Video


Forum de role play sur l'univers Assassin's Creed
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
FORUM FERMÉ

Rendez-vous sur

Partagez|

Quand la routine s'installe, une rencontre peut surgir pour vous la faire quitter...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Elsa Suli
The Perfect Silent Blue
avatar
Messages : 289
Date de naissance : 31/08/1993
Date d'inscription : 27/01/2013
Age : 25

Feuille de personnage
PV:
5060/5060  (5060/5060)
Énergie:
4840/4840  (4840/4840)
Expériences:
0/350  (0/350)

MessageSujet: Quand la routine s'installe, une rencontre peut surgir pour vous la faire quitter... Jeu 21 Fév - 12:08

Les archers ne tirent plus, les cavaliers foncent l’épée nue pointée sur sa direction. Ils se trouvent à cent pieds, et leur cri de haine emplit le ciel. Ely’ reste calme, immobile. Soixante pieds. Ils avancent, trop sûrs de leur triomphe. Elsa n’a pas le temps d’armer son arc. Désormais, tout dépend d’Enola et de la ruse innée de sa cavalière. Elsa lance sa monture comme si elle avait peur et prenait la fuite.

Elle imagine déjà ce qui va suivre, le sourire aux lèvres. D’autres cavaliers vont surgir pour lui fermer la route. Ce bruit presque inaudible d’une flèche qui passe juste au dessus de son épaule. Ils déboulent à trois cents pieds précipitant leur galop, brandissant leur épée.

Brusquement, Elsa bloque l’élan d’Enola qui se cabre et retombe. Un volte face et voilà qu’Ely se retrouve face à ses poursuivants, manœuvre répétée mille fois durant ses entraînements. D’un seul regard, elle distingue la brèche entre deux hommes dont la bouche laisse couler une bave de rage toute mousseuse. Quatre pieds et des poussières les séparent. Les éperons d’Ely’ mordent la chair d’Enola. Il bondit, Ely’ sent sur son visage le souffle des chevaux. Les épées dessinent un sillage de feu. Elsa plonge, se colle au flanc d’Enola. Un cri de douleur se fait entendre. L’épée qui était destinée à Ely’ a blessé l’un des hommes, elle est passée, elle se rétablit sur sa monture et son rire vibre dans la forêt.

Elle modère Enola, elle ne peut pas offrir aux archers cette proie qu’ils attendent si patiemment, les doigts crispés sur la flèche, et le visage tout aussi crispé par la tension de cette poursuite endiablée. Elle laisse le temps aux agitateurs de se retourner et de la rejoindre. Ils arrivent en groupe compact, elle les précède d’une longueur. Elle lance Enola à droite, à gauche. Les cavaliers n’osent pas tirer, craignant de frapper l’un des leurs.

Elsa atteint la clairière, le sol gronde sous le sabot des chevaux, un vent frais se fait ressentir. Les archers sont plantés comme des souches mortes, impuissants et ahuris. L’un deux va décocher une flèche. Allongée sur l’encolure d’Enola, Elsa fonce sur lui. La flèche siffle, celle-ci est lancée trop haut. L’épée d’Ely’ atteint le soldat à l’épaule. Il s’écroule.

Ely’ à la voie libre, Enola part au galop. Cependant, le péril demeure, la poursuite continue. Enola a le souffle, la vitesse des chevaux de légende. Les arbres défilent comme une armée qui parade. Elsa passe devant une assemblée de cerfs, une famille de sangliers. Non loin, elle entend une meute de loups qui hulule. La forêt est vivante, crépitante de bruits, d’appels, de fureur. Elle est dangereuse pour les aventuriers qui ne connaissent pas la nature à l’état sauvage.

Ely’ se retourne, elle a pris mille pieds d’avance. Enola traverse en trombe un fourré dense, ils en sortent couturés d’épines. Elle calme sa monture, la guide à gauche du fourré et l’immobilise. Elsa sort une flèche de son carquois et caresse sa pointe de fer. Ils approchent. Le temps d’armer son arc, de viser. Elle choisi l’endroit ou elle désire tirer, elle veut s’amuser un peu et ne pas tuer directement sa cible.

Un concert de branches brisées, de souffles rauques, ils arrivent, sa flèche prend de vitesse l’un des assaillants et s’enfonce dans la chair vive. Le temps de réarmer son arc, elle choisit sa deuxième victime, un homme fort, sa flèche file elle touche le genou, elle en décoche une autre à toute volée sur un maigrelet, elle touche la cuisse de ce dernier. Lâchant les rênes, ils s’effondrent sur l’encolure de leur cheval.

Trois bonds, et voilà Ely’ en croupe sur sa monture


- Va, Enola ! dit-elle

Désormais, Elsa ne laissera plus la chance de l’atteindre. Leur troupe a été quelque peu disséminée. Elle imagine leur retour, un échec cuisant : la non réussite de leur mission.

Quittant les terres ennemies, elle avance, rompue par cette journée attrayante. Elle flotte sur sa selle, fatiguée par une nuit blanche qui pèse sur ses paupières, une main étreignant le pommeau de son épée. Un bruit de branches mortes lui donne un petit sursaut…

Revenir en haut Aller en bas
Elsa Suli
The Perfect Silent Blue
avatar
Messages : 289
Date de naissance : 31/08/1993
Date d'inscription : 27/01/2013
Age : 25

Feuille de personnage
PV:
5060/5060  (5060/5060)
Énergie:
4840/4840  (4840/4840)
Expériences:
0/350  (0/350)

MessageSujet: Re: Quand la routine s'installe, une rencontre peut surgir pour vous la faire quitter... Jeu 28 Fév - 23:10

Elsa arrêta brutalement Enola, une sorte de grognement se fit entendre, un loup massif au pelage gris argenté fit face à Ely'. Les yeux de l'animal étaient ambrés aux pupilles noires, les babines retroussées donnaient une image encore plus haineuse et laissaient voir des dents aussi pointues que des lames. Les griffes acérées laissaient des traces longilignes sur la mousse. Enola se cabra, surprise, Elsa glissa de sa monture et s'étala de tout son long sur le sol, la face la première. La mousse limita les dégâts. Instinctivement, elle se retourna vivement sur le dos et, d'une rapidité et d'une agilité extrême, elle envoya violemment son pied dans la gueule de la bête qui s'était jetée sur elle. L'animal fut arrêté dans sa lancée, il recula et se replaça rapidement, droit sur ses pattes, prêt à l’attaque. Autour d’eux, le monde s’était arrêté, les bruits des branches, causés par le vent, s’étaient tus, les milliers de petits insectes avaient arrêter leurs tâches.

Ely' roula sur le côté, l’attache qui retenait ses cheveux venait de rompre laissant retomber son opulente chevelure. Une douleur lancinante donnait dans son épaule. Elle se releva sans tourner le dos à l'animal et elle sortit sa lame et fit face au loup qui se jeta immédiatement sur elle, la gueule ouverte pour atteindre la chair d’Elsa. Ely' eut le temps de tendre sa lame pour toucher et entailler son flanc, le sang chaud de la bête dégoulinait le long de sa main, une légère odeur de fer se dégagea. Le loup lança une plainte, Elsa recula, fit volte face, brandissant son épée en diagonale pour parer une énième attaque. D'un pas lent, le loup tournait autour de sa proie quand Enola poussa un hennissement, il se retourna. Empoignant son épée à deux mains, Elsa planta sa lame dans le dos de l'animal avec une telle force qu'elle le transperça de part en part. L'animal fut pris de convulsion, il chancela, sa gueule laissa échapper quelques petits cris étouffés qui devinrent vite silencieux. La bête gisait sur le sol, elle était morte

Elsa grimpa sur sa monture et partit au galop, le vent giflait son visage, elle continuait à chevaucher malgré la fatigue qui se faisait ressentir. Elle laboura de nouveau les flancs d'Enola pour accélérer sa vitesse. Penchée sur l'encolure elle se confondait avec l'animal. Elle devait atteindre New York au plus vite, elle ne voulait pas s’attarder dans cet endroit, après une journée aussi harassante le danger se faisait de plus en plus pressant.

Après quelques heures de route, une lune magnifique et un ciel tout étoilé, Elsa déboucha dans une vallée entre deux falaises de rocs, pour arriver enfin à l’embranchement de deux sentiers, elle suivit l’un d’eux. Elle croisa une charrette de paysans, non loin, un pont enjambait une rivière, un homme était là, penché, qui contemplait l’eau, tout semblait paisible. Proche de la ville, elle allait enfin pouvoir se reposer. Trouver un hôtel non loin de Bowling green devenait son ultime objectif, une bonne couche, de bonnes heures de sommeil bien méritées, elle imaginait déjà ce moment de quiétude.
Revenir en haut Aller en bas

Quand la routine s'installe, une rencontre peut surgir pour vous la faire quitter...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand le téléphone portable peut sauver la vie...
» [Flashback] « Quand on a la foi, on peut se passer de la vérité. » (Pv Alauw)
» Même la mort ne peut rien pour nous..[PW Alissa]
» Renault CLIO 4 restylée: c'est pour quand ?
» (M/PRIS) STEPHEN AMELL › quand tout va mal, on ne peut compter que sur sa famille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin's History RP :: Rôle playing game :: La Frontière-