véritable casse-tête !
» Un rp avec un gamin des rues ?
» Le canada dit à Martelly : enlever les fatras dans les rues de PAP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin's History RP :: Administration :: Administration :: Archives :: Version 1 :: Role Play :: Rome, Florence & Venise :: Florence :: Dans les rues-